Medical Care |

Medical Care

##SEVER##

/c/crcf.sn1.html

Chaque forme pharmaceutique présente ses propres avantages et inconvénients acheter du zithromax.

mais n'ont pas d'effets néfastes pour l'organisme dans son ensemble.

Crcf.sn


Rapport scientifique 2013-2014 Rapport scientifique 2013-2014
Site ANRS-SENEGAL
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 SOMMAIRE
Les sites ANRS : Un partenariat Nord-Sud au cœur de la recherche .7 1.1 Les grandes orientations de la recherche dans les pays à ressources limitées .7 1.2 Règles éthiques et bonnes pratiques .8 1.3 Le site du Sénégal .9 Le CRCF, plate-forme de recherche au Sénégal. 11 2.1 Missions . 11 2.2 Organisation administrative . 11 Infrastructure . 12 2.4 Les équipes . 12 2.5 Les Activités . 12 2.5.1 Prise en charge clinique . 12 2.5.2 L'animation scientifique . 14 2.5.3Conférences internationales en 2013 . 16 2.5.4 Colloques et ateliers . 17 2.5.5 Formations . 18 2.5.6 Master et Thèses . 19 3. Bilan des projets anrs . 21 3.1 Virologie. 21 3.1.1 ANRS 12186 . 21 3.1.2 ANRS 12235 . 24 3.1.3 Surinfection dans ANRS 1215/1290 . 26 3.1.4 Sous-type C du VIH1 . 27 3.1.5VHC dansL'ETUDE ANRS 12243 . 28 3.2 RECHERCHE CLINIQUE . 30 3.2.1 ANRS 12169 « 2 LADY » . 30 3.2.2 ANRS 12250 METABODY . 33 3.2.3 ANRS 12286 MOBIDIP . 36 3.2.4 ANRS 12269 THILAO . 39 3.2.5 ANRS 1215 . 42 3.2.6 ANRS 12294 FIT-2 . 46 3.2.7 ANRS 12311 TAC: (Treatment Africa Hepatitis C) . 47 3.3 SCIENCES SOCIALES ET SANTE PUBLIQUE . 50 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3.1 ANRS 12231Médico-économique. 50 3.3.2 ANRS 12243 « UDSEN » . 52 3.3.3Projet Ethique. 56 3.3.4 ANRS 12271 PREM-SEN. 59 3.3.5 ANRS 12175 Quali-PED . 62 3.3.6 ANRS 12251 . 65 3.3.7 ANRS 12234 L'Homosexualité et le Sida au Sénégal : une réalité invisible . 67 3.3.8 ANRS 12280 CohMSM . 70 3.3.9 ANRS 12279 MAGGSEN. 72 Etudes Associées . 77 3.3.9.1 Coût de l'hospitalisation . 77 3.3.9.2 GUNGE . 78 3.3.9.3 YËGËL . 80 4. Bilan des autres projets du CRCF . 84 4.1 DECVISEN . 84 4.2 Essai vaccinal TB021 . 88 4.5 FIBROSE HEPATIQUE . 93 4.6 CO-INFECTION VIH-VHB . 95 4.7 INDEX STIGMA . 97 4.8 Émergence de la question homosexuelle . 99 ANNEXE 1: Liste des projets ANRS en cours en 2014 . 102 ANNEXE 1 : Programme des journées scientifiques 4 et 5 juin 2014 . 105 ANNEXE 3: Liste des publications 2012-2014 . 107 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Avant-propos
La lutte contre l'infection par le VIH est une priorité nationale de santé publique du
Sénégal. La mobilisation précoce – pionnière – des acteurs de la santé et des
instances politiques explique pour une grande part que le Sénégal demeure en 2014
une région de prévalence relativement basse comparée à cel e des autres pays du
continent.
Dès 1994, le Sénégal et la France à travers l'Agence Nationale de Recherche sur le
Sida de France (ANRS), avec le soutien du Ministère français des Affaires Etrangères,
et le concours d'autres organismes français – dont l'Institut de Recherche pour le
Développement, les Universités de Paris et de Montpel ier, les Fondations Léon Mba
et Bouisson Bertrand, l'Union Européenne, l'Onusida et le réseau Ensemble pour une
solidarité thérapeutique hospitalière en réseau (ESTHER) – se sont mobilisés afin de
répondre ensemble aux défis de cette épidémie. En 1994, le Directeur de l'ANRS,
Jean-Paul Levy, proposait la mise en place d'une « politique de site de recherche ».
L'objectif de l'ANRS était de concentrer les efforts de recherche afin de créer des
pôles d'expertise et de faciliter les synergies entre les programmes de recherche. Les
sites regroupent l'ensemble des équipes locales de recherche sur le VIH avec les
équipes de recherche françaises, financées par l'ANRS.
Le site ANRS-Sénégal a été le premier des huit sites de recherche créés par l'ANRS en
Afrique Sub-Saharienne, en Asie du Sud-Est et au Brésil. Le site ANRS-Sénégal
regroupait initialement le Centre Paul Corréa de l'Institut d'hygiène Dakar, le
Laboratoire de bactério-virologie de l'Hôpital A. Le Dantec et le Service des
maladies infectieuses et tropicales de Fann. Ce site s'est étendu à partir de 1998 au
Centre de Traitement Ambulatoire de l'hôpital de Fann, au Service de médecine
interne de l'Hôpital principal de Dakar à l'Institut Pasteur de Dakar ; les équipes
françaises provenaient de l'IMEA, de l'INSERM, de l'Université d'Aix-Marseil e et de
l'IRD. D'autres partenaires nous ont rejoints témoignant de l'attractivité du site pour
de nouvel es équipes et de jeunes chercheurs du Sénégal et de la France.
Initialement, les recherches concernaient la virologie, la recherche clinique et
l'épidémiologie ; à partir de 2000 les recherches en sciences humaines et sociales
ont été développées. En 2004, la construction du Centre régional de recherche et
de formation à la prise en charge clinique de Fann
– le CRCF –cofinancé par l'ANRS
et le projet régional IST/SIDA de l'union Européenne, concrétisait l'objectif de
fédérer et de coordonner les interventions des différents structures locales
d'opérationnalisation des recherches du site et de renforcer conséquemment le
site ANRS Sénégal.
Les Journées Scientifiques du site ANRS constituent tous les deux ans, un moment
essentiel de la vie du site : un moment privilégié d'échange et de réflexion entre les
différents acteurs de la lutte contre le VIH. El es permettent de situer les recherches
en cours par rapport à l'état des connaissances mondiales sur l'épidémie, et de
valider la pertinence des recherches présentes ou d'avenir par rapport aux
spécificités de la riposte sénégalaise au VIH, et en particulier par rapport aux
besoins des personnes affectées par le VIH dans le pays.
Les axes forts du site ANRS -Sénégal pendant les deux années précédentes ont été :
– le développement des travaux de virologie clinique dans la perspective d'une
optimisation de la prise en charge clinique des patients en adéquation avec les
politiques de santé publique, à Dakar et dans l'ensemble du pays,
– les
épidémiologiques, SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 humaines auprès des populations vulnérables (populations clés [usagers de drogues injectables, personnes incarcérées, HSH], femmes enceintes dans le cadre de l'ETME, enfants) afin de favoriser une prise en charge optimale, – les essais thérapeutiques des antirétroviraux : simplification des schémas thérapeutiques de deuxième ligne et évaluation des troisièmes lignes d'antirétroviraux, – le démarrage des recherches sur les hépatites B et C, avec notamment un premier essai thérapeutique de l'hépatite C. Les différentes recherches réalisées avec l'appui de l'ANRS au Sénégal sont décrites de manière synthétique dans le présent document ; el es seront exposées et discutées avec l'ensemble des participants. Les Journées Scientifiques 2014 marquent les vingt ans du Site ANRS-Sénégal. Cette date anniversaire est l'occasion de dresser un bilan des activités réalisées pendant cette période, à travers le soutien de l'ANRS au partenariat scientifique établi entre les équipes sénégalaises et françaises. Les apports de ces 20 ans de partenariat scientifique sont nombreux. Les travaux sur les traitements antirétroviraux et les résistances virales ont contribué à orienter les décisions nationales de santé publique et à définir les modalités de prise en charge des patients. La recherche en sciences humaines et sociales a permis d'appuyer et de valider les politiques de santé innovantes pour l'accès généralisé et gratuit aux traitements ARV. Sur le plan international, ces avancées se sont traduites par un accroissement des connaissances scientifiques mondiales sur l'épidémie à VIH et sur les réponses concrètes apportées dans les pays du Sud. Ce partenariat s'est distingué également par sa large contribution aux débats et aux plaidoyers politiques internationaux en faveur de l'accès aux traitements. Ainsi, 20 ans de recherches au site ANRS-Sénégal ont eu un impact important dans différents domaines – formation, recherche, santé publique, politique – tant au niveau national pour le Sénégal qu'africain et international. Les journées scientifiques 2014 offrent l'opportunité de louer le leadership des personnalités qui avec leurs équipes ont favorisé le développement du site Sénégal : les directeurs de l'ANRS Michel Kazatchkine et Jean François Delfraissy, les coordonnateurs Nord : Jean François Coulaud, Éric Delaporte, Pierre Marie Girard et le coordonnateur sud Ibra Ndoye et ses col ègues Souleymane Mboup, Awa Marie Col Seck et Papa Salif Sow. La satisfaction légitime face au travail accompli ne peut faire oublier que le travail qui reste à faire est immense pour soulager durablement les personnes atteintes et libérer les générations à venir de la menace de cette épidémie. En mettant en perspective l'orientation des recherches à venir par rapport à celles accomplies, l'ouverture du site à d'autres problèmes de santé prioritaires, les hépatites et d'autres comorbidités, les Journées Scientifiques contribuent également à rappeler et à transmettre aux nouvel es générations des acteurs de la lutte contre le sida, les ambitions et l'audace de ceux qui se sont engagés avant eux. Cette transmission est nécessaire pour pérenniser les acquis de trois décennies de recherche et de riposte au VIH : la lutte contre le sida depuis ses origines s'est construite sur un ensemble de valeurs – Les Droits humains –qui ont défini une éthique de l'engagement, une politique de l'action et l'appartenance à une communauté qui a fait et fait encore la force de la lutte contre cette épidémie.
Ibra Ndoye

Bernard Taverne
Coordinateur Sud Coordinateur Nord Site ANRS-SENEGAL Site ANRS-SENEGAL SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 1.Les sites ANRS :
Un partenariat Nord-Sud au cœur de la recherche
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 1. Les sites ANRS : Un partenariat Nord-Sud au
cœur de la recherche
Depuis 1992, l'agence de recherche ANRS (France Recherche Nord&Sud Sida-HIV Hépatites) anime, coordonne et finance, en France et dans les pays à ressources limitées, des recherches sur le sida et, depuis 2003, sur les hépatites virales. L'ANRS concentre ses moyens humains et financiers dans des « pays sites» : – en Afrique: la Côte d'Ivoire, le Sénégal, le Burkina Faso, le Cameroun
– en Asie du Sud-est: le Vietnam et le Cambodge
– l'Égypte
– le Brésil
Établis en partenariat avec les autorités nationales de santé et de recherche, les
sites ANRS sont placés sous la responsabilité conjointe d'un coordonnateur Nord et
d'un coordonnateur Sud qui définissent ensemble les axes prioritaires de la
recherche. Les sites ANRS permettent que soient établis des programmes de
recherche entre:
– les institutions nationales des pays partenaires (hôpitaux universitaires, laboratoires
et centres de recherche, Instituts Pasteur nationaux, programmes nationaux de lutte
contre le sida…),
– les organismes de recherche français comme l'Institut de Recherche pour le
Développement (IRD), l'Institut national de la santé et de la recherche médicale
(Inserm), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le réseau des
Instituts Pasteur, les universités, le réseau Esther (Ensemble pour une solidarité
thérapeutique hospitalière en réseau)…,
– les organismes d'autres pays (National Institutes of Health, Centers for Disease
Control, États-Unis, London School of Hygiene and Tropical Medicine, Royaume
Uni…),
- les institutions internationales (Organisation mondiale de la santé, EDCTP…).
Les sites bénéficient de la part de l'ANRS d'un soutien récurrent en personnel,
équipements de laboratoires et bâtiments. Des journées scientifiques régulières sont
organisées dans chaque site. El es constituent un rendez-vous entre les responsables
de l'ANRS et les chercheurs, les cliniciens, les représentants de la société civile, les
autorités des pays et la presse pour discuter de l'avancement des projets, des
résultats obtenus et des perspectives.
Environ 70% du budget que l'ANRS consacre aux pays du Sud est destiné à financer
la recherche sur les sites, 30% étant dévolu à des projets réalisés hors «sites »,
principalement en Afrique.

1.1 Les grandes orientations de la recherche dans les pays à
ressources limitées

 Antirétroviraux chez l'adulte: traitement précoce de l'adulte, prise en charge des patients en échec de 1re et 2e lignes d'antirétroviraux (ARV), évaluation des recommandations OMS, prévention et traitement des infections opportunistes (cryptococcose…). SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014  Co-infections tuberculose et VIH: recherche des meil eures stratégies antirétroviraux antituberculeux, prévention de la survenue d'une tuberculose chez les patients infectés par le VIH.  Prévention de la transmission mère-enfant et recherche en pédiatrie: transmission du VIH par le lait maternel et prise en charge précoce de l'enfant, comparaison de régimes thérapeutiques chez l'enfant, effets des ARV à long terme.  Résistances virales dans les pays à ressources limitées: col aboration avec l'OMS sur la surveil ance des résistances chez les sujets non traités et les patients sous antirétroviraux dans les programmes nationaux.  Techniques alternatives en virologie: mise au point et contrôle qualité de tests virologiques à faible coût.  Prévention de la transmission sexuel e du VIH: recherches cliniques et en sciences sociales sur la prévention, notamment biomédicale (circoncision, prophylaxie péri-exposition, treatment as prevention…).  Recherches en sciences sociales et en économie de la santé: dépistage et accès aux soins, vécu de la maladie, politiques publiques de lutte contre l'épidémie, politique et marché du médicament…  Hépatites: hépatite C et co-infections hépatite B-VIH, prévention de l'infection par le VIH et les hépatites virales chez les usagers de drogues. 1.2 Règles éthiques et bonnes pratiques
L'agence de recherche ANRS (France Recherche Nord & Sud Sida- HIV Hépatites) a,
depuis 2002, précisé dans une charte les règles d'éthique et de bonnes pratiques
auxquel es el e s'engage dans les pays à ressources limitées. El e est la référence
pour tous les chercheurs souhaitant conduire un projet financé par l'ANRS dans les
pays du Sud.
Parmi les grands principes de la «Charte d'éthique de la recherche dans les pays en
développement»:
 La notion de partenariat Nord/Sud dans tous les domaines : composition des comités (comité d'évaluation, groupes de travail) et des équipes responsables des recherches, col aboration avec les programmes de santé publique des pays sur la définition des priorités de recherche, restitution des résultats dans les pays.  La protection des personnes se prêtant à la recherche. L'ANRS assume ses responsabilités de promoteur et souscrit une assurance en responsabilité civile, couvrant les patients dans toutes les recherches biomédicales. Un comité indépendant de surveil ance doit évaluer dans les recherches biomédicales, le respect des conditions éthiques de réalisation, l'application des bonnes pratiques et la validité des résultats obtenus.  La prise en charge médicale des patients est assurée par l'ANRS pendant toute la durée d'une recherche biomédicale et un engagement des autorités nationales est requis pour le relais après l'essai. La place plus importante prise par les recherches sur les hépatites virales, l'évolution des pays du Sud en matière d'éthique de la recherche et de protection des personnes, amènent l'ANRS à prévoir une révision de la charte à moyen terme. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 1.3 Le site du Sénégal
Le site a été créé en 1994. Il repose sur un partenariat étroit avec le Comité national
de lutte contre le sida (CNLS).
Depuis 2005, la création du Centre régional de recherche et de formation sur la prise
en charge du VIH/sida (CRCF) implanté dans le CHNU de Fann permet une meil eure
structuration de la recherche clinique, un renforcement des activités de formation et
de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH.
L'agence de recherche ANRS (France Recherche Nord&Sud Sida-HIV Hépatites)
finance des infrastructures, des équipements (PCR en temps réel, séquenceur,
notamment) et du personnel au laboratoire national de virologie de l'hôpital Le
Dantec, et au CRCF de Fann (centre de consultation, services sociaux, pharmacie,
laboratoire d'analyses, centre de gestion des essais thérapeutiques, service
informatique…)
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 2.
Le CRCF, plate-forme de recherche au Sénégal
SITE ANRS - SENEGAL


Rapport scientifique 2013-2014 2. Le CRCF, plate-forme de recherche au
Sénégal.
Le Centre Régional de Recherche et de Formation à la Prise en Charge Clinique de Fann (CRCF) à Dakar est une plateforme de recherche et de formation située dans l'enceinte du Service des Maladies Infectieuses au CHNU de Fann. I est placé sous l'égide du Ministère de la Santé et de la Prévention et a été inauguré en mai 2005 par les autorités sénégalaises avec leurs partenaires français, européens et du système des Nations Unies. Le site ANRS-Sénégal mène ses activités au sein du Centre Régional de Recherche et de Formation à la prise en charge clinique (CRCF), dans l'enceinte du service de Maladies Infectieuses au CHNU de Fann, à Dakar. 2.1 Missions
Pôle d'excel ence national et international, le CRCF accueille des praticiens et des
chercheurs pour la formation et la conduite d'essais biomédicaux, de recherche
épidémiologique, évaluative, opérationnelle et en santé publique. Son champ
d'action est la santé des populations et plus particulièrement l'infection par le VIH,
les hépatites virales et les maladies associées.
Le CRCF œuvre pour le renforcement et l'amélioration des connaissances en
matière de prévention, de compréhension des mécanismes physiopathologiques de
ces maladies et de leurs déterminants multifactoriels, ainsi que la mise au point de
traitements adaptés aux conditions des pays à ressources limitées. Le CRCF propose
également son expertise et sert d'appui technique aux institutions.
2.2 Organisation administrative
Le CRCF est une association à but non lucratif. Son organisation administrative est
appuyée sur l'Assemblée Générale, le Conseil d'Administration, et le Conseil
Scientifique. Les membres fondateurs du CRCF sont : le Conseil National de Lutte
contre le Sida (CNLS), l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD), l'Institut
de Médecine et d'Epidémiologie Appliquée (IMEA), le Centre Hospitalier National
Universitaire de Fann (CHNU), le Service des Maladies Infectieuses et tropicales (SMIT)
du CHNU, la Division de Lutte contre le Sida et les Infections sexuel ement transmises
SITE ANRS - SENEGAL


Rapport scientifique 2013-2014 du Ministère de la santé et de la prévention médicale (DLSI). L'ANRS est un membre
associé de droit et un membre permanent du Conseil d'Administration.

2.3 Infrastructure
Le CRCF est logé dans un bâtiment à deux niveaux :
– Au rez-de-chaussée : l'accueil, la sal e des associations PVVIH, le laboratoire, la
pharmacie, la sal e d'hospitalisation du jour et son infirmerie, six sal es de
consultation, et le bureau de l'assistant social.
– Au premier niveau : les bureaux de l'administration, des chercheurs et des assistants de recherche clinique, la bibliothèque équipée d'un dispositif de visio-conférence, la sal e de formation et de téléconférence, le service informatique. 2.4 Les équipes
L'équipe du CRCF comprend des médecins d'études cliniques, des médecins
spécialisés en infectiologie et en pathologie VIH, des anthropologues, des épidémiologistes, des pharmaciens, des biologistes, un informaticien, des opérateurs de saisie, des travail eurs sociaux, du personnel communautaires.
Le CRCF accueil e une équipe de l'école doctorale
des Sciences de la Vie, de la Santé et de
l'Environnement (ED-SEV) de l'Université Cheikh
Anta Diop et de l'Unité Mixte Internationale 233 de
l'IRD/ Université Cheikh Anta Diop/Université de
Yaoundé.

2.5 Les Activités
Les activités du CRCF s'exercent autour de
différents volets : La prise en charge clinique,
l'animation scientifique, la participation à des
ateliers et conférences nationales et internationales, la formation et l'encadrement d'étudiants en Master et en Thèse. 2.5.1 Prise en charge clinique
La consultation, la dispensation des médicaments, le suivi clinique, biologique et
psychosocial des patients se déroulent au rez-de-chaussée du bâtiment.
- Les consultations ont lieu dans le cadre des projets de recherche ou du suivi des
patients du programme national.
Fin 2013, la file active des patients suivis sous ARV au CRCF s'élève à 1075 dont 910
sont sous première ligne et 165 sous deuxième ligne. Début 2014, 3 patients ont été
mis sous troisième ligne.
Depuis 2011 est instauré un dispositif de consultations centralisées, qui s'appuie sur un
logiciel de gestion de rendez-vous. L'informatisation progressive des dossiers
médicaux a démarré en novembre 2011.
SITE ANRS - SENEGAL



Rapport scientifique 2013-2014 -Le laboratoire effectue des analyses en routine et pour les projets : sérologie du VIH et des hépatites, numération de CD4 (facscount), séparation lymphocytaire, charge virale (PCR en temps réel biocentric), hématologie, biochimie. Les résultats sont saisis dans une base informatique et validés par le Laboratoire de bactério-virologie Le Dantec. - La pharmacie a un double rôle de dispensation d'antirétroviraux et d'éducation thérapeutique des patients, dans les projets de recherche et dans le suivi de routine. Tous les patients bénéficient d'un entretien individuel avec la pharmacienne, au moment de l'initiation puis à chaque dispensation. L'appui et le suivi de l'observance sont réalisés en col aboration avec le service social. En 2013, 4584 traitements antirétroviraux ont été dispensés. 18 patients ont été transférés au CRCF venant d'autres structures et 15 patients ont été transférés par le SITE ANRS - SENEGAL


Rapport scientifique 2013-2014 CRCF vers d'autres structures et 3 patients ont pris cette initiative eux-mêmes au cours d'un voyage. Il y a eu 12 cas d'Accidents avec Exposition au Sang, et 66 cas de modification de traitement. 169 traitements ont été dispensés à des patients pour un dépannage ponctuel. 95 patients sont perdus de vue et font l'objet d'une investigation de la part du service social. - Le service social est dirigé par une assistante sociale qui coordonne les activités des médiatrices communautaires. Le service social travail e en col aboration avec les médecins et les pharmaciennes. Il assure le counseling pré et post test, l'éducation thérapeutique des patients, la recherche des perdus de vue, les visites aux personnes hospitalisées et anime des groupes de paroles. Un local est à la disposition des associations de Personnes Vivant avec le VIH pour des réunions, des causeries et l'appui aux patients en difficultés. - le service informatique, en appui aux projets de recherche et au fonctionnement du CRCF gère différentes bases de données et assure la maintenance du parc informatique. 2.5.2 L'animation scientifique

Le Conseil Scientifique et conseil d'Administration du CRCF ont lieu régulièrement
une à deux fois par an. En 2013, s'est réuni :
le 20 février : Conseil d'Administration du CRCF le 22 octobre : Conseil Scientifique et Conseil d'Administration du CRCF SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Le site ANRS organise des sessions autour de thématiques actuel es, dont le contenu varie d'un atelier à l'autre. En 2013 et 2014, deux cycles de formations ont eu lieu :  Le Cycle « Journées Vulnérabilités face au VIH au Sénégal » coordonné par le Pr Alice Desclaux a réuni des participants sur le campus IRD/UCAD de Hann. Les 18 et 19 mars 2013: journées « Vulnérabilités face au VIH au Sénégal: les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes » le 3 décembre 2013 : Journée « Vulnérabilité des Personnes Agées face au VIH. Débats autour des recherches »  Le cycle « Ethique et recherche chez l'enfant: analyses multidisciplinaires » au CRCF, Dakar, Sénégal, coordonné par le Pr Alice Desclaux et le Dr Samba Cor Sarr (Comité National d'Ethique pour la Recherche en Santé) s'est déroulé au CRCF. Le 20 mars 2013: Séminaire sur le thème « L'information pré-essai thérapeutique en population rurale » animé par le Dr Riveau, médecin chercheur, Association Espoir sur la santé. Le 29 avril 2013 Séminaire sur le thème « Le statut de l'enfant et les formes de consentement à la recherche » animé par Caroline Desclaux Le 19 juin 2013 au CRCF : séminaire sur le thème « Ce que les enfants vivant avec le VIH savent de leur diagnostic : Analyse et implications » animé par Fabienne Hejoaka, anthropologue. Le 19 septembre 2013 : Séminaire sur le thème « Faire face à des situations de pauvreté extrême dans la recherche » animé par le Dr Khoudia Sow, médecin et anthropologue, Le 18 décembre 2013: Séminaire sur le thème « Questions éthiques dans les cohortes d'enfants vivant avec le VIH » animé par le Dr Philippe Msel ati, médecin épidémiologiste Le 7 mars 2014, Yannick Jaffré, Sociologue, a animé un séminaire intitulé « Enfance, soins et Hôpitaux en Afrique de l'Ouest. Le 19 Mars 2014 Ibrahima Tal , ancien coordonnateur du programme national burkinabè, titulaire d'une thèse à l'Institut de Population, Développement et Santé de la Reproduction sur: « Les mutilations génitales féminines au Burkina Faso : essai d'approche /systémique/d'un phénomène social » a fait une présentation suivie un débat sur le thème « Les lois peuvent-el es changer la société ? ». D'autres ateliers sont organisés dans le cadre de la mise en place des projets de recherche : • Le 21 octobre 2013 : Atelier Education Thérapeutique/Observance dans le cadre de la mise en place du projet THILAO ANRS 12269  En 2014, dans le cadre des « Actualités de la Recherche » : Le 19 février 2014, Fred Eboko (IRD, UMR 912 SESSTIM) Sociologue et politiste, en affectation à IAG Dakar, a présenté son programme de SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 recherche « Gouvernance et sida en Afrique : Une approche comparée Sénégal, Côte d'Ivoire, Cameroun » 2.5.3Conférences internationales en 2013
En 2013, les chercheurs du site ont présenté le résultat de leurs travaux lors des
conférences internationales
 20ème CROI 03-06 mars 2013 Diouf A, 15 Years after the Introduction of ART in Senegal: Virological Response and Risk of Resistance in the Agence Nationale de Recherches sur le Sida 1215 Cohort. EASA (Medical Anthropology Network) / AAA (Society for Medical Anthropology) / Universitat Rovira I Virgili Joint International Conference Tarragona, Encounters and engagements, 10-14 juin 2013 Desclaux A, creating new agendas in medical anthropology Desclaux A., The erratic construction of a culture about iatrogenesis. Emic rationalities, inequity and knowledge about ART side effects in West Africa, 2nd international HIV social sciences and humanities conference, Paris, 7-10 juil et 2013 Desclaux A, Beyond stigma: disentangling knowledge practices about social suffering among women in Senegal Couderc M. Senegal as an ideal site for HIV research in Africa: but for what kind of research? XI International AIDS Impact Conference, Barcelona, 29 septembre-2 octobre Bila B., Sow K., Boye S., Alfieri C., Desclaux A., The social effects of pressure from health professionals on women in PMTCT to disclose their HIV status : Insights from West Africa. 17ème ICASA Cap Town, Afrique du Sud. 7-11 décembre 2013 Ba et al. « Importance de la stigmatisation interne révélée par l'enquête « Index de Stigmatisation et de Discrimination » au Sénégal ». Poster. PB676. Poster Session 2 Track D - Sankha et al. «Violation des droits humains, une réalité au Sénégal. Résultats de l'étude « Les droits humains comptent ! » auprès des PVVIH menée par le Réseau de PVVIH. Poster.PB 691. PS2 - Couderc M, Desclaux Sal C, Ndour CT, Taverne B, Le devenir des participants de la cohorte ANRS 1215. Impact de la réintroduction du paiement des frais de santé par les patients sur leur accès aux soins (DECVISEN-Sénégal). Poster PB210. Poster Session 1 track D  7ème Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014 : 11 communications orales et 8 communications-posters (voir annexe) SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 2.5.4 Colloques et ateliers

Les sciences sociales et la diffusion des savoirs dans l'espace public. Maison de la Région, Marseil e, Janvier 2013. Taverne, B La communication avec les décideurs politiques, à partir de l'exemple de la gratuité des ARV au Sénégal. Enjeux politiques : débats et controverses. • Cycle de conférences de la Société des Africanistes. Musée du Quai Branly, Paris. 28 Mars 2013 Couderc M. « Enjeux et pratiques de la recherche médicale transnationale en Afrique. Analyse anthropologique d'un centre de recherche clinique sur le VIH au Sénégal » • 7th INTERESTEST workshop : International Workshop on HIV Treatment, Pathogenesis and Prevention Research in Resource-Limited Settings, Da-kar, Senegal,14-17 May 2013. - Taverne B., Boufkhed S., Couderc M., Desclaux-Sal C. « Cost of medical treatment for patients and Universal Health Coverage in resource-constrained countries: situation of Senegal", - Taverne B, Koita-Fal MB, Desclaux A. Standardizing the apparance of ARV drugs as a criteria for WHO prequalification. - Tine J, Ba I, Leprêtre A, Dial o MB, Ngom Gueye NF, Sow PS, Kane CT, Ndiaye O, Fal C, Desclaux C, Girard PM, Ndoye I, Maynart M, Prevention and access to care of HIV and hepatitis B and C for injectable drug users in the region of Dakar • Col oque international sur les nouveaux enjeux éthiques du médicament en Afrique de l'Ouest et du Centre organisé par le Centre « Droit, Éthique, Santé » de la Faculté des sciences juridiques de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar et l'UMI 233 à l'AUF, Dakar 1-2 juil et 2013, -Atelier « L'éthique de la recherche et les communautés » parrainée et présidée par ONUSIDA. Présentations en lien avec les projets ANRS faite par Mathilde Couderc, Laura Ciaffi, Syvie Legac, Caroline Desclaux-Sal et Calice Talom • Atelier de formation sur l'index de stigmatisation des PVVIH en Afrique de l'Ouest, RAP+AO, RNP+, ONUSIDA, OOAS, ICW, AfriCASO, au centre de formation du CESAG, Dakar. 15-18 juil et 2013 • Congrès ADELF-SFSP « Santé Publique et Prévention », ISPED, Bordeaux, 18 octobre 2013. Desclaux Sal C., Desclaux A. « Participation des enfants non informés de leur statut sérologique dans la recherche sur le VIH : enjeux éthiques et observations pratiques». • 6ème JOURNEE DAKAROISE DE L'UMR 198 URMITE, Campus Universitaire de l'IRD à Hann. 11 novembre 2013 Fred Eboko « Gouvernance et Santé en Afrique » SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 9ème Congrès International Francophone de la Société de Pathologie exotique, Dakar, 12-14 novembre 2013, Sénégal. 4 présentations du CRCF/ANRS Boye S, Desclaux A, L'émergence des pathologies iatrogènes : perceptions des lipodystrophie par les personnes sous antirétroviraux à Dakar. Communication orale, 9ième Congrès International Francophone de la Société de Pathologie Exotique, Dakar, Sénégal, novembre 2013. Ndione A, Les pratiques d'auto-sevrage par les usagers de drogues injectables (cocaïne/héroïne) à Dakar, Sénégal, Col oque de la Société de Pathologie Exotique, novembre 2013, Dakar Communication orale. Taverne B, Principaux résultats sur le suivi à long terme des patients VIH traités par ARV à Dakar, perspectives en santé publique et en sciences sociales. Communication orale, 9ième Congrès International Francophone de la Société de Pathologie Exotique, Dakar, Sénégal, novembre 2013. Varloteaux M, Taverne B, « Coût de la prise en charge hospitalière des enfants vivant avec le VIH » 9ème Congrès International Francophone de la Société de Pathologie Exotique, UCAD 2, Dakar, 14 novembre 2013 8èmes rencontres Nord-Sud IMEA-IRD UMI 233-DST Paris VI 26 novembre 2013 : « L'enfant en Afrique au risque du VIH/Sida ». Session 2 « lorsque l'enfant paraît », communication d'Alice Desclaux « Reste-t-il des questions sur l'al aitement maternel?» • Journée d'Actualités de la recherche scientifique sur le VIH au Sénégal, CNLS. Hôtel Ngor Diarama, Dakar 2013 (CNLS, ANRS, IMEA, MS) 28 novembre 2013 Cames C, Malnutrition chez l'enfant et l'adolescent infectés par le VIH : état des lieux et cadre de la prise en charge des patients suivis à Dakar. 2.5.5 Formations
-
Cécile Cames a participé à l'Ecole d'été de santé publique et d'épidémiologie du Kremlin Bicêtre, Paris du 24 juin au 5 juil et 2013. - Caroline Desclaux (doctorante santé publique) Maraki Grunitzky (Master droit) et Alassane Sow (master 2 sociologie) ont participé à l'Université des Jeunes Chercheurs de Sidaction, 12 au 18 octobre 2013, Carry-Le-Rouet - Maraki Grunitzky a effectué un stage post-Master de Droits des femmes et des Atelier d'Ecriture : Ecrire à plusieurs mains, organisé par Bernard Taverne. Formation à l'écriture scientifique réalisée par Charles Masson au CRCF, Dakar, 18 au 22 novembre 2013. Participation de 12 chercheurs et doctorants de l'IRD et du CRCF. - Atelier « Jeunes Chercheurs : Anthropologie et Santé Publique ». Présentation du travail de thèse d'anthropologie d'El en Blommaert, à la Medical Anthropology Unité de l'Amsterdam School of Social Science Research. Titre: "Aspirations and sex: Coming of age in Western Kenya in a context of HIV", le 17 avril 2014 au CRCF. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 2.5.6 Master et Thèses
-
Alassane Sow, Master 2 de sociologie. Titre « la relation d'aide à distance dans le domaine du VIH au Centre de Traitement Ambulatoire de Fann : pratiques et légitimités d'intervention, soutenu en décembre 2013. - Chloé Stengel : thèse de médecine, Université Montpellier 1. Titre « Le VIH-2, infection orpheline ? Difficultés de prise en charge des enfants vivant avec le VIH-2 au Sénégal » soutenue en décembre 2013. - Khoudia Sow: Thèse de doctorat d'anthropologie. « Avoir un enfant au temps du VIH en Afrique. De la distinction à la normalisation : dimensions socioculturel es du traitement des femmes dans les services de santé reproductive sénégalais. » Université Paul Cézanne d'Aix-Marseil e, soutenue le 23 septembre 2013. - Ndeye Ndiagna GNING, Thèse en Anthropologie titre « L'Homosexualité et le sida au Sénégal : une réalité invisible », soutenue le 13 décembre à l'Université de Bordeaux Segalen. (Bourse doctorale de l'ANRS) - Caroline Desclaux thèse en santé publique. Titre « les enjeux éthiques de la participation des enfant dans la recherche sur le VIH » (bourse doctorale de l'ANRS, en cours) - Sokhna Boye thèse en Anthropologie à l'UCAD. Titre « L'al aitement au Sénégal: entre normes sociales et pratiques atypiques » (en cours) - Albert Gautier Ndione : thèse en Anthropologie. Titre « Le traitement des usagers de drogue au Sénégal ; médicalisation d'une déviance sociale » (en cours) SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 des projets ANRS SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3. Bilan des projets anrs
3.1 Virologie

3.1.1 ANRS 12186
Evaluation de l'échec virologique et résistances aux ARVs chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes et structures nationaux en Afrique et en Asie. Promoteur : ANRS
Partenaires : Centre Muraz, Bobo Dioulasso 01. CEDRES CHU de Treichvil e, Abidjan.
CNR VIH/IST PNLS - BIOLIM, Lomé Epidémiologie clinique, santé mère-enfant et VIH en
Asie du Sud-Est UR054/PHPT Chiang Mai University, Muang Chiang Mai. Laboratoire
de bactériologie-virologie CHU Le Dantec, Dakar. Laboratoire de virologie Hôpital
Necker-Enfants Malades, Paris. Laboratoire du VIH/Sida Institut Pasteur du Vietnam,
Hô Chi Minh Vil e.
Investigateurs principaux
Equipe Française : Ahidjo AYOUBA, Laboratoire/hôpital/institut Laboratoire "VIH/Sida
et Maladies Associées" UMI 233-UMR 145 Université de Montpel ier, Montpel ier,
France
Equipe du Sud : Avelin AGHOKENG FOBANG, Laboratoire/hôpital/institut UR Acteurs
et systèmes de la santé UMI 233-UMR 145 Université de Montpel ier, Montpel ier,
France
Dates : 2008 à 2011
inclusions des patients de décembre 2009 à avril 2011 analyses 2011-2012 communications 2011-2012 publication 2013 Objectif : L'objectif principal de ce projet est d'évaluer l'efficacité virologique et la
fréquence de résistances aux ARV en cas d'échec virologique après 12 et 24 mois
chez les patients traités en première ligne et suivis dans les programmes et structures
nationaux selon l'approche de santé publique de l'OMS (sans suivi virologique). Les
objectifs spécifiques sont de :
déterminer la proportion de patients ayant une charge virale plasmatique indétectable après 12 et 24 mois de traitement ARV ; déterminer la fréquence de virus résistants et le type de mutations sélectionnées chez les patients ayant une charge virale détectable (CV >1000) ; déterminer les facteurs associés aux échecs virologiques et l'apparition des mutations de résistance étudier le type de mutations sélectionnées en fonction des traitements reçus et en fonction des différents sous-types/CRF prédominants dans SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 l'étude : CRF01 (>90% en Asie du sud-est) versus CRF02 (>70% en Afrique de l'ouest). Il s'agit d'une étude transversale dans 7 pays (2 en Asie, 5 en Afrique) chez des patients VIH-1 positifs sous trithérapie antirétrovirale de première ligne depuis 12 et 24 mois. Chaque pays participant à l'étude (exception Côté d'Ivoire, voir plus loin) inclut 2 x 300 patients consécutifs sous traitement ARV de première ligne depuis 12 et 24 mois (±2 mois). Pour les patients à M24, des papiers filtres sont également réalisés. Au niveau de chaque pays, les 600 patients peuvent être inclus soit dans un site unique, soit dans plusieurs sites avec une prise en charge équivalente, tous selon l'approche santé publique de l'OMS. Chez les patients présentant une charge virale plasmatique supérieure à 3 log (1 000) copies/ml, un génotypage pour la recherche de mutations de résistance sera réalisé dans les gènes de la protéase (gène complet) et de la RT (au moins les 300 premiers codons). Sites de recherche : Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire, Sénégal, Thaïlande, Togo, Vietnam Nombre prévu de sujets 600 patients/site Résultats du site Sénégal : Au Sénégal, le recrutement a commencé en Décembre
2009 se limitant au seul site du CTA mais en mars 2010 après le bilan du premier
trimestre nous avons décidé d'augmenter le nombre de site de recrutement en
ajoutant le CRCF et le centre de Santé de Roi Baudouin. En Février 2011, deux autres
sites (Centre de promotion pour la santé CPS et Hôpital Aristide Le Dantec) ont été
rajoutés pour augmenter les chances d'inclusion. En Avril 2011 coïncidant avec la fin
du recrutement, un total de 430 patients avec 262 à 12 mois et 168 à 24 mois a été
analysé avec un taux d'échec virologique de 9,5% à M12 et 10,25% à M24. Parmi les
patients en échec virologique, 70.83% et 83,33% respectivement à 12 et 24 mois
présentent au moins une mutation de résistance aux ARVs. Le taux global de
résistance a été de 6,5% à M12 et 8,9% à M24. En outre, la majorité des patients
étaient résistants à la EFV/NVP (73,80%), 3TC/FTC (54,76%), molécules retrouvées dans
presque tous les traitements de première ligne. Parmi les patients en échec
virologique, 19% présentaient déjà une résistance à l'étravirine, molécule non encore
disponible au Sénégal.
Conclusion :A Dakar, l'émergence de la résistance du VIH-1 dans les premières lignes
de thérapie antirétrovirale est modérée. Cependant, le nombre élevé de souches
résistantes (67%), observées chez les patients en échec virologique après 12 mois de
traitement montre l'importance de l'observance et la généralisation du suivi
virologique qui permettrait d'éviter les accumulations de mutations. Des études
supplémentaires dans d'autres régions du Sénégal sont nécessaires pour évaluer le
taux général de résistance aux ARVs.
Contrôle de Qualité : Ce projet a été accompagné d'un programme de contrôle de
qualité assuré par les laboratoires de Necker et de Montpel ier. Pour le Sénégal le
contrôle de qualité est assuré par le laboratoire de l'IRD et concerne la charge
virale et le génotypage.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Le doctorant Nafissatou Leye Diouf travail e sur le projet dont les résultats préliminaires ont été présentés à ICASA 2011 et el e a obtenu le prix jeune chercheur du volet B. Leye N, Ndiaye O, Diop-Ndiaye, H, Robalo-Djassi A, Diouara A, Ouattara B, Dieng C, Kébé K, Sow-Sal A, Thiam M, Monlo M, Ayouba A, Touré-Kane C, Mboup S, Echec virologique et résistance du VIH-1 aux ARVs après 12 et 24 mois de traitement de 1ère ligne au Sénégal (Projet ANRS 12186) 16ème ICASA, Decembre 4-8,2011 – Addis Abeba, Ethiopie. MOAB0103 M. Monleau, S. Eymard-Duvernay, A. Aghokeng, A. Dagnra, D. Kania, N. Ngo-Giang-Huong, C. Touré-Kane, L. Truong, A. Ayouba, M. Peeters, M.L. Chaix. Quantification de la charge virale VIH lors du suivi des patients traités dans les pays à ressources limitées : résultats du contrôle qualité lors d'une étude multicentrique (ANRS 12186) 6ème Conférence Francophone VIH/SIDA, AFRAVIH2012, Genève, Suisse 25-28 mars 2012. Oral 80 Avelin Aghokeng, M Monleau, A Dagnra, D Kania, N Ngo-Giang-Huong, C Touré-Kane, L Truong, M-L Chaix, M Peeters, A Ayouba, and ANRS 12186 Study Group. Virogical Outcome and Frequency of Drug-resistance Mutations in HIV-1 Patients Receiving First-line ARV Regimen and Monitored with the Clinical Approach in Southeast Asia and Sub-Saharan Africa. 19th Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, March 5-8, 2012 Washington State Convention Center, Seattle, WA, US Session 125-Poster Publication
Aghokeng AF, Monleau M, Eymard-Duvernay S, Dagnra A, Kania D, Ngo-Giang-Huong N, Toni TD, Touré-Kane C, Truong LX, Delaporte E, Chaix ML, Peeters M, Ayouba A, 2014; for the ANRS 12186 Study Group, Extraordinary Heterogeneity of Virological Outcomes in Patients Receiving Highly Antiretroviral Therapy and Monitored With the World Health Organization Public Health Approach in Sub-Saharan Africa and Southeast Asia., Clin Infect Dis. 2014 Jan;58(1):99-109 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.1.2 ANRS 12235
Projet ancil aire de l'étude précédente ANRS 12186 Résumé : Ce projet consistait à préparer des spots de DBS sur le site de prélèvement
à partir des échantil ons de M24 et à les conserver à température ambiante et
transférer dans le mois au laboratoire de référence pour une conservation à-80°C.
Dates : 2010 à 2012
communications en 2012 publication en cours en 2013 Objectifs
Evaluer la charge virale sur buvard en utilisant la même technique que pour le plasma Evaluer le taux de réussite de l'amplification à partir du buvard Comparer les mutations obtenues sur buvard avec cel es issues du plasma. Méthodologie : Au Sénégal, les tests ont été réalisés sur 60 échantil ons (paire
plasma/DBS) répartis comme suit.
tous les patients avec CV> 1000 copies/ml, 10% des patients avec cv comprise entre le seuil et 1000 copies/ml 5% des patients avec CV< seuil Les acides nucléiques ont été extraits à partir du plasma avec l'automate m2000sp d'Abbott et de façon manuel e à partir de 2 spots de DBS par échantil on. Les charges virales (CV) des plasmas et DBS ont été quantifiées sur la plateforme m2000rt d'Abbott. Pour les besoins de comparaison des CV et des mutations de résistance, l'étude a porté sur soixante paires Plasma/DBS triés en fonction de valeurs de CV des échantil ons plasma considérés comme références. L'analyse statistique a été faite par corrélation et concordance selon la méthode de Bland et Altman. Les tests de résistance ont été effectués avec la technique de l'ANRS et les mutations de résistance analysées avec l'algorithme de l'Université de Stanford. Résultats : Sur 60 échantil ons de plasma vs DBS, 39 avaient donné des résultats de
CV concordants. Les 21 avaient des résultats discordants dont 6 invalides sur les DBS,
3 détectables uniquement sur DBS et 12 détectables seulement sur le plasma avec
des valeurs de 41 à 515 copies/ml. Dix-neuf parmi les 39 avaient une CV
quantifiable. Leur corrélation était bonne (r=0,99). L'analyse par Bland Altman a
montré une bonne concordance (biais moyen = 0,47) ; globalement, une
surestimation de la CV sur DBS était observée surtout pour les CV faibles. Parmi les 19
échantil ons, 13 avaient une CV >1000 copies/ml et 12 d'entre eux ont déjà fait
l'objet d'un génotypage. Les mutations majeures de résistance ont été identiques
pour les 2 types de prélèvements : M184V (7), K103N (7), G190A (3), M41L (1), T215Y
(1) et Y181V (1) pour les INRT et les INNRT.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Conclusion : Ces résultats ont montré que le DBS pourrait se substituer au plasma
dans le suivi virologique des patients sous ARV d'autant plus que l'échec virologique
et les mutations ont été identiques sur les deux supports de prélèvements.
Le doctorant Abou Abdalah Malick Diouara, travail ant sur le génotypage en utilisant le DBS, a assuré cette partie du projet qui a été présenté à la conférence francophone AFRAVIH 2012. A.A.M. Diouara, A. Sow, N. Leye, H. Diop-Ndiaye, O. Ndiaye, M. Monleau, A. Ayouba, A. Aghokeng, K. Kébé, M. Thiam, N. Bangoura, S.B. Gueye, R. Diakhate, M. Peeters, N.C. Toure-Kane, S. Mboup Comparaison des charges virales et des mutations de résistance entre plasma et DBS au Sénégal. 6ème Conférence Francophone VIH/SIDA, AFRAVIH2012, Genève, Suisse 25-28 mars 2012Session orale 82 Monleau M, Aghokeng A F, Eymard-Duvernay S, Dagnra A, Kania D, Ngo-Giang-Huong N, Touré-Kane C, Truong LX, Chaix ML, Delaporte E, Ayouba A, Peeters M; ANRS 12235 Study Group . Field Evaluation of Dried Blood Spots (DBS) for Routine HIV-1 Viral Load and Drug Resistance Monitoring in Patients Receiving Antiretroviral Therapy in Africa and Asia. J Clin Microbiol, 2014 Feb;52(2):578-86. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.1.3 Surinfection dans ANRS 1215/1290
Documentation d'une surinfection d'un patient sous ARV au Sénégal dans la cohorte ANRS 1215/1290 Dates : 2011-2012
Problématique : L'importance des phénomènes de recombinaisons génétiques
observés lors de ces études d'épidémiologie moléculaire suggère que les
phénomènes de co et de super-infection sont loin d'être rares et a permis de
documenter des cas de co-infections dans la population de MSM et un cas de
super infection dans un couple hétérosexuel de la cohorte 1215/1290.
La cohorte ANRS 1215/1290 regroupe les premiers patients mis sous traitement ARV (dans le cadre de l'ISAARV) qui font l'objet de suivi virologique régulier. Objectifs : Documenter un cas de surinfection entre sous type/CRF dans la cohorte.
Méthodologie : La phylogénie a été effectuée en utilisant le ClustalX 1.83 et l'étude
des recombinaisons par Bootscaning avec Simplot v. 3.5.1. La mise en évidence d'un
phénomène de surinfection est effectuée par SGA (single genome amplification) et
séquençage direct des produits de PCR amplifiés. La datation probable a été
effectuée par BEAST (Bayesian Evolutionnary Analysis by sampling trees).
Résultats : L'analyse phylogénétique de la souche du patient index mis sous
traitement en 2000 a montré dès 2001 son appartenance au sous-type G sur le gène
pol. Ce sous-type a été conservé jusqu'en 2008. En 2009, un nouveau rebond
virologique a permis de mettre en évidence l'acquisition d'un URF G/CRF18_cpx
suspectant un phénomène de surinfection résultant d'une recombinaison entre sous-
type G et CRF18_cpx. La confirmation du phénomène a imposé le séquençage des
prélèvements du conjoint traité depuis 2007 (et non observant) qui a montré son
appartenance au CRF18_cpx. L'utilisation de BEAST a permis d'estimer la période
probable de la surinfection qui se situerait entre 2007 et 2008 malgré les
changements de schémas thérapeutiques.
Conclusion : Cette étude a permis la documentation d'une surinfection et de
montrer l'importance du suivi thérapeutique des patients, notamment dans un
contexte où l'on envisage le traitement comme prévention de l'infection au VIH.
Le doctorant Moussa Thiam a mis en évidence le phénomène avec l'appui de Nicole Vidal (UMI 233) qui a effectué une mission d'un mois, en septembre 2012 - Au CRCF pour l'appui à la rédaction de procédures - Au Laboratoire de bactério- virologie Le Dantec pour former une dizaine de techniciens de laboratoires et d'étudiants en Master et Thèse sur les techniques de séquençage, d'amplification, et d'analyse de séquence. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.1.4 Sous-type C du VIH1
Origine et histoire évolutionnaire du sous-type C du VIH-1 au Sénégal Dates : 2011-2012
Problématique : Au Sénégal, au plan de l'épidémiologie moléculaire du VIH-1, le
CRF02_AG prédomine dans la population générale et les travail euses du sexe (TS).
En revanche, 40% des hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes
(MSMs) au Sénégal sont infectées par le sous-type C. (Surprisingly high prevalence of
subtype C and specific HIV-1 subtype/CRF distribution in men having sex with men in
Senegal. Diop-Ndiaye H et al, JAIDS 2009 ; 52 :249-252). Afin de mieux comprendre
l'histoire évolutive de ce sous-type, qui prédomine aujourd'hui dans cette population
de MSMs, une étude a été entreprise pour analyser les origines géographiques et les
dates d'introduction du VIH-1 C au Sénégal
Méthodologie/Résultats :
Une combinaison d'analyses phylogénétiques et une
approche de coalescence bayésienne ont été utilisées afin d'étudier les relations
phylogénétiques dans la région pol de 56 isolats de sous-type C du Sénégal avec
3025 souches de sous-type C qui ont été échantil onnés dans le monde entier.
L'analyse a montré un cluster soutenu de manière significative avec toutes les
souches du sous-type C circulant chez les MSMs au Sénégal. Le cluster MSM et
d'autres souches du Sénégal sont largement dispersés parmi les différents sub-clusters
de VIH-1/C africains, suggérant de multiples introductions de sous-type C au Sénégal
à partir de souches de différents pays du continent. Des analyses plus détail ées ont
montré que les souches du VIH-1 C de MSM sont plus étroitement liées à cel es de
l'Afrique australe. La date estimée de l'ancêtre commun le plus récent (MRCA) du
sous-type C dans la population MSM du Sénégal est estimée au début des années
80.
Conclusions : Cette reconstruction évolutionniste a suggéré que plusieurs virus de
sous-type C avec un ancêtre commun, originaire du début des années 1970, sont
entrés au Sénégal. Il n'y eu qu'une diffusion dans la population des MSMs, qui est fort
probablement attribuable à une seule introduction.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.1.5VHC dansL'ETUDE ANRS 12243
Intérêt du papier buvard (DBS) pour le génotypage du virus de l'hépatite C chez les usagers de drogues au Sénégal (ANRS 12243 UDSEN) Promoteur : Agence Nationale de Recherche sur le SIDA et les hépatites virales
(ANRS, France),
Institut de Médecine et d'Epidémiologie Appliquée (IMEA, France), Fonds Mondial
Investigateurs
Equipe Nord : Dr Leprêtre Annie, Hôpital Bichat Claude Bernard, Paris (France)
Equipe Sud : Dr Ba Idrissa, Hôpital de Thiaroye, MSPM, Dakar (Sénégal)
Dates : 2011-2012
Résumé : La prévalence du virus de l'hépatite C (HCV) est inférieure à 1% au
Sénégal et était estimé à 1,6 % chez les patients VIH positif. Une récente étude,
(ANRS 12 243) menée à Dakar dans le groupe des usagers de drogue (UD), a montré
que 23,7% des participants étaient positifs à l'anticorps anti-VHC.

Objectif : Ce travail s'intéressait à la détermination de la charge virale et l'étude de
la diversité génétique du VHC chez les usagers de drogue en utilisant le papier
buvard comme support de prélèvement.

Méthode : Les participants utilisant l'héroïne et/ou la cocaïne durant les 3 mois qui
ont précédé l'enquête ont été recrutés dans la région de Dakar entre Avril et Juil et
2011 par la méthode RDS (Respondent Driven Sampling). Cinq gouttes de sang total
ont été déposées sur le papier buvard de type Whatman. Les anticorps anti-VHC
ont été détectés utilisant un test rapide (Vedalab-HCV-Check). La charge virale
(CV) a été réalisée avec la technique d'Abbott Realtime. Le génotypage a été
réalisé sur tous les DBS avec une charge virale détectable avec deux techniques de
génotypage (LiPA Versant HCV reverse hybridization assay et Abbott RealTime HCV
Genotype I assay).

Autres sites de recherche : Laboratoire de Virologie de l'hôpital Saint Antoine de
Paris - France

Résultats : Sur les 506 participants, 120 étaient positifs à l'anticorps anti-VHC. La CV
était détectable sur 25 DBS et comprise entre 710 et 766740 IU/ml avec une valeur
médiane de 150580 IU/ml. Le génotypage a montré une prédominance du
génotype 1 (21/25) avec 16 génotypes 1a et 5 génotypes 1b. Les génotypes 4 (n=2),
3 (n=1), 2 (=1) ont également été retrouvés. Les 2 techniques de génotypage
présente 100% de concordance et une possible double infection (1a + 1b) a été
identifiée avec le génotypage Abbott.

Conclusion : Les DBS peuvent être utilisés pour la détection des anticorps anti-VHC,
la charge virale et le génotypage. Une prédominance du génotype 1 est trouvée
parmi les UD au Sénégal. Toutefois, un stockage des DBS à -20°C dans les 48 heures
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 suivant la col ecte est nécessaire pour éviter la sous quantification des DBS qui
pourrait justifier le faible nombre des DBS quantifiés. Reconnaissant ces limites, les DBS
seraient d'un grand apport pour la détection et le génotypage des patients VHC.

Le doctorant Ousseynou Ndiaye s'occupe de ce projet dont les résultats ont été
acceptés en Poster pour la conférence de Washington 2012.

Communication :
O.Ndiaye, et al. Interest of dried blood spots (DBS) for genotyping
hepatitis C virus among drug users in Senegal (ANRS 12243 UDSEN). 19th International
AIDS Conference, Whashington 22-27 juil et 2012.Abstract no. WEPE057
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.2 RECHERCHE CLINIQUE
3.2.1 ANRS 12169 « 2 LADY »
Evaluation de trois stratégies de traitement antirétroviral de 2ème Ligne en Afrique (Dakar – Bobo Dioulasso – Yaoundé) ANRS 12169 « 2 LADY » Promoteur : ANRS, EDCTP, Laboratoires pharmaceutiques Janssen et Giléad.
Investigateurs Coordinateurs: Pr Eric Delaporte – Université de Montpel ier 1, Institut
de Recherche pour le Développement (UMI 233) France. Pr Koul a-Shiro Sinata –
Service de Maladies Infectieuses, Hôpital Central – FMSB/UY1 Yaoundé, Cameroun.
Investigateur Sénégal : Pr Cheikh Tidiane Ndour, Service des Maladies Infectieuses –
Centre régional de recherche et de Formation à la Prise en Charge clinique du VIH
et Maladies Associées (CRCF)
Investigateur Burkina : Dr Adrien Sawadogo, Hôpital de Jour – CHU Sanou Souro
Comité Ethique: Accord du comité éthique du MSP/DS/CNRS le 06/07/2009 (0045
MSP/DS/CNRS SEN 16/09)
Date: décembre 2009 à avril 2013
Contexte: En cas d'échec de 1ère ligne, l'OMS recommande d'utiliser un inhibiteur
de protéase boosté par le ritonavir (IP/r). Cependant les données validant le choix
de l'IP/r et des molécules associées sont rares.
Objectifs : Comparer, dans le contexte africain, chez des patients en échec
virologique d'une première ligne d'antirétroviraux comprenant un inhibiteur non
nucléosidique de la transcriptase inverse, la réponse virologique (ARN VIH
plasmatique < 50 copies/ml) à 48 semaines dans trois groupes de patients recevant
trois associations antirétrovirales différentes : l'association emtricitabine-ténofovir-
lopinavir/ritonavir dans le bras A, l'association abacavir-didanosine-lopinavir/ritonavir
dans le bras B et l'association emtricitabine-ténofovir-darunavir/ritonavir en
monoprise quotidienne dans le bras C.
Méthode: Un essai clinique randomisé, contrôlé, ouvert, de non infériorité à 48
semaines a été conduit dans 3 pays d'Afrique subsaharienne (Cameroun, Burkina-
Faso, Sénégal) pour comparer trois régimes de deuxième ligne:
Bras A: ténofovir(TDF)/emtricitabine(FTC) +lopinavir/ritonavir (LPV/r), référence OMS Bras B: abacavir(ABC) +didanosine (ddI) +LPV/r Bras C: TDF/FTC+darunavir/ritonavir (DRV/r) Les patients ≥ 18 ans sous trithérapie avec un INNRTI étaient éligibles en cas d'échec virologique confirmé (charge virale (CV) ≥1.000 copies/mL) et d'observance >80%. Le critère de jugement principal était une CV ≤50 copies/mL à S48. Critère principal de jugement :
Réponse virologique:
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 proportion de patients ayant un ARN VIH plasmatique < 50 copies/ml à 48 des critères de tolérance et efficacité immuno-clinique sont aussi inclus Résultats: 454 patients ont été randomisés entre 2010 et 2012 (médiane de traitement
préalable 50 mois, médiane CD4 183/mm3 et médiane CV 4.5 log10). Près de 99%
présentaient des mutations de résistance aux molécules de première ligne. A S48,
globalement 65.2% (n=294) avaient une CV≤50 copies/mL et respectivement 83.2%
(n=375) et 90.9% (n=410) une CV≤200 et CV≤1000 copies/mL.
En ITT (FDA snapshot), dans le bras A, 105 (69.1%) participants avaient une CV<50 copies/mL, versus 92 (63.4%) et 97 (63.0%) dans les bras B et C. La différence était de 5.6% (IC95% -5.1; 16.4) et de 6.1% (IC95% -4.5; 16.7) entre le bras de référence A et les bras B et C respectivement. (Résultats semblables per protocole). Aucune différence concernant le gain des CD4 (+ 127 /mm3), et les évènements indésirables graves n'a été observée. Conclusions : Chez des patients en échec de 1ère ligne avec de multiples mutations
de résistances, tous les régimes testés ont montré des résultats satisfaisants. Au seuil
de 50 copies la non infériorité des bras B et C n'est pas démontrée, la
recommandation de l'OMS (bras A) reste donc une option valide.
A la fin de 2LADY, le projet ANRS 12286 MOBIDIP visant à évaluer une stratégie de maintenance avec les IP/r avec ou sans Lamivudine prendra la suite. Les patients ne présentant pas les critères d'éligibilité seront suivis selon les modalités de 2LADY jusqu'à la date de fin prévue pour l'essai MOBIDIP (décembre 2015), pour assurer des données à longue terme sur les 2emes lignes utilisées dans l'essai 2LADY. Autres sites de recherche: Yaoundé (Cameroun), Bobo- Dioulasso (Burkina Faso)
IAS 2010: Never too late for adherence support: experience from the recruitment phase in ANRS 12169 – 2LADY trial. Poster 6th EDCTP Forum, Adis-Abéba, Octobre 2011: The informed consent: A multi-steps approach experience from 2LADY, a second line ART randomized trial Poster. AFRAVIH, Genève, 2012 : Dépistage de l'échec thérapeutique : expérience de la phase de recrutement de l'essai ANRS 12169/EDCTP – 2LADY Préparé et présenté lors de la 6e conférence francophone VIH/SIDA, l'AFRAVIH 2012 par l'équipe du Burkina Faso. Communication Fortes Déguénonvo l, Mben JM, Kaboré F, Bado G, Ngom NF, Ciaffi L, Ndour CT, Sawadogo A, Eymard Duvernay S, Izard S, Calmy A, Reynes J, Le Moing V, Koul a-Shiro S, Delaporte E, pour le 2LADY study group. Essai clinique randomisé multicentrique évaluant 3 combinaisons d'antirétroviraux de 2ème ligne en Afrique : résultats de l'étude 2LADY ANRS 12169/EDCTP, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, présentation orale, abstract n°1331. Guichet E, Aghokeng A, Serrano L, Bado G, Toure Kane C, Sawadogo A, Ndour CT, Koulla-Shiro S, Eymard Duvernay S, Peeters M, Ciaffi L, Delaporte E, 2Lady Study group. Fréquence et profils des mutations associées à la résistance aux ARV de 1ère ligne chez les patients en échec virologique au Burkina-Faso, Cameroun et Sénégal dans l'essai 2lady ANRS 12169/EDCTP, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale, abstract Etudes associées
Etude ANRS 12231 : Évaluation économique de trois stratégies de traitement antirétroviral de 2ème ligne en Afrique : Etude associée à l'essai 2LADY (ANRS 12169). Etude ANRS 12250 Essai ANRS 12250 – METABODY Evaluation de la lipodystrophie et des troubles métaboliques chez des patients sous traitement antirétroviral de deuxième ligne en Afrique (Bobo Dioulasso, Dakar, Yaoundé). EDCTP : Prévalence de la virémie hépatite B chez des patients co-infectés VIH/VHB sous première ligne de traitement antirétroviral à base de lamivudine et réponse virologique au traitement antirétroviral de deuxième ligne à base de tenofovir au Cameroun, Sénégal, Burkina Faso et en Formations
Mémoire de Master2 en sécurité sanitaire des aliments : Déterminants de l'état
nutritionnel chez les personnes vivant avec le VIH et sous traitement
antirétroviral de 2ème ligne à Yaoundé, Cameroun SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.2.2 ANRS 12250 METABODY
Evaluation de la lipodystrophie et des troubles métaboliques chez des patients sous traite-ment antirétroviral de deuxième ligne en Afrique (Bobo Dioulasso, Dakar, Yaoundé). Sous étude de l'essai ANRS 12169 – 2 LADY ANRS 12250 METABODY Promoteur : ANRS
Investigateurs : Laura Ciaffi et Jean Marc Mben (Cameroun),Papa Salif Sow, Assane
Diouf (Sénégal),Arsène Héma (Burkina Faso).
Equipe de recherche : Assane Diouf, Laura Ciaffi, Jean Marc Mben, Hema Arsène,
Rosine Toby, Ndeye Fatou Ngom, Louise Fortes, Gilbert Batista, Khouro Bousso,
Euloges Kamboule, Firmin Kabore, Alexandra Calmy, Amandine Cournil, Papa Salif
Sow, Adrien Sawadogo, Sinata Koulla-Shiro, Eric Delaporte
Dates :16 mars 2011 au 30 septembre 2013
Contexte: Les études et observations faites dans les pays du Nord montrent une
prévalence élevée de lipodystrophies et de troubles du métabolisme chez les
personnes vivant avec le VIH. Ces troubles sont liés à la prise des médicaments
antirétroviraux, à la réplication du VIH, mais aussi à la fréquence plus élevée de
facteurs de risque classiques tels que le tabagisme. Bien que des études existent sur
ces altérations dans les pays du Sud, la majorité concerne des patients sous première
ligne d'antirétroviraux. L'expérience des traitements ARV de 2e ligne dans les pays
du Sud est limitée (2,4% de la population sous ARV). L'évolution des troubles
métaboliques après échec thérapeutique et passage en 2e ligne dans le contexte
africain n'est pas encore décrite. L'essai clinique ANRS 12250 METABODY est une
bonne opportunité pour évaluer en détail l'évolution clinique et biologique des
changements métaboliques associés à l'infection à VIH et à son traitement.
Objectif général : Décrire les altérations de la répartition du tissu adipeux et les
troubles métaboliques chez des patients infectés par le VIH en échec de première
ligne d'antirétroviraux et l'évolution/apparition de ces troubles après la mise sous
traitement de 2e ligne.
Objectifs spécifiques :
Evaluation initiale (J0) : Evaluation de la prévalence de lipodystrophie et du syndrome métabolique, description du profil de risque cardiovasculaire, de risque fracturaire (avec densité osseuse) et identification des facteurs Evaluation longitudinale (J0 à S48 au minimum) : Evaluation de l'incidence de la lipodystrophie et du syndrome métabolique. Evolution du risque cardiovasculaire et du risque fracturaire (avec densité osseuse). Description de l'évolution de la lipodystrophie et des anomalies métaboliques chez les personnes atteintes et identification des facteurs associés à l'apparition de troubles du métabolisme. Type d'étude : Etude de cohorte prospective, multicentrique, descriptive et
analytique associée à l'essai 2LADY ANRS 12169.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Méthodologie : L'essai 2LADY compare l'efficacité et la tolérance de trois schémas
thérapeutiques de deuxième ligne antirétrovirale. Tous les patients inclus dans l'essai
seront suivis pour un minimum de 48 semaines et un maximum de 3 ans. Les patients
sont éligibles pour METABODY s'ils sont inclus dans l'essai 2LADY et s'ils donnent leur
consentement.
Pour documenter les troubles métaboliques, à partir de la visite de J0 du protocole 2LADY et tous les six mois des données complémentaires sont col ectées en vue d'évaluer : La lipodystrophie (par le médecin et par le patient) (questionnaire validé et standardisé, A Carr, Lancet 1999). Le syndrome métabolique (IDF, ATPI I, IDF + ATPI I) Le risque cardiovasculaire (selon score Framingham et D:A:D Study Group) Le risque fracturaire (selon score FRAX®). La densité minérale osseuse est mesurée par ultrasonographie du calcanéum (échographie du talon) à l'aide du système Achil es de GE Lunar validé comme outil de screening de l'ostéoporose. Des échantil ons de sang sont stockés pour la réalisation d'examens biologiques additionnels en relation avec les troubles du métabolisme (insulinémie, vitamine D et parathormone) Durée de l'étude : La période de suivi est comprise entre l'inclusion dans l'étude
2LADY et la fin de l'essai 2LADY.
Etat d'avancement: Un total de 273 patients ont été inclus (22 au Sénégal).
Les analyses préliminaires indiquent une prévalence du syndrome métabolique comprise entre 5,2% et 10,8% et une prévalence de lipodystrophie de 11,4% : il n'y a pas de différences selon le sexe. Résultats : Le plan de valorisation est fait, les analyses sont prévues dans le 2me
semestre 2014.
Perspectives : Mettre à disposition des autorités sanitaires, des associations des
patients et de la communauté scientifique, les informations permettant d'orienter la
prise en charge des troubles métaboliques chez les patients en 2ème ligne. Ces
données concernent en particulier, la densité osseuse et son évolution en cours de
thérapie (jamais étudié chez les patients VIH en Afrique).
Une étude permettant la constitution d'une référence en population générale pour les données de densité osseuse mesurée par le système Achil es vient d'être réalisée au Sénégal. Cette étude va permettre d'affiner l'interprétation des mesures de densité osseuse obtenues par ultrasons, une méthode particulièrement adaptée au contexte des pays à ressources limitées où le DXA est rarement accessible. Le stockage de sang permettra aussi le dosage d'éventuels marqueurs plus spécifiques d'inflammation ou de maladie rénale. Diouf A, Mben JM, Héma A, Ciaffi L, Eymard-Duvernay S, Batista G, Ayangma L, Ndiaye A, Lowe T, Cournil A. ANRS 12250 – METABODY Profil SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 métabolique et risque cardiovasculaire des personnes vivant avec le VIH débutant un traitement antirétroviral de 2e ligne en Afrique, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale, abstract SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.2.3 ANRS 12286 MOBIDIP
MONO OU BITHERAPIE D'INHIBITEUR DE LA PROTEASE Evaluation d'une stratégie de maintenance d'inhibiteurs de la protéase avec ou sans lamivudine chez des patients ayant une charge virale contrôlée sous deuxième ligne d'antirétroviraux en Afrique (Yaoundé, Bobo Dioulasso, Dakar) Promoteurs : ANRS
Investigateurs : Dr Laura Ciaffi (IRD/UMI 233)et Pr Sinata Koulla-Shiro (FMSB UY1
Cameroun, service Maladies Infectieuses)
Investigateur Burkina : Dr Adrien Sawadogo, Hôpital de Jour – CHU Sanou Souro
Investigateur Sénégal : Pr Cheik Tidiane Ndour (Service des Maladies Infectieuses
(SMIT) - CHU de FANN)
Comité Ethique: Avis favorable du Comité d'éthique du Sénégal, le 16/07/2013.
Numéro d'enregistrement dans clinicaltrials.gov : NCT01905059
Dates: septembre 2013 à septembre 2016
Objectif principal :
Évaluer le taux d'échec (voir définition) à 96 semaines d'une monothérapie
d'inhibiteur de la protéase avec ou sans addition de lamivudine chez des patients
VIH positifs sous deuxième ligne de traitement antirétroviral (ART) depuis au moins 48
semaines et avec une charge virale inférieure à 200 copies/ml en Afrique (Yaoundé,
Bobo Dioulasso, Dakar).
Objectifs secondaires
Évaluation de l'efficacité avec un seuil à 50 et 200 copies/ml à 48 et 96 semaines,
taux d'échec à 500 copies/ml après 24 semaines de la réintroduction des INTI,
efficacité clinique et immu-nologique, apparition de mutations, tolérance et impact
sur le profil métabolique, les troubles cognitifs et l'observance.
Méthodologie
Essai comparatif de supériorité, multicentrique, randomisé sans insu, pour évaluer
l'efficacité d'une mono ou bithérapie antirétrovirale d'inhibiteurs de la protéase
avec ou sans lamivudine. Le critère de jugement principal sera la proportion de
patients en échec thérapeutique à 96 semaines. L'échec étant défini comme 1) une
charge virale≥500 copies/ml, 2) la réintroduction des INTI, 3) l'arrêt de l'IP.
Nombre de sujets prévus 264 sujets sur les 3 pays : 132 par groupe
180 patients au Cameroun, 30 au Sénégal, et 54 au Burkina
Critère principal de jugement: Proportion de patients présentant un échec
thérapeutique à 96 semaines.
Critères secondaires :
la proportion de patients ayant un ARN VIH plasmatique <50 et < 500 copies / ml à 48 et à 96 semaines, avec ou sans réintroduction des INTI. la fréquence des mutations de résistance en cas d'échec du traitement. variation du taux de lymphocytes CD4+ circulants événements cliniques stade 3 ou 4 selon la classification de l'OMS SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 événements cliniques non classant SIDA infections bactériennes conduisant à une hospitalisation ou une prolongation d'hospita-lisation troubles cognitifs: apparition et / ou évolution événements indésirables arrêts de traitement pour intolérance évolution des paramètres biologiques suivants: numération formule sanguine, débit de filtration glomérulaire, transaminases sériques, glycémie, cholestérol total, HDL et LDL et triglycérides évolution des paramètres anthropométriques : tour de tail e, tour de hanche et tour de cuisse Critères d'inclusion :
Infection VIH en seconde ligne de traitement depuis au moins 48 semaines dans l'essai NARS 12169 2LADY CV≤ 200 copies/ml depuis au moins 6 mois Aucun changement d'ARV dans les 3 derniers mois précédant l'inclusion CD4>100 cel ules/ml Consentement éclairé signé Observance >90% à la dernière visite dans l'essai 2LADY Critères de non inclusion :
Antécédents d'échec virologique (ARN VIH >1000 copies/ml au moins 2 fois consé-cutives) sous IP Femmes enceintes et al aitant Patients Ag HBs positifs Infection opportuniste ou autre maladie grave ou évolutive en cours ou traitée au cours des 3 derniers mois avant le recrutement Antécédents ou symptômes d'encéphalite VIH Lopinavir/ritonavir Forme pharmaceutique : comprimé de LPV 200 mg/RTV 50 mg Dosage : 4 comprimés/jour, 2 le matin, 2 le soir Forme pharmaceutique : comprimé de 3TC 300 mg ou 150 mg Dosage : 1 comprimé/jour ou 2 comprimé/jour Darunavir/ritonavir Forme pharmaceutique : comprimé de darunavir 400 mg, comprimé de ritonavir 100 mg Dosage : 2 comprimés/jour de darunavir + 1 comprimé/jour de ritonavir une fois/jour en mangeant SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Lopinavir/ritonavir et lamivudine 150 mg seront fournis à travers les programmes nationaux tandis que le darunavir sera fourni par Janssen Cilag pendant la durée de l'étude. Le ritonavir et la lamivudine 300 mg seront achetés par l'étude si non disponible dans le programme national. Méthodes d'analyse statistique
La proportion de patients en échec sera comparée dans chaque bras selon une procédure en in-tention de traiter avec un seuil de signification à 5%. Aucune analyse intermédiaire n'est prévue Autres sites de recherche: Cameroun (Hôpital Central Yaoundé et Hôpital Militaire Yaoundé), Burkina Faso (Hôpital de jour de Bobo Dioulasso) Calendrier prévisionnel
Date début 01/01/2014 Durée des inclusions : 6 mois Durée de participation par sujet : 2 ans Durée totale prévue de l'essai : 3 ans Date prévisionnel e de la fin de l'essai : 30/12/2016 Autres sites de recherche: Cameroun (Hôpital Central Yaoundé et Hôpital Militaire
Yaoun-dé), Burkina Faso (Hôpital de jour de Bobo Dioulasso)
Etat d'avancement : La première inclusion a été faite au Sénégal le 5 mars 2014. A
ce jour, 32 patients sont enregistrés à Dakar. Le screening a démarré au Burkina. Le
Cameroun est encore en attente des médicaments au Cameroun.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.2.4 ANRS 12269 THILAO
Renforcement de l'observance et traitement à base de darunavir et raltegravir chez des adultes infectés par le VIH-1 en échec virologique de deuxième ligne de traitement antiré-troviral en Afrique sub-Saharienne : Cohorte thérapeutique THILAO (« Third Line An-tiretroviral Optimization ») ANRS 12269 THILAO Promoteur: ANRS
Pr Serge Paul Eholié Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Treichville, BP V3, Abidjan, Côte d'Ivoire Dr Roland Landman IMEA – Hôpital Bichat Claude Bernard 46, rue Henri Huchard, 75018, Paris, France Sénégal : Pr Moussa Seydi Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHNU Fann, Dakar Sénégal Problématique : Dans les pays à ressources limitées, l'incidence des échecs des
combinaisons antirétrovirales de 2eme ligne augmente rapidement. Le déficit de
suivi virologique en temps réel, l'absence de test génotypique individuel en routine
et le retard au changement des traitements en sont les principales raisons. Les
conséquences de ces échecs sont redoutables: reprise évolutive du déficit
immunitaire viro induit et de ses manifestations cliniques sévères, des manifestations
liés aux virus lui-même notamment neurologiques, augmentation de la transmissibilité
du VIH, risque de diffusion de souches résistantes dans la communauté. La majorité
des patients en échec de seconde ligne en Afrique subsaharienne a été exposée
de façon séquentiel e à un régime à base d'un inhibiteur non nucléosidique de la
transcriptase inverse (INNTI) associé à deux inhibiteurs nucléosidiques (INTI) puis, en
cas d'échec, à une trithérapie reposant sur une antiprotéase (IP), généralement le
lopinavir/r et deux INTI. Il est important de souligner que les données descriptives tant
cliniques (y compris en terme d'observance) que biologiques (en particulier les
profils de résistance) demeurent très parcel aires. Chez ces patients, le succès
virologique d'une 3ème ligne d'ARV sera lié à la combinaison de deux nou-veaux
ARV. Parmi ce type d'ARV qui commence à devenir disponible sur le terrain,
darunavir (IP) et raltegravir (nouvel e classe des inhibiteurs d'intégrase, IT) sont des
combinaisons de choix. A ce socle doit être associé un ou deux INTI auxquels le VIH
devrait rester sensible (tenofovir notamment). Dans ce contexte, nous nous
proposons d'une part de caractériser précisément les échecs de 2nde lignes et
d'autre part d'évaluer par une cohorte observationnel e ces 3èmes lignes d'ARV sur
les sites ANRS de Côte d'Ivoire, du Sénégal, du Mali, du Burkina Faso et du
Cameroun.
Objectifs Principal :
Estimer, chez des personnes adultes VIH+ en échec de deux lignes de traitement ayant reçu une première ligne à base d'INNTIs puis une deuxième ligne à base d'antiprotéases dans des pays à faibles ressources : SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 o l'efficacité d'une phase de renforcement d'observance de 12 semaines sur le contrôle virologique et les facteurs associés au succès de ce renforcement o l'efficacité et la tolérance à 48 semaines d'un traitement antirétroviral de troi-sième ligne à base de raltégravir et de darunavir pour les patients chez qui le ren-forcement n'aura pas été efficace o le maintien de cette efficacité 48 semaines plus tard, pour les patients chez qui le renforcement aura été efficace Objectifs secondaires :
o Analyser les déterminants de l'échec à 48 semaines de traitement de troisième ligne à base de darunavir et raltégravir o Estimer le rapport coût-efficacité des régimes de troisième ligne contenant au moins darunavir et raltégravir et analyser les déterminants de ce rapport coût-efficacité o Identifier les questions que posent ces traitements de troisième ligne et qui devront faire l'objet de futures études ; proposer des algorithmes de stratégie de troisième ligne dans ce contexte ne reposant pas sur la réalisation individuel e des tests génotypiques. Type description : Il s'agit d'une cohorte prospective thérapeutique, multicentrique,
multi-pays concernant le Sénégal, la Côte d'Ivoire, le Mali, le Burkina Faso et le
Cameroun. Des adultes infectés par le VIH-1 en échec virologique de traitement
antirétroviral de seconde ligne seront recrutés, puis suivis en deux phases selon le
schema ci-dessous
Critères d'inclusion :
Age de la majorité dans le pays participant. Infection à VIH-1 documentée, quel que soit le stade clinique et le nombre/pourcentage de lymphocytes CD4. Patient ayant reçu une première ligne de traitement à base de 1 INNTI +2 INTIs, et se trouvant sous traitement de 2nde ligne à base d'inhibiteur de la protéase boosté stable depuis au moins 6 mois. Une charge virale >1000 copies/ml après au moins 6 mois de traitement de Consentement de participation signé par le patient. Critères de non inclusion :
Infection à VIH-2 seul Evénement clinique sévère en cours d'exploration, en cours de début traitement, ou non maitrisé, ne rendant pas souhaitable une décision immédiate de modification de régime de traitement ARV. Evénement clinique faisant prévoir que la personne sera sous traitement par rifampicine 4 mois plus tard. Antécédent de traitement par darunavir ou raltégravir Schéma de la recherche SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Autres sites de recherche: Côte d'Ivoire, Mali, Burkina Faso et Cameroun
Résultats attendus: Cette cohorte sera à notre connaissance la première de ce type
dans les pays à ressources limitées. Les éléments recueil is permettront de mieux
comprendre les échecs de 2ème ligne, d'éclairer les enjeux cliniques et
économiques des traitements de 3ème ligne, de préparer le cas échéant des futures
études sur ce sujet (incluant de futurs essais thérapeutiques). Cette cohorte, de mise
en route rapide, devrait accompagner l'arrivée des ARV de 3ème ligne dans les
pays et contribuer au plaidoyer pour l'accès aux l'accès aux ARV de 3ème ligne
dans les pays du Sud, enjeu majeur de santé publique.
Etat d'avancement : Prévision d'inclusion pour le Sénégal : 30 patients sur 12 mois.
L'étude a reçu l'autorisation éthique et scientifique du comité d'éthique sénégalais
(CNERS) le 26/09/2012 et l'autorisation administrative du ministère de la santé le
28/09/2012. Ces autorisations ont été amendées une première fois en Janvier 2013 et
une deuxième fois 13/03/2013.
Le démarrage de l'étude sur le site du Sénégal a été retardé par le temps pris pour
disposer des molécules de 3ème ligne, fournies par le programme national. Les
molécules ont été réceptionnées en Janvier 2014.
Les inclusions ont débuté le 03/02/2014.
A ce jour 6 patients ont été inclus (3 du CTA et 3 du CRCF) dont 2 ont déjà eu leur
M3. 5 patients sont en attente du résultat de leur CV de confirmation à M-1.
Afin de booster le rythme des inclusions 3 sites ont été contacté (Principal, Roi
Baudouin et Le Centre Hyacinthe Thiandoum) et sont d'accord pour participer.
Il est prévu de visiter d'autres sites de PEC sur la région de Dakar ainsi que Thiès et
Mbour.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.2.5 ANRS 1215
ÉVALUER L'IMPACT BIO-CLINIQUE ET SOCIAL, INDIVIDUEL ET COLLECTIF, DU TRAITEMENT ARV CHEZ DES PATIENTS VIH-1 PRIS EN CHARGE DEPUIS 10 ANS DANS LE CADRE DE L'ISAARV. ANRS 1215 Promoteur : ANRS
Investigateur principal Sud: Dr Ibra NDOYE Conseil National de Lutte contre le Sida
(CNLS) Sénégal Investigateur principal nord: Dr Bernard TAVERNE IRD/Unité Mixte Internationale (UMI
233) « TRANSVIHMI» Montpel ier France Dates: juin 2009 à décembre 2011
Résumé: Le programme de recherche ANRS 1215 avait pour objectif de documenter
l'impact à long terme de la prise en charge thérapeutique par les médicaments
antirétroviraux. Les 400 participants de la cohorte ANRS 1215 ont débuté leur
traitement entre 1998 et 2002, ils font partie des premières personnes vivant avec le
VIH en Afrique à avoir reçu des traitements ARV. Ces études ont été menées dans
une perspective pluridisciplinaire. Les principales thématiques sont : - en sciences
médicales : la restauration immunologique chez les patients les plus
immunodéprimés, les échecs virologiques et les mutations de résistances, l'évolution
de l'efficacité thérapeutique et de la mortalité, la description des co-morbidités,
l'étude des effets du vieil issement, et la santé sexuel e. - en santé publique et
épidémiologie : l'évolution de l'observance thérapeutique, le devenir socio-
économique des patients, les conditions et déterminants socio-médicaux des
échecs thérapeutiques, la santé mentale. - en sciences sociales : l'expérience de la
maladie et du traitement à long terme, les aspects sociaux de la procréation chez
les femmes vivant avec le VIH traitées par ARV, les perceptions et pratiques relatives
à la prévention de la transmission sexuel e du VIH chez les patients traités par ARV, la
perception des lipodystrophies, la vulnérabilité des veuves et des personnes âgées,
l'analyse critique de la mesure de la stigmatisation, l'étude des coûts de prise en
charge et des médicaments, les dispositifs éthiques de la recherche. Chacun de ces
thèmes a conduit à des investigations spécifiques, le plus souvent associées, dans
des approches visant la complémentarité. Les résultats sont présentés dans le
rapport final et dans un numéro à paraître du Bul . Soc Pathol Exo 2014.
Rapport final
-
Taverne B, Desclaux A, Sow P S, Delaporte E, Ndoye I. Evaluation de l'impact bioclinique et social, individuel et col ectif, du traitement ARV chez des patients VIH-1 pris en charge de-puis 10 ans dans le cadre de l'ISAARV – Cohorte ANRS 1215. Rapport final, Dakar: CNLS, CRCF, IRD, ANRS, 2012, 417p. + annexes http://hal.ird.fr/ird-00718213 Publication 2014:
-
Un numéro du Bul etin de la Société de Pathologie Exotique 2014 sera consacré à la présentation de la synthèse des résultats sous la forme de 17 articles, dont certains sont déjà accessibles en ligne sur le site de Bastard M, Fal MBK, et le groupe d'étude de la Cohorte ANRS 121. Observance à long terme au traitement antirétroviral au Sénégal. Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi:10.1007/s13149-014-0346-9. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Boufhed S, Taverne B. Evaluation du coût direct de la prise en charge médicale du VIH entre la troisième et la dixième année de traitement ARV à Dakar. Bul Soc Pathol Exot. 2014 (en évaluation) Cournil A, Eymard-Duvernay S, Diouf A et le groupe ANRS 1215Vieil issement osseux et syndrome de fragilité à 10 ans de traitements ARV au Sénégal. Soc Pathol Exot. 2014, DOI 10.1007/s13149-014-0350-4 Coutherut J et le groupe d'étude de la Cohorte ANRS 1215. Impact socio-économique d'une décennie de prise en charge thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH traitées par ARV au Sénégal. Bul Soc Pathol Exot. 2014 (en évaluation) Coutherut J, Desclaux A, et le groupe d'étude ANRS 1215, 2014. Le partage du statut sérologique des personnes vivant avec le VIH à 10 ans de traitement antirétroviral au Sénégal. Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi: 10.1007/s13149-014-0343-z De Beaudrap P, Diouf A, Niang K B et le groupe d'étude de la Cohorte ANRS 1215 Efficacité clinique et biologique des traitements antirétroviraux : exemple de la cohorte ANRS 1215. Bul Soc Pathol Exot. 2014. Desclaux A, Boye S, Sow K, Ndoye T, Typologie de l'expérience des personnes vivant avec le VIH au temps de la maladie chronique. Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi : 10.1007/s13149-014-0347-8 Desclaux A, Boye S, Taverne B. La relégation sociale des veuves vivant avec le VIH au temps des antirétroviraux au Sénégal Bul Soc Pathol Exot. 2014, doi: 10.1007/s13149-014-0334-4 Desclaux A, Boye S. Perceptions of lipodystrophy among PLHIV after 10 years of antiretroviral therapy in Senegal. Bul Soc Pathol Exot. 2014. Desclaux A, Sow A. L'inadaptation aux plus de 50 ans des associations d'appui aux personnes vivant avec le VIH (PVVIH). Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi:10.1007/s13149-014-0348-7. Desclaux-Sal C, Couderc M. De l'information des patients à l'engagement associatif des personnes vivant avec le VIH participant à une recherche médicale au Sénégal – cohorte ANRS 1215. Bul Soc Pathol Exot. 2014 (en Diaw J, Taverne B, Coutherut J, 2014. Plaintes et dysfonctions sexuel es des personnes vivant avec le VIH (PVVIH), traitées par antirétroviraux (ARV) depuis une dizaine d'année au Sénégal. Bul Soc Pathol Exot. 2014 DOI : 10.1007/s13149-014-0342-4 Diouf A, Cournil A, et le groupe d'étude de la Cohorte ANRS 1215. Prévalence des complications métaboliques à 10 ans de traitements antirétroviraux au Sénégal. Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi:10.1007/s13149-014-0349-6. Mul er F, Taverne B. Représentations de l'échec thérapeutique des traitements ARV chez les patients et les professionnels de santé à Dakar. Bul Soc Pathol Exot. 2014 (en évaluation) Ndoye I, Taverne B et le groupe ANRS 1215 Twelve years of fol ow-up for patients treated with ARVs in Senegal–ANRS Cohort 1215–Methodological aspects (en évaluation) SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Sow K Procréation au temps des antirétroviraux au Sénégal, représentations et pratiques des PvVIH et des professionnels de santé. Bul Soc Pathol Exot. 2014 (en évaluation) Taverne B, Desclaux A, Delaporte E, Ndoye I Impact à long terme des traitements antirétroviraux en Afrique, état des connaissances. Bul Soc Pathol Exot. 2014 (en évaluation) Publications 2012-2013
De Beaudrap, P., Thiam, M., Diouf, A., Toure-Kane, C., Ngom-Guèye, N.F., Vidal, N., Mboup, S., Ndoye, I., Sow, P.S., Delaporte, E., et al. (2013). Risk of virological failure and drug resistance during first and second-line antiretroviral therapy in a 10-year cohort in Senegal: results from the ANRS 1215 cohort. J. Acquir. Immune Defic. Syndr. 62, 381–387. Cournil, A., Eymard-Duvernay, S., Diouf, A., Moquet, C., Coutherut, J., Ngom Gueye, N., Cames, C., Taverne, B., Bork, K., Sow, P., et al. (2012). Reduced quantitative ultrasound bone mineral density in HIV-infected patients on antiretroviral therapy in Senegal. PLoS One 7, e31726. Diouf, A., Cournil, A., Ba-Fal , K., Ngom-Gueye, N.F., Eymard-Duvernay, S., Ndiaye, I., Batista, G., Gueye, P.M., Ba, P.S., Taverne, B., et al. (2012). Diabetes and Hypertension among Patients Receiving Antiretroviral Treatment since 1998 in Senegal: Prevalence and Associated Factors. ISRN AIDS doi:10.5402/2012/621565. Taverne, B., Desclaux, A., Koita Fal , M., Delaporte, E., and Ndoye, I. (2013a). Antiretroviral drugs in Africa: a public health versus a market approach. Taverne, B., Desclaux, A., Delaporte, E., Ndoye, I., Col Seck, A.M., and Barré-Sinoussi, F. (2013b). Universal health coverage and HIV in resource-constrained countries: a critical junc-ture for research and action. AIDS Lond. Engl. 27, 2173–2175. Une demande d'extraction d'informations de la base de données a été faite par Mme Maryline Sicotte, dans le cadre d'un doctorat de santé publique à l'Ecole de Santé Publique de l'Université de Montréal ESPUM. Communications orales:
-
Boye S, Desclaux A, L'émergence des pathologies iatrogènes : perceptions des lipodystrophie par les personnes sous antirétroviraux à Dakar. Communication orale, 9ième Congrès International Francophone de la Société de Pathologie Exotique, Dakar, Sénégal, novembre 2013. Couderc M, Desclaux Sal C, Ndour CT, Taverne B, Le devenir des participants de la cohorte ANRS 1215. Impact de la réintroduction du paiement des frais de santé par les patients sur leur accès aux soins (DECVISEN-Sénégal). 17th International Conference on AIDS and Sexual y Transmitted Infections in Africa (ICASA 2013), Cape Town, South Africa, 7-11 December 2013, Poster. Desclaux A, Beyond stigma: disentangling knowledge practices about social suffering among women in Senegal, Communication orale, 2nd SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 international HIV social sciences and humanities conference, Paris, 7-10 Desclaux A., The erratic construction of a culture about iatrogenesis. Emic rationalities, inequi-ty and knowledge about ART side effects in West Africa, Communication orale, Encounters and engagements, creating new agendas in medical anthropology, EASA (Medical Anthro-pology Network) / AAA (Society for Medical Anthropology) / Universitat Rovira I Virgili Joint International Conference Tarragona, 10-14 juin 2013 Diouf A, 15 Years after the Introduction of ART in Senegal: Virological Response and Risk of Resistance in the Agence Nationale de Recherches sur le Sida 1215 Cohort, du 03 au 06 mars 2013 : participation à la 20e Koita-Fal MB, Desclaux A, Taverne B. Standardisation des apparences des médicaments ARV : une nécessité de santé publique. Communication orale, 9ième Congrès International Francophone de la Société de Pathologie Exotique, Dakar, Sénégal, novembre 2013. Taverne B, Koita-Fal MB, Desclaux A (2013) Standardizing the apparance of ARV drugs as a criteria for WHO prequalification. 7th International Workshop on HIV Treatment, Patho-genesis and Prevention Research in Resource-Limited Settings, Dakar, Senegal, 14-17 May 2013. Taverne B, Principaux résultats sur le suivi à long terme des patients VIH traités par ARV à Dakar, perspectives en santé publique et en sciences sociales. Francophone de la Société de Pathologie Exotique, Dakar, Sénégal, no- Taverne B. Logique de santé publique contre logiques commerciales, les médicaments an-tirétroviraux en Afrique. Nouveaux enjeux éthiques du médicament en Afrique, Echanges plu-ridisciplinaires (sciences sociales, juridiques et santé publique) autour de l'éthique du médica-ment en Afrique de l'ouest et du centre. 1-2 juil. 2013 Dakar (Sénégal) Taverne B., Boufkhed S., Couderc M., Desclaux-Sal C. (2013) Cost of medical treatment for patients and Universal Health Coverage in resource-constrained countries: situation of Sene-gal, 7th International Workshop on HIV Treatment, Pathogenesis and Prevention Research in Resource-Limited Settings, Dakar, Senegal, 14-17 May 2013. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.2.6 ANRS 12294 FIT-2
Essai randomisé de phase I b, sans insu sur les traitements, évaluant la tolérance et l'efficacité de trois traitements antirétroviraux de première ligne, associant ténofovir-emtricitabine à zidovudine, lopinavir/ritonavir ou raltegravir chez des adultes infectés par le VIH-2 en Afrique de l'Ouest Promoteur : ANRS
Investigateur Nord : PrFrançoise Brun-Vézinet
Investigateur Sud : Pr Serge Eholié
Investigateur Sénégal : Pr Moussa Seydi
Pays participants : Côte d'Ivoire (Abidjan), Burkina-Faso (Ouagadougou/Bobo-
Dioulasso), Guinée (Conakry), Sénégal (Dakar/Ziguinchor), Togo (Lomé)
Objectif principal : Chez des adultes infectés par le VIH-2, naïfs de tout traitement,
qui ont entre 200 et 600 CD4/mm3 ou un ARN VIH-2 plasmatique >50 copies et plus
de 200 CD4/mm3, et qui débutent un traitement antirétroviral de 1ère ligne avec TDF
+ XTC + ZDV, ou TDF + XTC + LPV/r, ou TDF + XTC + RAL, évaluer le(s) régime(s) qui
entrainera(ont) un taux de « succès global » > 55% à 96 semaines de traitement
(S96).
Méthodologie : Essai randomisé international multicentrique de phase I b, sans insu
sur les traitements
Nombre de sujets prévus : 70 patients par bras, soit 210 patients au total
Critères de jugement principal : Le pourcentage de patients ayant un « succès
global à S96 », défini par la survie à S96 avec un delta de CD4 >+100 cel ules/mm3
entre S0 et S96 et une charge virale VIH-2 plasmatique <50 copies/ml à S96 et
l'absence de consommation irréversible d'une ligne de traitement ARV (jugée sur
des critères de résistance, échec thérapeutique ou intolérance sévère).
Intervention :
Le jour de l'inclusion, les personnes seront randomisées en trois groupes
de traitement antirétroviral :
Ténofovir-emtricitabine ou 3TC-lopinavir/ritonavir Ténofovir-emtricitabine ou 3TC-zidovudine Ténofovir-emtricitabine ou 3TC-raltegravir Après le début du traitement, les participants seront suivis 96 semaines. Ils seront vus en consultation toutes les 4 semaines jusqu'à S24, puis ensuite toutes les 12 semaines. Calendrier prévisionnel
Date prévue de début de l'essai : avril 2014 Inclusion : 24 mois. Durée de suivi pour chaque patient : 96 semaines Durée totale de l'essai : 48 mois. Date prévisionnel e de la fin de l'essai : Avril 2018. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.2.7 ANRS 12311 TAC: (Treatment Africa Hepatitis C)
Faisabilité, tolérance et efficacité d'un traitement antiviral sans interféron associant sofosbuvir et ribavirine dans le traitement de l'hépatite C chronique de génotype 1 et 4 en Afrique Centrale et Sub-Saharienne. Promoteur : ANRS
Investigateur Nord : Dr Karine Lacombe
Investigateur Sud : Pr Alain Attia
Investigateur Sénégal : Pr Mousa Seydi
Contexte :
Aujourd'hui, l'accès au traitement antiviral C est presque inexistant dans les pays à
ressources limitées, paradoxalement les plus endémiques. Outre son coût élevé, que
de nombreux pays en développement ne peuvent assumer, le traitement antiviral C
basé sur l'utilisation de l'interféron pégylé est aussi perçu comme complexe et
difficilement réalisable dans de tels contextes, comme le fut le traitement VIH
jusqu'au début des années 2000.
Pourtant, le traitement de l'hépatite C dans les pays du Sud semble tout à fait
envisageable avec des taux de réponse virologique soutenue (RVS), une
observance et une tolérance quasi-similaires à ceux rapportés dans les pays du
Nord. Néanmoins, la conservation de l'interféron, la gestion des effets secondaires, la
durée du traitement, les recours fréquents à des facteurs de croissance
hématopoétiques (du fait de l'hématotoxicité), et à la transfusion de produits
sanguins dans des pays où le risque transfusionnel est élevé, permettent difficilement
d'envisager la bithérapie pégylée comme un traitement adapté aux pays à
ressources limitées.
En Afrique, l'infection par le VHC représente après l'hépatite B la deuxième cause
de carcinome hépato-cel ulaire (CHC), premier cancer chez l'homme et troisième
chez la femme. En l'absence de vaccin anti-VHC, le traitement antiviral C apparait
comme une des interventions indispensables à la maîtrise de l'épidémie de CHC en
Afrique. Néanmoins, les sujets africains sont souvent infectés par des génotypes 1 ou
4, insulino-résistants et porteurs de l'al èle non CC de l'Il28B, qui sont autant de
facteurs de mauvais pronostic de réponse à l'interféron. Grâce à l'excel ente
efficacité et la très bonne tolérance des antiviraux directs à la base des associations
sans interféron, la simplification du traitement antiviral C rend d'autant plus
envisageable la prise en charge des patients infectés par le VHC en Afrique.
Objectif principal : L'objectif principal de cette étude est d'évaluer la réponse
virologique soutenue (RVS) 12 semaines après un traitement oral, sans interféron, de
24 semaines associant sofosbuvir et ribavirine, chez des patients infectés par le VHC
de génotype 1 ou de 4, co-infectés ou pas par le VIH, et naïfs de traitement antiviral,
et de déterminer si cette réponse est au moins équivalente à 70%.
Critère de jugement principal : Le critère de jugement principal est la RVS obtenue
12 semaines après l'arrêt d'un traitement de 24 semaines par sofosbuvir et ribavirine,
la RVS étant définie par un ARN-VHC < 12UI/mL.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Méthodologie : Il s'agit d'un essai de phase I b, non randomisée, sans insu,
multicentrique se déroulant dans 3 pays d'Afrique Centrale et de l'Ouest (site ANRS
d'Abidjan, Côte d'Ivoire, site ANRS de Dakar, Sénégal, site ANRS de Yaoundé,
Cameroun).
Pays participants
: Cameroun, Côte d'Ivoire, Sénégal.
Intervention : L'intervention de l'étude consiste à initier chez les patients inclus une
association des molécules suivantes :
Sofosbuvir 400 mg, 1 comprimé par jour Ribavirine comprimés à 200 mg, avec posologie adaptée au poids du o < 75 kg: 1000 mg = 5 comprimés par jour (2 le matin, 3 le soir) o ≥ 75 kg: 1200 mg = 6 comprimés par jour (3 le matin, 3 le soir) Cette intervention sera la même dans les trois groupes. Les patients infectés par le
VIH recevront en sus le traitement antirétroviral autorisé, qui sera prescrit dans le
cadre des Programmes Nationaux de prise en charge du VIH.
Stratégie de l'étude
Trois groupes de patients seront constitués et suivis en paral èle avec les mêmes
procédures de traitement. Le premier groupe, appelé VHC-G1, sera constitué de
patients mono-infectés par le VHC de génotype 1, le deuxième groupe, appelé VIH-
VHC-G1, sera constitué de patients co-infectés par le VIH et le VHC de génotype 1,
le troisième groupe, appelé VHC-G4, sera constitué de patients mono-infectés par le
VHC de génotype 4.
Inclusion et début du traitement
Sofosbuvir + Ribavirine Arrêt du traitement si ARN-VHC ≥ 12UI/mL sur 2 contrôles successifs Arrêt du traitement
(12 semaines après arrêt (24 semaines après arrêt SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Calendrier
Début de mise en place : janvier 2014 ; Début des inclusions : mai 2014 ; Période d'inclusion de 6 mois, soit de mai à novembre 2014 ; Durée de participation des patients : 6 mois de traitement + 3 mois pour la RVS12 + 3 mois supplémentaires pour la RVS24, soit au total 1 an ; Durée totale de l'essai : 18 mois ; - Fin de l'étude : novembre 2015. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3 SCIENCES SOCIALES ET SANTE PUBLIQUE
3.3.1 ANRS 12231Médico-économique

EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DE TROIS STRATEGIES DE TRAITEMENT
ANTIRETROVIRAL DE SECONDE LIGNE EN AFRIQUE : ETUDE ASSOCIEE A L'ESSAI
CLINIQUE ANRS-12169 2-LADY
Promoteur : Agence Nationale de Recherche sur le SIDA et les hépatites virales
(ANRS, France)
Investigateur principal Sud : Pr Papa Salif Sow, Centre Régional de Recherche et de
Formation (CRCF) de Fann, Dakar
Investigateur principal Nord : Dr Bruno Spire, ORS PACA – UMR 912 (INSERM-IRD-U2),
Marseil e
Date : 2010 à 2013
Problématique : Un des défis majeurs à relever au cours des prochaines années
concerne la gestion des échecs thérapeutiques et du passage en 2nde ligne de
traitement antirétroviral dans les pays à ressources limitées. La hausse préoccupante
des dépenses associées à l'arrivée des traitements de 2nde ligne, pour la plupart
brevetés, conjuguée à un contexte de rareté des ressources, risquent d'accentuer
les contraintes budgétaires existantes et de contraindre fortement l'accès aux
traitements efficaces du VIH/Sida dans ces pays. Il apparaît donc prioritaire de
définir des stratégies de deuxième ligne qui soient coût-efficaces, c'est-à-dire qui
permettent d'obtenir la meil eure efficacité pour un minimum de coût pour le pays.
Afin d'apporter des éléments de response à cette question, une étude économique
a été associée à l'essai clinique multicentrique 2-Lady ANRS 12-169, dont l'objectif
est de définir des stratégies de 2nde ligne efficaces et bien tolérées dans trois pays
d'Afrique Sub-saharienne, le Burkina-Faso, le Cameroun et le Sénégal.
Objectif : L'étude médico-économique a pour objectif d'évaluer le coût-efficacité
de trois stratégies de 2nde ligne chez des patients en échec de 1ère ligne dans le
contexte de pays à faibles ressources (Burkina Faso, Cameroun, et Sénégal) :
l'association emtricitabine+ténofovir+ lopinavir/ritonavir (stratégie de référence) l'association abacavir+ didanosine+ lopinavir/ritonavir l'association emtricitabine+ ténofovir+ darunavir/ritonavir Les deux premières associations correspondent aux deux principales stratégies thérapeutiques recommandées par l'OMS dans les pays à faibles ressources. L'association emtricitabine + ténofovir + lopinavir/ritonavir, qui correspond au traitement de 2nde ligne de référence dans les pays du Nord, n'a jamais été étudiée dans le contexte de pays Africains, chez des patients qui, pour la plupart, sont porteurs de virus de sous-types non B. Bien que non recommandée par l'OMS, la troisième association, incluant comme IP boosté le darunavir/ritonavir, a été retenue en raison de son double avantage pour une utilisation dans les pays du Sud : une monoprise quotidienne et une meil eure tolérance. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Méthodes : L'analyse coût-efficacité est réalisée sur la base des données de l'essai
clinique avec pour horizon temporel la durée de l'essai. Le recours à un modèle
probabilistique de transition (modèle de Markov) permettra dans un second temps
d'estimer les effets et les coûts de chacune des stratégies thérapeutiques au-delà
de la durée de suivi de l'essai. La perspective adoptée sera cel e de la société. Le
pincipal critère d'efficacité utilisé est la survie sans échec. Les coûts pris en compte
dans l'analyse comprennent (i) les coûts directs médicaux (i.e. traitements,
consultations, examens, …), évalués à partir des données cliniques sur les ressources
consommées col ectées dans le cadre de l'essai, ainsi que (i ) les coûts directs non
médicaux (i.e. transports) ; et i i) les coûts indirects (i.e. perte de revenus). Les
informations additionnel es « Patient » nécessaires à l'évaluation de ces trois derniers
coûts (coûts directs médicaux, indirects et liés aux nouvel es infections VIH)
proviennent d'un questionnaire administré en face à face auprès des patients de
l'essai. Les informations sur les prix unitaires des soins et traitements délivrés aux
patients sont issues de données col ectées au cours de l'essai sur les prix et coûts des
services de chacun des hôpitaux partenaires du projet complétés par les données
de comptabilité de l'essai. L'efficacité et le coût des stratégies thérapeutiques
seront comparés sur la base d'un ratio coût-efficacité marginal. Une analyse de
sensibilité sera conduite afin de tester la robustesse des résultats au changement des
valeurs des paramètres clés de l'analyse.
Avancement : L'analyse des données est en cours. Les résultats attendus sont de
contribuer à l'évidence scientifique sur le coût-efficacité des stratégies de 2ème
ligne simplifiées afin de constituer un argument supplémentaire à l'argument clinique
dans l'arbitrage entre options thérapeutiques, et contribuer par ce biais à
l'élaboration des recommandations thérapeutiques.
Sites de recherche: Burkina Faso, Cameroun, Sénégal,
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3.2 ANRS 12243 « UDSEN »
ENQUETE DE PREVALENCE ET DE PRATIQUES A RISQUES D'INFECTION A VIH, VHB ET VHC CHEZ LES USAGERS DE DROGUES DANS LA REGION DE DAKAR (SENEGAL). ANRS 12243 « UDSEN » Promoteur: Agence Nationale de Recherches sur le SIDA et les hépatites virales
(ANRS, France), Institut de Médecine et d'Epidémiologie Appliquée (IMEA, France),
Fond Mondial
Investigateur Nord : Dr Leprêtre Annie, Hôpital Bichat Claude Bernard, IMEA, Paris
(France)
Investigateur Sud : Dr Ba Idrissa, Hôpital de Thiaroye, MSPM, Dakar (Sénégal)
Comité Ethique: Accord du comité éthique du MSP/DS/CNRS le 04/03/2011
Dates : Janvier 2011 à Décembre 2013
Résumé: L'Afrique de l'Ouest est devenue une zone de transit de l'héroïne et de la
cocaïne à destination des pays consommateurs d'Europe et d'Amérique du Nord.
Les conséquences en sont le développement du trafic et la consommation locale
de ces drogues. Au Sénégal, l'étude de faisabilité ANRS 12208 a permis de confirmer
l'existence d'une population d'usagers d'héroïne et de cocaïne/crack dans
différentes régions du pays. La région de Dakar, qui regroupe le quart de la
population du pays est particulièrement concernée : une « scène ou-verte » existe
dans un quartier de Dakar. Plusieurs éléments (usage de la voie intra veineuse
minoritaire mais existante, consommation en groupe, prostitution, précarité, liens
avec usagers de drogues européens) suggèrent que cette population présente des
facteurs de vulnérabilité importants aux infections à VIH, VHC et VHB. Actuel ement,
le recours aux soins des usa-gers est très limité, dans un contexte social de type
répressif et un contexte sanitaire n'offrant pas de recours à des soins spécifiques.
Objectifs : Mener une enquête mesurant l'ampleur de l'usage des drogues
injectables, quelque soit le mode d'usage, dans la région de Dakar et estimer la
séroprévalence VIH, VHC et VHB chez les usagers. La tail e des populations d'usagers
injecteurs et non injecteurs sera estimée. Les comportements à risques liés au mode
d'usage et aux comportements sexuels seront iden-tifiés. Le rôle du lien avec les
Européens dans la diffusion du mode d'usage IV sera exploré. Les besoins des
usagers en matière de prévention de la transmission du VIH, du VHB et du VHC et de
soins d'addiction seront identifiés.
Méthodes : La méthode d'échantil onnage orientée par les répondants, dite RDS,
validée par les CDC d'Atlanta, comme méthodologie de référence de surveil ance
du VIH dans les populations difficiles à atteindre, sera utilisée. Le CRCF (site ANRS,
CHU Fann) constituera la base de recherche. La tail e estimée de l'échantil on est de
500 à 650 personnes. Les participants seront recrutés par vagues, à partir de « graines
», représentatives de la diversité des usagers, chaque participant se voyant proposer
de recruter trois usagers. Seront inclus les usagers de drogues ayant eu recours au
mode d'administration intraveineux et/ou ayant consommé de l'héroïne ou de la
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 cocaïne/crack au cours des trois derniers mois. L'enquête comportera un questionnaire RDS, un questionnaire comportemental et le recueil de gouttes de sang sur papier buvard. La gestion des prélèvements sera faite par les biologistes du laboratoire de virologie de l'hôpital Le Dantec, au sein de l'antenne du laboratoire au CRCF. Les usagers qui le souhaitent auront communication des résultats des sérologies lors d'une consultation et proposition, le cas échéant, d'une prise en charge dans le cadre du programme national de prise en charge du VIH. Cette enquête s'inscrit dans une démarche formative et de recherche opérationnelle visant, à mobiliser et former les personnels de structures de santé à la problématique de l'usage de drogues et du VIH. Résultats: L'enquête s'est déroulée dans de bonnes conditions, d'avril à juil et 2011.
La population des usages précaires d'héroïne et/ou de cocaïne/crack de la région
de Dakar est estimée à 1324 (IC 95% 1281- 1367).
506 usagers (86,4% d'hommes) ont été inclus dans l'enquête, dont 91,5% avaient consommé de l'héroïne au cours du dernier mois. 27,5% des enquêtés s'étaient injecté une drogue au moins une fois dans leur vie et 13,8% avaient utilisé l'injection au cours du dernier mois. Les estimations des prévalences dans cette population d'usagers de drogues en situation de précarité (méthode RDS) étaient les suivantes : HIV: 5, 2% [IC95 %( 3, 8-6, 3)] HBV (Ag Hbs+): 7, 9% [IC95 %( 5, 2-11, 1)] HCV (Ac HCV+) : 23,3% [IC95% (21,2-25,2)] Dans l'échantil on, la prévalence du VIH est de 9,4% chez les UD ayant déjà utilisé l'injection vs 2,5% chez les non injecteurs et de 13% chez les femmes versus 3% chez les hommes. La prévalence du VIH est d'autant plus élevée chez les femmes ayant déjà injecté (21,1 %) versus les autres (7,5%). La prévalence du VHC dans l'échantil on est de 38,9% pour les UD ayant déjà utilisé l'injection vs 18% pour les non injecteurs. Il n'y a pas de différence selon le sexe. 226/609 usagers dépistés sont venus chercher leurs résultats durant l'étude et plus de 120 UD ont été vus au moins une fois à la consultation médicale du CRCF suite à l'étude. Une équipe de prévention mobile auprès des UDI précaires a repris le travail de terrain depuis septembre 2011. En Juil et 2013 443 sorties de terrain avaient été réalisées permettant 6621 contacts dont 527 nouveaux contacts et plus de 300 références dans des structures de soins. Plus de 12 000 seringues ont été distribuées et 57% récupérées et plus de 12 000 préservatifs ont été également distribués lors des sorties de terrain. Restitution des résultats aux acteurs
- L'ANRS : les résultats de l'étude ont été restitués à la journée scientifique du site ANRS de Dakar du 31 mai 2012 à travers 3 présentations et par l'envoi de rapports intermédiaires. -Les acteurs de santé de Dakar : SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Les résultats ont été présentés et discutés avec les associations de lutte contre le VIH/SIDA Dakaroises à la journée des associations du site ANRS de Dakar du 30 mai 2012. Les associations de lutte contre la drogue, fédérées au sein de la FONSELUD, ainsi que des médecins et para-médicaux des services de psychiatrie de Dakar et Thiaroye ont bénéficié d'une restitution complète au cours des formations ESTHER/UDSEN sur usage de drogues et risques infectieux de mars 2012 et octobre 2012. Un poster restituant les principaux résultats était présenté dans le stand du CNLS au Salon International de la Santé et du matériel médical de Dakar du 05 au 08 juil et 2012. Les usagers de drogues injectables ont été informés des résultats de l'enquête par les membres de la nouvel e équipe de terrain, mise en place fin 2011, à travers la distribution de seringues et les discussions autour de la prévention des risques dont les résultats de l'enquête tiennent de support à l'objectivation des risques. Des temps de restitution collective ont également été organisés. 3 séances se sont ainsi tenues, la première a eu lieu le 20 avril 2012, dans la cour du domicile d'un usager du quartier de Grand Dakar et a réuni 25 personnes environ, la deuxième le 28 juin 2012, dans la sal e de réunion du centre Elisabeth Diouf du quartier de la Médina a réuni 33 personnes et la dernière, le 06 octobre 2012, dans la sal e de réunion de l'hôpital Gaspard Camara de Grand Dakar a rassemblé 25 personnes. -Les autorités de santé publique Le CNLS est partenaire de l'étude et est très impliqué dans le soutien du travail de terrain et l'ouverture d'un centre méthadone. Les premiers résultats avaient été présentés au Comité Interministériel de Lutte contre la Drogue fin 2011 qui participe également au programme de formation ESTHER/UDSEN (voyages d'étude au Maroc, modération de sessions de formation). Le ministère de la Santé est informé des résultats via le CNLS et son secrétaire général qui a participé au comité de suivi, mais la restitution formel e de l'étude n'a pas encore pu avoir lieu, du fait du changement de gouvernement sénégalais survenu en 2012. Finalisation des rapports scientifique et financier finaux destinés à l'ANRS en Novembre 2013 Rédaction et publication d'articles dans des revues d'audience internationale en Décembre 2013 Poursuite de l'appui pour la promotion d'actions de RDR et de traitements de substitution pour les UDI de la région de Dakar : projet de formation ESTHER, mission d'appui FEI/FM, projet de centre de soin et de prévention de référence à l'hôpital Fann (CEPIAD). Poursuite des études en sciences sociales sous la supervision du Pr. Alice Desclaux (IRD). Albert Gautier Ndione, étudiant en sociologie à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar a soutenu son mémoire de Master I sur : « Les SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 relations de soins entre usagers de substances et soignants : attitudes et représentations des professionnels de santé face aux usagers de drogues au CHU de Fann » en février 2012. Il poursuit actuel ement un doctorat sur la médicalisation de l'usage de drogues à Dakar. poursuite des recherches sur le VHC Conference Interest, 14-17 mai 2013, Dakar o Tine J, Prevention and access to care of HIV and hepatitis B and C for injectable drug users in the region of Dakar. Poster. o Ba I, Impact of operational research on the national programme for the fight against HIV: problematic of injectable drug users in Senegal. Poster. Ndione A, Usage de drogues et traitement de substitution : analyse d'une médicalisation au Sénégal. Col oque nouveaux enjeux éthiques du médicament en Afrique de l'Ouest et du Centre, 1-2 juil et 2013, AUF, Dakar, communication orale Maynart M, Enquête UDSEN ANRS 12243 : enquête d'estimation de tail e, de pratiques à risque et de prévalence des infections VIH, VHB et VHC chez les usagers de drogues injectables dans la région de Dakar, Sénégal. Congrès THS, octobre 2O13, Biarritz, Communication orale. Ndione A, Les pratiques d'auto-sevrage par les usagers de drogues injectables (cocaïne/héroïne) à Dakar, Sénégal,Col oque de la Société de Pathologie Exotique, novembre 2013, Dakar Communication orale. 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier 27-30 avril 2014 o Koita Fal MB, Maynart M, Tine JM, Badiane M, Ndiaye B, Leprêtre A, Ba I, Clouzeau M, Girard PM, CRCF Groupe. Evaluation économique d'un programme pilote d'accès aux soins médicaux concernant des consommateurs de drogues injectables au Sénégal, communication orale, abstract n°1144. o Ndione AG, Desclaux A, Maynart M, Leprêtre A, Ba I. L'auto-sevrage par le voyage hors du milieu chez les consommateurs de drogues injectables (cocaine/héroine) à Dakar, Sénégal, communication orale, abstract n°1040 Leprêtre A, Ba I, Lacombe K, Maynart M, Toufik A, Ndiaye O, Toure Kane C, Gozlan J, Tine J, Ndoye I, Raguin G, Girard PM. Prevalence and behavioral risks for HIV and HCV infections in a population of drug users of Dakar, Senegal: the ANRS 12243 UDSEN study, the Lancet (en cours d'évaluation) SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3.3Projet Ethique
PROMOTEUR : SIDACTION/ANRS
RESPONSABLE SCIENTIFIQUE : DR KOUDIA SOW
COORDINATRICE DU PROJET : CAROLINE DESCLAUX SALL
Date : Janvier 2013 à Décembre 2013
L'objectif général de ce projet est d'« améliorer les capacités des personnes à
promouvoir leurs droits dans la recherche et les soins et renforcer les relations entre
acteurs de la recherche (chercheurs, associations, participants, pouvoirs publics)
pour une recherche impliquée et appliquée ».
Les objectifs spécifiques sont de :
Renforcer les capacités des personnes suivies au CRCF sur les questions d'éthique de la recherche et des soins Favoriser des espaces de dialogue entre acteurs concernés pour mutualiser, capitaliser, discuter les résultats de recherches liées au VIH/sida en vue d'une transformation en interventions efficaces Concrétiser l'autonomisation du RECERS et développer ses activités de promotion de l'éthique de la recherche et des soins auprès des participants, des institutions de recherche, des pouvoirs publics Contribuer et participer au développement des activités de la Coalition Autres sites d'intervention : Sénégal (Dakar-Mbour) Situation
 Résultats/Etat d'avancement En matière de renforcement des capacités des personnes suivies au CRCF sur les
questions d'éthique de la recherche et des soins

La médiatrice éthique est intégrée aux équipes de recherche des nouveaux projets du CRCF et participe à tout le processus, maîtrise les protocoles et les notes d'information, réalise des médiations entre les participants/les patients et les chercheurs/médecins, el e assure une permanence d'accueil et d'orientation au CRCF. El e a été appuyée de manière plus importante par d'autres médiatrices au cours de l'année. La médiatrice éthique a organisé des séances d'information col ective une fois tous les 15 jours à 3 semaines ouvertes à tous les patients suivis au CRCF pour mieux comprendre la recherche et l'éthique (à l'aide d'outil tel que la boîte à images du GTIE burkinabé) et/ou sur des aspects plus spécifiques liés aux études en cours. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Afin d'assurer une information continue aux personnes, la mise en place de conditions d'accueil plus favorables pour les patients notamment au niveau du local associatif a été concrétisée grâce la mise à disposition de petits déjeuners pour les patients. Ce sont des occasions privilégiées pour échanger avec eux sur leurs préoccupations, leurs besoins. L'amélioration de l'accès aux soins pour les personnes en dehors des projets de recherche a été une action reconduite notamment en raison des gaps de financement disponibles dans les associations (pendant plus de 6 mois=attente des fonds du Fonds Mondial). La médiatrice éthique assure le lien entre le CRCF et le RECERS. Des groupes de paroles sont prévus pour les participants dans les études ANRS à venir et en cours au niveau du site de Dakar. En matière de mise en place d'espaces de dialogue entre acteurs concernés pour
mutualiser, capitaliser, discuter les résultats de recherches liées au VIH/sida en vue
d'une transformation en interventions efficaces

Deux journées thématiques ont été co-organisées par le groupe de réflexion « Vulnérabilités » : une sur le thème « Recherches sur le VIH et HSH » et l'autre sur « Vulnérabilités des Personnes Âgées face au VIH ». Des rencontres régulières d'échange ont eu lieu entre les équipes de recherche et le RECERS notamment sur les nouveaux projets et ceux en cours tant en recherche clinique qu'en sciences sociales et en recherche opérationnel e. Les projets concernés sont : MOBIDIP, COHMSM, THILAO, Cohorte VIH/VHB (IeDEA), Recherche Virologique sur les couples séro-différents (LBV). Deux membres du RECERS participent au Conseil Scientifique de la Cohorte MAGGSEN-ANRS 12279. En matière de concrétisation de l'autonomisation du RECERS et de développement
de ses activités de promotion de l'éthique de la recherche et des soins

Le RECERS a vulgarisé et diffusé l'information sur l'éthique de la recherche et des soins lors d'une rencontre entre les membres de l'association ABOYA et ceux de l'association KARLENE. Le RECERS a participé activement au Col oque Éthique et Médicament qui a eu lieu en juil et 2013 : participation du Président à une table ronde et présentation orale d'un membre du RECERS sur la médiation scientifique. A la suite de ce col oque, une rencontre élargie avec tous les membres du RECERS a pu avoir lieu en présence de Carinne Bruneton de ReMED. Le RECERS est en cours de finalisation de son site internet. Une stagiaire a été recrutée pour pouvoir soutenir les membres du RECERS sur le site internet mais aussi pour permettre de mettre à jour et capitaliser tous les documents du réseau. En matière de contribution et participation au développement des activités de la
Coalition RESPECT

Dans le cadre du Col oque Éthique et Médicament, la Coalition RESPECT a participé à la diffusion en directe de la session du Col oque sur l'éthique de la SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 recherche et les communautés dans deux pays : Burkina Faso et Cameroun. Le CRCF, de par son implication au sein de la Coalition RESPECT et de son financement par Sidaction sur les aspects éthiques, a été invité à participer au Comité de pilotage de l'Université des Jeunes Chercheurs de Sidaction en octobre 2013. Lors de l'UJC, un atelier sur « Participer à une recherche » a été animé. Desclaux A, Desclaux Sal C, Sow K (à paraître) Un seul modèle pour tous? De la diversité des modes d'engagement communautaire dans la recherche à Dakar, Sénégal. In : Bernier M, Otis J, Levy J (eds) La Recherche Communautaire VIH/sida : des savoirs engagés. Presses de l'Université du Québec, Québec Col oque Éthique et Médicament, Dakar, 2013 La médiation scientifique pour le partage des savoirs. L'expérience du Réseau Communautaire pour la Promotion de l'Éthique de la Recherche et des Soins au Sénégal (présentation orale) SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3.4 ANRS 12271 PREM-SEN
L'enfant protégé par les antirétroviraux. Analyses ethnologiques comparées (Sénégal, Burkina Faso, Laos)
Promoteur : ANRS
Investigateurs: Alice Desclaux, Khoudia Sow
Equipe de recherche : Khoudia Sow, Alice Desclaux, Sokhna Boye, Maraki Grunitzky.
Partenaires associatifs : Adama Gueye, et médicaux : Pr Haby Sy Signaté, Dr Ngagne
Mbaye, comité de suivi
Comité Éthique: Avis favorable n°00085 du 4 juin 2012 délivré par le CNERS, et
autorisation administrative n°001140 du 6 juin 2012 délivrée par le MSAS du Sénégal
Date de début : février 2013
Résumé : Le projet PREM-SEN est la composante sénégalaise d'un projet (PREM-SUD)
qui concerne également le Burkina Faso et le Laos. Fin 2009, de nouvel es
recommandations de l'OMS qui proposent notamment de protéger les enfants par
les ARV pendant l'al aitement permettaient aux agences des Nations-Unies de
promulguer l'objectif d'élimination de la transmission du VIH de la mère à l'enfant
d'ici 2015 (ETME). En 2013, de nouvel es recommandations (Option B+) requièrent
d'engager le traitement ARV à toute femme enceinte (quel que soit son niveau de
CD4) et de le maintenir à vie. Cette stratégie globale étend les situations de
traitement des mères et accroît la médicalisation du suivi des enfants exposés et
infectés.
Objectifs: L'objectif de ce projet est de décrire et analyser les dimensions sociales,
culturel es et politiques, de l'extension de l'usage des antirétroviraux pour la
prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant. Quatre thèmes sont
abordés dans une approche qualitative qui analyse les tendances globales et les
particularités liées aux contextes locaux :
Les perceptions et pratiques autour du médicament antirétroviral ARV en contexte (histoire de la maladie et prescription des ARV, usage des ARV et d'autres médicaments, observance dans l'interaction entre mère et enfant et avec les soignants, perceptions des effets indésirables, impact sur l'alimentation) Les perceptions de l'interaction entre VIH et ARV et de ses effets sur la transmission, et sur les substances corporel es (anthropologie du corps, des échanges entre fœtus et mère, et entre enfant et mère) Les reconfigurations sociales et enjeux associatifs pour les femmes (effets sur la relation soignant-soigné, le diagnostic précoce, impact sur le suivi communautaire des femmes, dynamiques associatives et PTME Les perceptions locales de l'ETME : options nationales et perceptions locales, connaissances parmi les jeunes femmes en amont du dépistage, perceptions des professionnels et discours publics sur les transitions entre stratégies et la notion « d'élimination ». En termes de résultats, cette étude : Documentera l'expérience et les perceptions « sur le terrain » des femmes et des acteurs médicaux et associatifs de l'ETME et de la PEC du petit SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Montrera les acquis, limites, et effets sociaux des nouvel es recommandations et les obstacles subséquents à l'élimination effective de la transmission mère-enfant du VIH d'ici 2015 Précisera les dimensions sociales qui doivent accompagner les ARV pour assurer leur efficacité prophylactique en PTME, apportant des éléments de discussion sur les conditions d'application des stratégies TasP (Treatment as Etat d'avancement : Une première série d'entretiens individuels répétés et
col ectifsavec 35 femmes concernées, d'observations et visites à domicile, a été
menée en 2013. Des enquêtes complémentaires menées notamment par entretiens
col ectifs ont été réalisées à Dakar, à Pikine, et dans un site rural (Goudomp,
Casamance).
Un appui de l'OMS a été obtenu pour explorer l'acceptabilité a priori et les
perceptions des recommandations de 2013 (Option B+) par les femmes vVIH, les
intervenants associatifs et les acteurs de santé, en collaboration avec le RNP+ et
dans une démarche comparative avec le Burkina Faso, qui a donné lieu à une
enquête spécifique (décembre 2013-mai 2014).
Autres sites de recherche: Burkina Faso, Laos
Communications
Bila B, Sow K, Boye S, Alfieri C, Desclaux A, The social effects of pressure from health professionals on women in PMTCT to dis-close their HIV status :Insights from West Africa.XI International AIDS Impact Conference, Barcelona, 29/09-2/10 2013 Desclaux A., Reste-t-il des questions à propos de l'al aitement maternel ? 8ème Rencontre Nord-Sud IMEA/IRD, Paris, 26 novembre 2013 Boye S, Sow K, Desclaux A, Grunitzky M, Guéye A. Les limites de l'al aitement protégé chez les femmes dépistées tardivement au Sénégal, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale n°964. Bila BM, Sow K, Alfieri C, Desclaux A. La pression des systèmes de soins sur les femmes pour qu'el es partagent leur statut VIH est-el e une violence de genre ? Eléments de réponse du Burkina Faso, 7e Conférence AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale n°1257 Sow K, Desclaux A, Boye S, Gueye A. L'initiation précoce du traitement ARV et l'al aitement protégé chez les femmes enceintes réduisent-ils la pression au partage de l'information avec le conjoint et en particulier dans des couples polygames ? Expérience du Sénégal, 7e Conférence AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, Poster n°964 Alfieri C, Bila MB, Desclaux A. Le rôle des médiatrices dans les services de soins pour la prévention de la transmission mère - enfant du sida au Burkina Faso, 7e Conférence AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, Poster Senegalese Women Living with HIV versus the 2009 WHO Recommendations for PMTCT: Meanings for Resistance Regarding Infant Feeding. Desclaux A., 2013. In P. Liamputtong (Éd.), Women, Motherhood and Living with HIV/AIDS (p. 161-176).Springer, Netherlands. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 When a prevention policy leads to economic vulnerability: the case of PMTCT in Senegal. Desclaux A, 2013. Global Health Promotion, 20 (1 Suppl), 39-44. Desclaux A, Le Gac S, Salif Sow PS, Girard PM. Time to End the Ban on Pregnancy and Breastfeeding in Antiretrovirals Strategy Trials. J Acquir Immune Defic Syndr. 2013 Apr 15; 62(5): 2013; 62(5):e156-e158. Desclaux A., 2013. Les effets microsociaux des antirétroviraux : prophylaxie de la transmission mère-enfant du VIH et individualisation au Burkina Faso, Autrepart, 2013/1, n° 63, 161-177 Sokhna Boye réalise une thèse en vue du doctorat d'anthropologie à l'UCAD : L'al aitement au Sénégal: entre normes sociales et pratiques Maraki Grunitzky a effectué un stage post-Master de Droits des femmes et des enfants, et a participé à l'Université des Jeunes Chercheurs de Sidaction 2013 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3.5 ANRS 12175 Quali-PED
Indicateurs de qualité et de respect des bonnes pratiques cliniques dans les essais thérapeutiques sur les sites ANRS : spécificités, pertinence, choix, définition, validation Promoteur : ANRS
Responsables scientifiques
Brigitte Bazin, Service Recherches dans les pays en Développement de l'ANRS, Paris, France Mina Hanna, U897, Institut de Santé Publique et Développement (ISPED), Université Bordeaux Segalen, Bordeaux, France Résumé
Les textes de référence pour les Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) ne décrivent pas toujours les indicateurs permettant la mesure du respect des principes énoncés ; par ail eurs les indicateurs identifiés pour les essais en France ne peuvent pas tous être transposés au Sud. Certaines notions de qualité et de respect des BPC nécessitent une réflexion spécifique au contexte. Le but du projet est d'élaborer et de tester une liste d'indicateurs permettant d'évaluer la qualité et le respect des BPC dans les essais thérapeutiques. Le projet est mené sur les sites ANRS d'Afrique et d'Asie. L'étude est réalisée en trois phases : (i) élaboration de consensus sur une liste de critères de qualité et d'indicateurs leur correspondant ; (i ) mesure des indicateurs sur les essais terminés ou en cours sur les sites ANRS ; (i i) analyse, discussion et synthèse des résultats de ces mesures au sein du groupe de travail. Etat d'avancement
Entre 2008 et 2010, des missions sur 6 sites ANRS ont permis d'initier la démarche de recueil des indicateurs de qualité (IQ) en s'appuyant sur un responsable qualité désigné localement. Les particularités culturel es, organisationnel es et scientifiques de chaque type d'essai ont été identifiées et intégrées dans la conception des fiches techniques de recueil pour les 47 IQ retenus à la fin de la première campagne de recueil. Une deuxième campagne de recueil de données de qualité a démarré en juin 2011 dans 8 essais cliniques en cours dans 7 sites ANRS. Dans cette campagne, 6 nouveaux IQ de biothèque ont été identifiés. Au Sénégal Ces indicateurs ont été mesurés une première fois à travers l'étude DAYANA en 2009 et les certains de ces résultats sont présentés dans la figure ci-dessous (Figure 1). Les indicateurs les moins satisfaisants ont été : la notice d'information, l'étiquetage des médicaments et la déclaration des EIG. Les recommandations ont été suivies et des efforts importants faits pour améliorer ces indicateurs. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Cons entem ents conform es Etiquêtes des m édicam ents Liberté de choix Sécurité de la BD Notice d'inform ation Critère d'éligibilité res pecté Com plitude des bas es de Figure 6 : Recueil des IQ (1ère campagne, étude DAYANA)
Une deuxième mesure de ces indicateurs a été faite en 2011 à travers l'étude 2LADY et les résultats sont présentés la figure suivante en comparaison avec les indicateurs de l'étude DAYANA. Figure 7: Niveau des indicateurs de qualité mesurés sur les essais DAYANA et 2LADY
Une nette amélioration est notée au niveau de quatre indicateurs :  Le pourcentage d'informations présentes parmi cel es attendues dans la notice d'information est passé de 75% à 89%  Le pourcentage d'EIG ayant fait l'objet d'une déclaration conforme est passé de 71,5% à 100%.  Le pourcentage de patients sans valeur manquante ou aberrante pour le critère de jugement principal à date fixe est passé de 97,5% à 100%  Le pourcentage d'informations présentes parmi cel es attendues sur l'étiquette des médicaments est passé de 79% à 100%. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Par contre, le niveau de qualité d'un indicateur de 2LADY a baissé par rapport à l'étude DAYANA. Il s'agit du pourcentage d'examens biologiques protocolaires effectués sans valeur manquante ou aberrante parmi ceux prévus chez les patients inclus/randomisés. La baisse de cet indicateur était liée à une erreur lors de la confection par l'équipe de monitoring des tableaux des examens protocolaires pour les laboratoires. En effet, la phosphorémie a été omise dans ce tableau alors qu'el e devait être faite régulièrement. Cette erreur a été corrigée et les tableaux mis à jour. La mesure des IQ qualitatifs a été également réalisée dans le cadre de 2LADY et ces indicateurs seront comparés à ceux de l'étude DAYANA. La phase de validation avec les coordinateurs du groupe Quali-PED est en cours. Ils seront présentés ultérieurement. Perspectives
Une charte qualité pour les essais ANRS dans les PED sera développée et validée par
le groupe de travail courant 2012. Cette chartre comportera les indicateurs à
recueil ir dans les essais ANRS d'une manière systématique.

Publication 2013
Hanna M, Minga A, Fao P, Borand L, Diouf A, Mben Jm, Gad Rr, Anglaret X, Bazin B,
Chene G; AND THE [QUALI-PED] ANRS 12175 Study Group. Development of a
checklist of quality indicators for clinical trials in resource-limited countries: The French
National Agency for Research on AIDS and Viral Hepatitis (ANRS) experience. Clin
Trials. 2013 Jan 13.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3.6 ANRS 12251 Gouvernance et sida en Afrique
Gouvernance et sida en Afrique: accès universel, différentiels nationaux. Limites, obstacles et perspectives. Promoteur: Contrat d'initiation de recherche de l'ANRS
Investigateurs : Fred EBOKO, UMR 912 «Sciences économiques et sociales, systèmes
de santé, sociétés» SESSTIM (IRD-INSERM Université Aix-Marseil e 2 de la Méditerranée)
ORS PACA, Marseil e, France et Maurice ENGUELEGUELE, Institut Africain de la
Gouvernance, Dakar, Sénégal
Date:01/05/2011 au 30/04/2012
Résumé:Le projet vise à comprendre les configurations d'acteurs nationaux, locaux
et internationaux impliqués dans l'organisation de la prise en charge des patients en
Afrique. Les échecs comme les réussites dans la mise en œuvre des
recommandations internationales et nationales ne sont pas liées à un déficit
d'expertise locale mais à l'absence ou à la faiblesse du lien entre les décideurs
politiques et institutionnels et les réseaux d'experts et d'acteurs de la santé
publique.L'ambition opérationnel e de cette recherche est de travail er sur la
construction de ces liens, sur leur institutionnalisation mais aussi sur leur « informalité ».Il
s'agit d'étudier les relations entre les «réseaux de politiques publiques» qui
interviennent dans la réalisation d'action de santé publique à partir d'un thème
transversal («L'Accès universel ») et de thèmes particuliers : PTME, prise en charge des
Orphelins et Enfants Vulnérables (OEV), prise en charge et prévention auprès de
populations vulnérables suivant les pays (MSM, usagers de drogues, par exemple).
La méthode :
 L'identification des acteurs et des réseaux d'acteurs impliqués dans l'accès aux ARV et réunis par l'objectif de l'Accès Universel et du 6ème objectif des ODM;  La récolte de la littérature grise et de la littérature scientifique concernant les thèmes cités précédemment ;  Des entretiens avec les acteurs permettant de reconstruire la mémoire administrative desdits réseaux de l'action publique en matière de sida ;  L'organisation de rencontres formel es entre les représentants des différents réseaux d'acteurs Autres pays impliqués: Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire
Suite du Contrat d'Initiation : Le contrat d'initiation a donné lieu à une re-soumission
au premier appel d'offres 2014 et a été accepté sour le n° ANRS 12315. Ce projet est
intitulé : « Gouvernance et sida en Afrique : comprendre et renforcer l'action
concertée des instances de coordination nationale (CCM). Une approche
comparée Sénégal, Côte d'Ivoire, Cameroun »L'objectif s'est recentré de la
manière qui suit :
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Objectif principal : Décrire comment le travail de concertation et de négociation
entre les acteurs des CCM est le produit et le révélateur des trajectoires politiques
spécifiques des différents Etats africains. La comparaison du Sénégal, de la Côte
d'Ivoire et du Cameroun permet en effet de contraster trois configurations très
différentes des politiques de lutte, al ant de la « participation active » à l'« adhésion
passive » aux recommandations internationales.
Cette étude permettra de proposer un cadre théorique général pour analyser
comment l'Afrique subsaharienne est gouvernée dans le cadre des politiques de la
« santé mondiale », en envisageant la construction de l'action publique au sein
d'une matrice qui comprend les représentants des organisations internationales (OI),
des partenaires bilatéraux, des représentants des organisations de la société civile
(OSC) dont les représentants des patients, des partenaires privés et, bien-sûr publics.
Objectifs secondaires : Comparer et transmettre, au fur et à mesure de la recherche,
les éléments issus de cette comparaison aux acteurs impliqués dans la gouvernance
des CCM.
Eboko F., 2013a, Déterminants socio-politiques de l'accès aux antirétroviraux en Afrique : une approche comparée de l'action publique contre le sida. In Possas C. et Larouzé B., Eds, Propriété intel ectuel e et politiques publiques pour l'accès aux antirétroviraux dans les pays du Sud, ANRS (collection Sciences sociales et sida), Paris, 2013 : 207-224. Eboko F., 2013b, De l'intime au politique. Modèles dissonants et régulations des politiques publiques. A partir de la lutte contre le sida en Afrique, Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), Université Versail es Saint-Quentin-en-Yvelines, Juin 2013, 240 p. Eboko F, 2013. Les sciences sociales et la diffusion des savoirs dans l'espace public, 3 janvier et 1er février 2013. Organisé par le Département Sociétés de l'IRD (Laurent Vidal), Marseil e, Maison de la Région. « Conter le sida pour mieux le contrer. Vulgariser les sciences sociales sans les galvauder ; le cas des recherches sur le sida en Afrique », le 1er février. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3.7 ANRS 12234 L'Homosexualité et le Sida au Sénégal : une réalité invisible
Une réalité complexe. Sexualité (s) entre hommes et prévention du sida au Sénégal Promoteur: Bourse de l'ANRS
Responsable scientifique: Ndeye Ndiagna GNING
L'objet de cette recherche est d'interroger le vécu et l'expérience des hommes aux identités sexuel es multiples pour ensuite réfléchir aux possibilités de politiques de prévention du sida non stigmatisantes auprès de ces publics. Mieux rendre compte de l'expérience des acteurs implique d'analyser les discours sur l'homosexualité dans l'espace public tout en inscrivant cette question dans les débats Nord-Sud autour de la notion de « sexualité africaine » dans son rapport à une identité revendiquée ou imposée. L'approche défendue dans le cadre ce travail est une ethnographie de la vie quotidienne des hommes rencontrés, avec comme cadre de référence théorique le constructionnisme social développé par les fondateurs de l'école de Chicago (Leznoff et Westley 1956, Reiss 1961, Achil es 1967, Hooker 1965, Simon et Gagnon 1967, etc.). L'analyse ethnographique s'appuie sur des observations (lors des séminaires, groupes de parole, groupes d'auto support, causeries), des entretiens semi-directifs, des groupes de discussion et des récits de vie (en wolof et français) avec les hommes aux identités sexuel es multiples, les responsables des associations de lutte contre le sida, les professionnels médicaux ainsi que les acteurs non-VIH (décideurs politiques, acteurs pour la défense des droits de l'homme, citoyen Lambda, Imams). Concernant les discours sur l'homosexualité dans l'espace public, l'analyse repose sur un corpus composé de déclarations publiques (discours politiques, prêches d'imams), d'articles de journaux (presse officiel e et populaire), de textes de chanson rap, de discussions sur des forums internet, et de débats télévisés ou radiodiffusés (en français et en wolof). Contexte de l'étude et résultats de l'enquête
Au Sénégal, en 2008 prend forme une controverse sur l'homosexualité. Depuis cette période, la visibilité des hommes aux identités sexuel es multiples dans l'espace public soulève de nombreuses questions qui font écho aux débats récurrents et violents ail eurs sur le continent africain (Côte d'Ivoire, Zimbabwe, Afrique du Sud, Cameroun, Ouganda, etc.). Ceux-ci sont emblématiques des problèmes rencontrés par ces hommes concernant non seulement la légalité, mais plus largement la légitimité sociale de leur orientation sexuel e. D'une façon générale, cette situation de l'homosexualité en Afrique a également actualisé de vieil es controverses sur l'identité africaine, notamment sexuel e. Pour bon nombre d'Africains l'homosexualité est une réalité non africaine, car n'ayant jamais existé avant la colonisation. Si l'homosexualité est pensée aujourd'hui comme non africaine, les pratiques sexuel es entre personnes de même sexe ont été décrites sur le continent bien avant l'époque coloniale (Tauxier 1912, Evans Pritchard 1929, Crowder 1959, SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Murray et Roscoe 1998, Teunis 1996, Vangroenweghe 2000, Gueboguo 2008, Epprecht 2008). Force est cependant de reconnaître que si les pratiques ont toujours existé, les manières de les nommer et de les penser ont quant à el es évolué. Au Sénégal, les hommes aux identités sexuel es multiples sont socialement appelés goorjigeen (goor : homme/jigeen: femme. Goorjigeen signifie littéralement l'homme-femme). Cependant, si les populations locales les appel ent ainsi, les hommes concernés ne s'accordent pas sur ce terme car étant discriminatoire selon eux. Ceux-ci préfèrent utiliser les termes suivants : yoos (petit poisson) ubbi (ce terme signifie en wolof ouvrir) ou « xaleeyi fol e yi » (ces jeunes fol es), gouine ou lesbienne, Ñar yeep, mamaré (l'adulte, le vétéran), mberémessé (le jeune), jank (une jeune femme vierge), jegg (une femme mariée ou qui n'est plus vierge), branché, MSM, ubbi secret, etc. (Gning 2013). Prenant en considération l'organisation sociale de la société sénégalaise, il est évident de comprendre pourquoi le terme goorjigeen affecte les hommes rencontrés. En effet, goorjigeen est souvent utilisé pour insulter l'homme voire l'humilier, et par extension lui enlever son statut de mâle dominant, viril et autoritaire. Les propos de Bourdieu prennent tout leur sens dans ce contexte lorsqu'il écrit «il suffit de dire à un homme, pour le louer que c'est un homme». Un goorjigeen, lato sensu, dans l'imaginaire col ectif est celui qui a laissé son statut d'homme pour celui d'une femme est honni. En raison de cette vision dépréciative de l'homosexualité, les hommes aux identités sexuel es multiples au Sénégal sont de plus en plus confrontés à un double problème d'affirmation et de rejet en tant que « déviant sexuel », mais également en tant que présumé séropositif, car appartenant à un groupe, dont les pratiques sexuel es, les placent parmi les individus les plus touchées par le VIH/SIDA. Outre le sida, la stigmatisation de l'homosexualité au Sénégal est associée à une certaine conception traditionnel e de la masculinité et de la sexualité. La division diacritique des rôles sexuels apposés aux genres (masculin et féminin) poussant les hommes à désirer des femmes et vice versa ne laisse aucune place à une possibilité d'existence d'un troisième genre et dans ce cas de figure précis l'homme qui a des rapports sexuels avec des hommes. En effet, dans le contexte sénégalais, goorjigeen est une catégorie inclassable dans l'ordre social des sexes. Pour la majorité des Sénégalais comme c'est le cas pour d'autres Africains, l'hétérosexualité reste la seule norme sexuel e reconnue et légale. Ainsi dans les représentations, l'homosexualité est liée à une certaine altérité mondiale et plus particulièrement occidentale. Autrement dit, c'est un phénomène intrinsèquement occidental. La visibilité de l'homosexualité s'explique en rapport avec la mondialisation (synonyme de perte des valeurs traditionnel es et religieuses) et le tourisme sexuel. En outre, les valeurs religieuses et morales constituent également un facteur explicatif des violences dont sont victimes les hommes aux identités sexuel es multiples dans un pays à 95 pour cent musulman. L'homosexualité, de facto, est considérée comme l'un des plus grands péchés en Islam. La sociodicée hétérosexuel e du fait qu'elle est naturalisée et ancrée par le biais des valeurs culturel es, religieuses et politiques, ipso facto, les hommes aux identités sexuel es multiples se retrouvent dans une posture de « déviants sexuels ». Ils sont ainsi victimes de violences jugées majoritairement légitimes. Au Sénégal, en raison de l'il égitimité SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 sociale et de la tolérance de la discrimination envers les hommes aux identités sexuel es multiples, les réseaux de MSM (pour faire référence aux associations de MSM comme ils se désignent) sont confrontés à d'importantes difficultés: lois répressives, désapprobation culturel e et religieuse, médiatisation négative, violences et isolement. En résumé à cette recherche, les réactions violentes contre l'homosexualité au Sénégal témoignent de la difficulté pour les hommes rencontrés de vivre une sexualité non orthodoxe. En outre, l'analyse ethnographique permet de rendre compte de la multiplicité des expériences relatives à l'homosexualité. El e révèle divers degrés de connaissance et de reconnaissance de l'homosexualité. Cela permet ainsi d'envisager conjointement l'expérience de ces hommes entre assujettissement et subjectivation. Certaines possibilités de reconnaissance sont certes fragiles, non acquises de façon définitive, cependant el es révèlent les possibilités de vivre son homosexualité au Sénégal. Les formes de reconnaissance sociale dans ce contexte s'inscrivent dans le registre matériel, victimaire, de la maladie ou de l'amour. Cela signifie qu'en dépit des contraintes qui pèsent sur une sexualité non orthodoxe, les hommes concernés arrivent à renégocier leurs rapports interpersonnels et à réinventer leur quotidien. Dans le même temps, les stratégies d'identification en jeu dans les espaces de liberté et les espaces policés, témoignent de la capacité des acteurs à contourner ou échapper à la violence. Ces identités multiples dévoilent le vécu complexe de l'homosexualité et posent question quant aux possibilités de prévention du sida auprès de ces publics. Alors que de nos jours, les nouveaux outils biomédicaux suscitent des espoirs et rassurent sur l'adoption d'une approche exclusivement biomédicale auprès des populations les plus touchées par le VIH, dont les hommes aux identités sexuel es multiples. Cette recherche montre qu'au-delà de la prévention médicalisée, il importe de mettre l'accent d'une part sur la dimension sociale de l'homosexualité (le déni institutionnel, la violence structurel e, les rapports de pouvoir et de domination, les inégalités de classe et de genre, la situation économique, etc.), d'autre part sur la dimension individuel e (le rapport à soi, à la sexualité, à la maladie, etc.). Publications :
« Analyse d'une controverse. Les discours sur l'homosexualité dans l'espace public », Stichproben. Wierner Zeitschrift für Kritische Afrikastudien, 24, 13, 2013, p.93-120 « Les motifs de l'il égitimité sociale de l'homosexualité au Sénégal », Africultures, 96, 2013, p.22-39 « De l'inconfort ethnographique à la question de l'éthique en sciences sociales », Revue des anthropologues (à paraître 2014). Soutenance de la thèse : le 13 décembre à l'Université Bordeaux Segalen (France) SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3.8 ANRS 12280 CohMSM
Prévention de l'infection par le VIH chez les hommes qui ont des relations sexuel es avec d'autres hommes en Afrique subsaharienne : étude de faisabilité d'une cohorte incidente multicentrique Promoteur : Contrat d'initiation ANRS
Responsables scientifiques : Christian Laurent et Yves Yomb.
Partenaires : UMI 233, IRD/Université Montpel ier 1/Université Yaoundé 1/Université
Cheikh Anta Diop de Dakar ; UMR 912, INSERM/IRD/Université Aix-Marseil e ; Coalition
Internationale Sida, Paris ; Centre Muraz et REVS+, Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) ;
Alternatives-Cameroun, Centre Access et Synergie des Sciences Sociales et
Humaines, Douala (Cameroun) ; Clinique Confiance, Abidjan (Côte d'Ivoire) ;
ARCAD/SIDA, Clinique des Hal es, Bamako (Mali) ; Institut d'Hygiène Social, Dakar
(Sénégal).
Coordinateur de l'étude au Sénégal : Dr. Abdoulaye Sidibé Wade.
Objectifs :
 Evaluer la faisabilité d'une étude de cohorte prospective, incidente, multicentrique et multidisciplinaire sur le VIH chez les hommes qui ont des relations sexuel es avec d'autres hommes (HSH) en Afrique subsaharienne (Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire, Mali et Sénégal). Spécifiquement, le contrat d'initiation cherchait à évaluer la capacité des sites pré-identifiés à recruter et suivre dans de bonnes conditions les sujets de l'étude, l'acceptabilité pour les HSH séronégatifs d'un suivi médical trimestriel, l'incidence de l'infection par le VIH dans les sites pré-identifiés et l'acceptabilité du projet par les autorités nationales administratives.  Préparer l'étude de cohorte chez les HSH, et notamment étudier le contexte médical des sites pré-identifiés de l'étude (l'organisation de la prise en charge ainsi que les activités préventives et curatives auxquelles les HSH ont accès) et le contexte social (les processus de stigmatisation et les différentes formes de discrimination dont sont victimes les HSH). Situation du sujet : Les HSH constituent l'une des populations clés de l'infection par le
VIH. En Afrique, la prévalence de l'infection par le VIH est ainsi estimée à 17 % chez
les HSH contre 5 % dans la population générale adulte. Outre les conséquences pour
les HSH eux-mêmes, cette situation représente une menace pour la santé de leurs
partenaires féminines et, au-delà, de la population générale (surtout en cas
d'épidémie concentrée ou mixte comme en Afrique de l'Ouest) sachant que la
plupart des HSH africains ont également des relations hétérosexuel es. Aujourd'hui,
peu de programmes de prévention et de prise en charge spécifiques aux HSH sont
disponibles en Afrique et leurs activités dispensées « à la demande » ne semblent pas
en mesure de diminuer l'incidence du VIH chez les HSH.
Méthodes : La faisabilité d'une étude de cohorte a été évaluée à partir d'une
intervention spécifique mise en œuvre au cours du contrat d'initiation (visites
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 trimestriel es au site local de l'étude avec une proposition systématique de dépistage du VIH). Ont été inclus des hommes majeurs rapportant au moins une relation sexuel e avec un autre homme au cours des 3 derniers mois et séronégatifs pour le VIH. L'acceptabilité du projet par les autorités nationales administratives des 5 pays a été évaluée à partir des discussions menées avec el es et des avis éthiques des comités nationaux. Enfin, le contexte social et médical des sites pré-identifiés de l'étude a été appréhendé à partir d'une étude qualitative dans les 5 pays. Principaux résultats :
 Le contrat d'initiation a tout d'abord permis d'asseoir le partenariat entre tous les acteurs du projet.  Au Burkina Faso, en Côte d'Ivoire, au Mali et au Sénégal, les responsables des programmes de lutte contre le sida soutiennent le projet et les comités d'éthiques nationaux ont donné des avis favorables. En revanche, le projet n'a pas reçu l'avis favorable du comité d'éthique du Cameroun.  Les résultats de recrutement et de suivi des HSH séronégatifs montrent la faisabilité d'une étude de cohorte dans ce contexte.  L'étude qualitative a permis à l'équipe de recherche d'améliorer sa connaissance du contexte médical et social dans lequel évoluent les HSH des sites de l'étude. Perspectives : Un projet de recherche a été déposé à l'appel d'offre de mars 2014.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3.9 ANRS 12279 MAGGSEN
Facteurs de risque de troubles nutritionnels et métaboliques chez l'enfant et l'adolescent sous traitement antirétroviral ou non : Grandir avec le VIH au Sénégal (MAGGSEN)
Promoteur : ANRS
Investigateurs :
 Pr Haby Sy Signate : Pavil on des mères, Centre hospitalier national d'enfants Albert Royer, Dakar Sénégal. Coinvestigateurs : Dr Aminata Mbaye, Dr Hélène Mbodj, Dr Ndeye Fatou Dial o  Dr Ngagne Mbaye : Synergie pour l'Enfance, Hôpital Roi Baudouin, Guédiawaye Sénégal. Coinvestigateur : Dr Baly Ouattara  Dr Philippe Msel ati : UMI233, IRD, Montpel ier France
Coordinateur : Dr Cécile Cames, UMI233 IRD, CRCF, Dakar Sénégal
Date : Avril 2013 à mars 2016
Problématique: La transformation de l'infection à VIH en une maladie chronique sous
traitement antirétroviral (TAR) permanent pose des problèmes nouveaux, liés entre
autres à une perturbation du métabolisme du glucose, des anomalies lipidiques
auxquel es s'ajoutent chez l'enfant les effets potentiels sur la croissance et la
puberté. Les connaissances sur l'évolution nutritionnelle et métabolique des enfants
infectés par le VIH sous TAR manquent cruel ement en Afrique, alors que
l'application des dernières recommandations de l'OMS devrait se traduire à terme
par une augmentation du nombre d'enfants sous TAR dans cette région. Par ail eurs,
l'évolution bioclinique des enfants non traités est très peu documentée dans le
contexte africain. La mise en place d'une cohorte permettant l'étude de l'évolution
nutritionnelle et métabolique de ces enfants est aujourd'hui indispensable.
Objectif général : Étudier sur le long terme les désordres nutritionnels et métaboliques
et caractériser les facteurs de risque de leur survenue chez des enfants et
adolescents infectés par le VIH avec ou sans traitement antirétroviral, pris en charge
dans les deux principaux sites de suivi du VIH pédiatrique au Sénégal, à Dakar et à
Guédiawaye.
Objectifs spécifiques :

Décrire la prévalence, l'intensité et l'évolution du retard de croissance (Obj1) et du retard pubertaire (Obj2), • Décrire la prévalence, l'intensité et l'évolution des altérations de la composition corporel e (lipodystrophies, Obj3), du métabolisme glucidique et lipidique (Obj4), • Rechercher et caractériser les facteurs de risque d'apparition et d'évolution de ces désordres nutritionnels et métaboliques, principalement dans leur profil bioclinique, thérapeutique et alimentaire SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Méthode: Il s'agit d'une étude de cohorte ouverte, bi centrique, de type descriptif et
analytique menée sur 3 ans. L'étude inclut les enfants de 2 à 16 ans infectés par le
VIH-1 sous TAR ou non suivis sur les sites. L'effectif attendu dans la fenêtre d'inclusion
de 24 mois est d'environ 350-400 patients. Dans le cadre du suivi de cohorte, un bilan
clinique complet est réalisé à l'inclusion puis tous les 3 mois durant toute la période
de suivi. Le recueil des données spécifiques sur des désordres nutritionnels et
métaboliques est réalisé à l'inclusion puis tous les 6 mois (évaluation
anthropométrique complète, bioimpédancemétrie, alimentation). Un prélèvement
sanguin et urinaire à l'inclusion, puis tous les 6 mois permet la réalisation d'un bilan
approfondi et la constitution d'une biothèque. Les dossiers médicaux conservés par
les structures de prise en charge participantes contiennent des données qui
permettront de reconstruire l'histoire clinique, thérapeutique et nutritionnelle avant
et après la mise sous TAR des enfants inclus. Les données issues des recueils
rétrospectif et prospectif seront ensuite analysées conjointement.
Échéancier : Les inclusions ont démarré en avril 2013. La durée totale de l'étude est
prévue pour trois ans (avril 2016) mais pourra être prolongée en fonction des
financements éventuels, des premiers résultats et de l'avis du conseil scientifique de
l'étude.
Résultats attendus : La diffusion de données de référence sur l'évolution bioclinique,
nutritionnelle et métabolique des enfants et adolescents infectés par le VIH avec ou
sans TAR, aussi bien au niveau national qu'international. Associées aux résultats de la
recherche étiologique, ces connaissances permettront d'argumenter un plaidoyer
au niveau du ministère de la santé sénégalais pour une prise en charge des
complications à long terme dues au VIH et/ou aux traitements chez l'enfant. De plus,
cette cohorte constituera un outil essentiel pour le développement de recherches
pluridisciplinaires visant à améliorer plus largement la prise en charge des enfants
infectés. Les partenaires du projet s'engagent aussi à initier auprès des institutions
sénégalaises les démarches nécessaires à la pérennisation de cette cohorte.
Etat d'avancement : Le protocole de l'étude a été validé par l'ANRS en octobre
2012 et l'accord du comité d'éthique (CNERS) et du ministère de la santé sénégalais
a été obtenu le 9 janvier 2013. La première réunion du conseil scientifique s'est tenue
à Dakar, le 12 mars suivant.
De janvier à mars 2013, les documents d'étude (questionnaires, check listes,
procédures opératoires standardisées et autres documents associés) ont été finalisés
au sein du CMG et en col aboration avec les sites investigateurs.
La base de données prospectives a été réalisée avec Voozanoo et a été instal ée
au CRCF par l'équipe de data management de l'UMI233 (Suzanne Izard, Bruno
Granouil ac) en février 2013.
L'équipe de recherche a opté pour un démarrage échelonné de la cohorte. Ainsi,
les formations concernant les BPC, l'éthique, et les différents outils et supports de
col ecte de données ainsi que les derniers préparatifs de l'étude (y compris
l'information des patients et répondants) ont été réalisés de janvier à mars sur le site
d'Albert Royer, où les inclusions ont démarré le 2 avril 2013. Les mêmes activités
préliminaires ont été réalisées d'avril à mai sur le site de Synergie-Roi Baudouin où les
inclusions ont démarré le 12 juin.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 L'ensemble du bilan biologique des enfants est finalement réalisé depuis fin juin 2013 par le laboratoire du CRCF (à l'exception des CD4 des enfants inclus à AR, qui ont été mesurés dans le laboratoire du site jusqu'en octobre 2013) Inclusion et suivi des patients
Sur les 310, 2 sont décédés, 3 n'étaient pas VIH-1 (2 cas de VIH-2 et un cas de
séronégativité) et 2 ont été transférés. Ces 7 enfants ont fait l'objet d'une
déclaration de fin d'étude sur le CRF.
Actuellement, 303 enfants sont activement suivis dans la cohorte (306 dans la base),
dont une jeune fil e qui a été confirmée en état de grossesse à la visite M3 (et a
accouché depuis). Conformément au protocole, cette patiente reste dans la
cohorte mais ses données ne seront pas inclues dans les analyses
Résultats préliminaires
A ce jour, 305 enfants (sur 306 inclus) ont des données d'inclusion monitorées, saisies,
nettoyées et complétées. Parmi les enfants scolarisés de 5 à 16 ans, 41% accusent un
retard scolaire de 1 à 3 ans et 11% un retard supérieur à 3 ans.
Quatre mères et 9 enfants (3%) ont reçu des ARV dans le cadre de la PTME. Moins d'1% des enfants ont été dépistés dans le cadre de la PTME, 51% au cours d'un dépistage familial, 32% au cours d'une hospitalisation, 13% à l'issue d'une consultation médicale. L'âge médian au dépistage chez les 2-5 ans est de 1,8 an (0 – 4,5), chez les 5 – 10 ans, de 3,0 ans (0,3 – 9,3) et chez les 10 – 16 ans), de 6,5 ans (0,8 – 13,9). Chez les enfants de 10 ans et plus à l'inclusion, 31 (23%) ont été dépistés après l'âge de 10 ans. Neuf enfants, sur les 297 dépistés, sont positifs pour l'antigène antiHBs (situations connues des équipes soignantes). Les résultats par site sont présentés en annexe 1 de ce document. Au total, 77% sont sous TAR à l'inclusion dont 25% sont sous 2ème ligne. Chez les enfants sous TAR, 42% présentent une charge virale détectable (>=300 copies/ml) et 35% une charge virale ≥ 1000 copies/ml. Le programme national recommande maintenant de passer directement les enfants en échec thérapeutique de première ligne, en deuxième ligne, sans réaliser de génotypage, et après un renfort d'observance de 3 mois suivi d'une charge virale de contrôle. Le génotypage reste requis chez les enfants en échec thérapeutique de deuxième ligne. D'après les données disponibles à l'inclusion, 60 enfants sous TAR de première ligne et 21 enfants en deuxième ligne ont une charge virale supérieure à 1000 copies. Prévalences de malnutrition (Obj1)
Les indices nutritionnels ont été calculés à l'aide des Macro OMS 2006 pour les 2-5
ans et 2007 pour les 5-16 ans.
Les données d'inclusion ont permis de mettre en évidence des prévalences élevées
de malnutrition, plus particulièrement chez les adolescents (figure 2).
L'IMC-âge et l'indice Tail e-âge médians des adolescents sous TAR (-2,1 et -1,7 z-
scores) sont inférieurs à ceux des non traités (-1,3 et -1,4 z-score), (p=0,008 et p=0,06,
respectivement).
Au total, 72 % des adolescents traités souffrent d'une forme de malnutrition, dont
30% cumulent malnutrition chronique et aiguë, ils sont 45% dont 20% respectivement,
chez les non traités (p=0,04).
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014
Prévalences du retard pubertaire (Obj2)
Le retard du processus pubertaire a été évalué préliminairement selon le stade de
développement, mammaire chez les fil es et testiculaire chez les garçons, de l'enfant
et selon son âge par rapport au stade dans chaque tranche d'âge où 95% de la
population (nord) atteint un stade donné. Il s'agit donc d'une classification très
stricte, qui peut surestimer le retard pubertaire, en comparaison d'une définition
physiologique du retard pubertaire qui est souvent retenue en clinique :
- chez le garçon par l'absence d'augmentation de volume testiculaire (volume
inférieur à 4 ml ou longueur inférieure à 25 mm) au-delà de 14 ans, ou absence de
développement complet 4 ans après le début pubertaire.
- chez la fil e par l'absence de développement mammaire au-delà de 13 ans, ou
absence de règles (aménorrhée primaire) 4 ans après le démarrage pubertaire.
Parmi les 136 adolescents (10-16 ans) inclus, 74% ont un retard pubertaire, sans
différence selon le TAR. Le retard pubertaire est plus important chez les garçons que
chez les fil es (p=0,03). La moitié des fil es (54%) et 83% des garçons de 10-14 ans sont
pré-pubères. Seules 2 fil es entre 14 et 16 ans ont achevé leur puberté. Moins de la
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 moitié des fil es de 13 à 16 ans (n=11/26) ont eu leurs premières règles, à un âge
médian de 14,7 ans (13,4-15,9).
Le retard pubertaire est associé à la malnutrition chronique (p=0,01) mais pas à la
malnutrition aiguë (p=0,12).
Selon la deuxième classification, le retard pubertaire concernerait essentiel ement les
garçons de 14 à 16 ans (39%) et les fil es de 13 à 16 ans (22%).
Communications
Cames, C (2013) « Malnutrition chez l'enfant et l'adolescent infectés par le VIH : état des lieux et cadre de la prise en charge des patients suivis à Dakar », Journée d'Actualités de la recherche scientifique sur le VIH au Sénégal. Hôtel Ngor Diarama, Dakar – 28 novembre 2013 et Journée de réflexion et d'échanges autour du thème : « Politiques de santé en Afrique. Vers un renouveau des politiques publiques à l'aune du « retour de l'Etat ?», 3 octobre 2013 – IRD et Institut Africain de la Gouvernance, Hôtel Airport, Dakar, Sénégal. C. Cames, L. Pascal, H. Mbodj, B. Ouattara, A. Diack Mbaye, N.F. Dial o, N.R. Diagne, M. Diouf, A. Ndiaye-Sarr, P. Msel ati, N. Mbaye, H. Sy Signate. Etat nutritionnel et puberté chez les adolescents infectés par le VIH-1 inclus dans la cohorte sénégalaise MAGGSEN-ANRS 12279. Communication poster présentée à l'AFRAVIH, Montpel ier, avril 2014. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Etudes Associées
3.3.9.1 Coût de l'hospitalisation
Coûts de l'hospitalisation des enfants infectés par le VIH à Dakar, Sénégal. Investigateurs : Marie Varloteaux (IRD) et Bernard Taverne (IRD)
Durée : mai 2013 – octobre 2014
Partenaires : Hôpital Albert Royer (Pr Haby Signate Sy), UMI233-IRD/CRCF.
L'étude a démarré à l'hôpital Albert Royer en mai 2013 après avoir obtenu l'accord
du CNERS.
Objectifs : 1/ Estimer les coûts de la prise en charge hospitalière (hors ARV) des
enfants infectés par le VIH, 2/ Estimer le reste à charge pour les patients, 3/ Décrire
les conditions sociodémographiques et économiques des famil es, 4/ Préciser les
modalités de financement des dépenses mobilisés par l'hospitalisation. Les parents
ou tuteurs inclus dans l'enquête ont préalablement reçu une information à l'étude et
signé un consentement éclairé à participer.
Méthodes : La chef de projet col ecte chaque jour les informations portant sur les
dépenses réalisées la veil e. Des entretiens quotidiens ont lieu avec les parents
/tuteurs et le personnel soignant de l'hôpital.
Résultats préliminaires : Actuel ement 37 enfants ont été inclus dont 17 fil es, l'âge
médian est de 9 ans (16 mois-17 ans).La durée médiane de séjour pour est de 18
jours (3 ; 71). Les premiers résultats montrent que le coût médian d'une hospitalisation
est de 289€. Le coût moyen journalier est de 13,7€ et que le reste à charge pour les
famil es est de 1,66€. La différence étant pour le moment prise en charge au travers
le programme ESTHER et l'étude MAGGSEN. En affinant les observations et en
différentient les enfants suivis (n=11) pour leur infection à VIH versus enfants
nouvel ement diagnostiqués (n=26) nous remarquons que les enfants nouvel ement
diagnostiqués ont une durée médiane d'hospitalisation significativement plus
importante (27,5 jours VS 9 jours) p=0,024.Par conséquent le coût médian du séjour
est également plus élevé pour les enfants nouvel ement diagnostiqués (335€ VS
170€). Il est à noter que les re-hospitalisation (4 VS 0) et les décès (7 VS 0) sont plus
fréquents chez les enfants nouvel ement diagnostiqués.
Varloteaux M, Taverne B, « Coût de la prise en charge hospitalière des enfants vivant avec le VIH »9ème Congrès International Francophone de la Société de Pathologie Exotique, UCAD 2, Dakar, 14 novembre 2013. Varloteaux M, Taverne B, Cames C, Signaté S H, « Coût de la prise en charge hospitalière des enfants vivant avec le VIH à Dakar. Etude associée à la cohorte Maggsen ANRS 12279 » AFRAVIH 2014, Montpel ier, 29 avril 2014. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3.9.2 GUNGE
Accompagnement des enfants vivant avec le VIH dans la recherche : enjeux éthiques et sociaux dans le cadre d'une étude de cohorte bioclinique à Dakar Responsable: Caroline Desclaux-Sal
Durée : Juil et 2013-juil et 2015
Partenaires : Hôpital Albert Royer (Pr Haby Signate Sy) et Synergie pour
l'Enfance/Hôpital Roi Baudouin (Dr Ngagne Mbaye), UMI233-IRD/CRCF.
Cette étude est menée dans le cadre d'une thèse de doctorat en santé publique à
l'Université Montpel ier 1, École Doctorale « Sciences Chimiques et Biologiques pour
la Santé », sous la direction du Pr Alice Desclaux (UMI 233) et du Pr Mamadou Badji
(UCAD, Dakar). Ce projet a obtenu une al ocation de recherche de l'ANRS pour une
durée de 36 mois.
L'avis éthique et scientifique favorable du comité d'éthique (CNERS) et l'autorisation
administrative du ministère de la santé et de l'action sociale sénégalais a été
obtenu les 20 et 21 juin 2013, respectivement ainsi que l'avis favorable du CCDE de
l'IRD.

Objectifs
: Analyser les enjeux sociaux et éthiques d'un dispositif de recherche
bioclinique auprès d'enfants vivant avec le VIH à Dakar. à documenter et analyser:  L'acceptabilité pour les acteurs (parents, enfants, soignants) de la procédure d'obtention de l'adhésion de l'enfant à participer  La faisabilité et l'acceptabilité d'un dispositif d'information pour les enfants et les accompagnants  Les caractéristiques sociales et le rôle des accompagnants notamment pour  Le contexte social et son impact (rôle des associations, inter-relations entre
Méthodes : Jusqu'en décembre 2013, la doctorante a pu observer le
fonctionnement des sites de recherche en matière de prise en charge des enfants
vVIH, assister aux réunions d'équipe, aux séances d'information col ective et
individuel e avec les parents/tuteurs et les enfants informés de leur statut sérologique.
Près d'une cinquantaine d'observations ont eu lieu pendant les réunions de recueil
du consentement (ou permission) du représentant légal et de l'adhésion de l'enfant
(à partir de 7 ans), à l'inclusion des enfants et à leurs visites M3 et M6. Une première
analyse du dispositif d'information des parents/tuteurs et des enfants a pu être
réalisée à partir de la documentation de 223 processus chez les +de 7 ans (cf.
Communication orale AFRAVIH 2014).
La revue de la littérature sur les différents thèmes abordés par la recherche est en
cours.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Des entretiens avec une partie des membres du CNERS ont eu lieu. Une analyse des
protocoles de recherche en santé chez les enfants soumis au CNERS et des avis
éthiques émis entre 2001 et 2013 est en cours au CNERS. Ce travail devrait permettre
d'avoir une vision globale de la recherche chez l'enfant au Sénégal et des pratiques
en matière d'information des enfants et des parents/tuteurs.
Les guides d'entretien à destination des professionnels de santé, des parents/tuteurs
et des enfants ont été revus suite aux observations. Diverses techniques d'entretiens
à partir du dessin et de la photographie vont être utilisées avec les enfants, les outils
nécessaires sont en cours d'élaboration. Les entretiens vont se dérouler entre mai et
août 2014. Les focus group (parents/enfants/associations) sont prévus au dernier
trimestre 2014.
Résultats attendus : Cette thèse permettra de fournir des éléments pour adapter les
procédures éthiques en pédiatrie au Sénégal et plus généralement dans les pays du
Sud (charte d'éthique, outils d'information, procédures pour l'obtention de l'accord
de participation des enfants, etc.).

Communications

Desclaux Sal C. (2013), « Statut de l'enfant et formes de consentement dans la recherche ». Séminaire Ethique et recherche chez l'enfant : analyses multidisciplinaires. CRCF, Dakar, Sénégal, 29 avril 2013. Desclaux Sal C. (2013), « Enjeux éthiques de la participation des enfants non informés de leur statut sérologique dans la recherche sur le VIH ». Col oque « Nouveaux enjeux éthique du médicament en Afrique de l'Ouest et du Centre», UCAD-IRD, Dakar, Sénégal, 2 juil et 2013 Desclaux Sal C., Desclaux A. (2013), « Participation des enfants non informés de leur statut sérologique dans la recherche sur le VIH : enjeux éthiques et observations pratiques ». Congrès ADELF-SFSP « Santé Publique et Prévention », ISPED, Bordeaux, 18 octobre 2013. Desclaux Sal C, Cames C, Ngagne Mbaye, Msel ati P, Sy Signaté H, Desclaux A. (2014) Processus d'information des enfants vivant avec le VIH-1 en vue de leur participation à une recherche médicale : Expérience de la cohorte sénégalaise MAGGSEN-ANRS 12279, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale, abstract n°1171. Desclaux Sal C, Badji M, Desclaux A.Aspects éthiques et sociaux de la recherche sur le VIH en pédiatrie au Sénégal. Communication orale présentée aux Journées des Doctorants de l'IRD-France Sud, Montpel ier 22-23 avril 2014 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 3.3.9.3 YËGËL
L'annonce de l'infection à VIH aux enfants et aux adolescents. Approche socio-culturel e et genrée au Sénégal. Promoteur : Fondation de France
Investigateurs : Nord : Dr Fabienne Héjoaka (Responsable) et Pr Alice Desclaux (DR,
IRD UMI 233) / Sud : Dr Ngagne Mbaye (Synergie pour l'Enfance), Pr Haby Signate Sy
(Hôpital Pédiatrique Albert Royer)
Partenaires : IRD / UMI 233 « TRANSVIHMI » / Unité pédiatrique de soins de jour du
centre de santé Roi Baudouin et l'association Synergie pour l'Enfance / Hôpital
Pédiatrique Albert Royer
Durée du projet : Mai 2013 à mai 2015. L'enquête de terrain a démarré en octobre
2014 après avoir obtenu l'accord du CNERS (24 septembre 2013).
Objectifs : L'objectif principal de YËGËL est de décrire et d'analyser les dimensions
socioculturel es et genrées de l'annonce de l'infection à VIH aux enfants et
adolescents vivant avec le VIH en contexte urbain à Dakar au Sénégal
Les objectifs spécifiques sont : Décrypter les logiques et pratiques socioculturel es et genrées sous-jacentes aux usages de la parole et du secret dans la société sénégalaise, mais également au rapport des adultes à la parole adressée aux enfants autant que la parole produite par l'enfant. Analyser d'un point de vue dynamique les modalités et pratiques d'information des enfants concernant leur maladie et ses traitements afin de retracer leur « itinéraire informationnel » (c'est-à-dire par qui, quand et comment les enfants sont informés de leur maladie) et d'en décrire d'un point de vue linguistique le contenu sémantique De mettre en évidence les particularités de l'annonce aux enfants et de la communication intergénérationnelle en fonction des différents âges de l'enfance qu'est la petite enfance. De documenter le processus et les conditions de la mise en œuvre au niveau international, national et local au Sénégal des recommandations de l'OMS publiées en décembre 2011 sur le conseil et l'annonce de la maladie aux enfants et adolescents vivant avec le VIH. Méthodologie : Le projet est articulé avec la cohorte pédiatrique Maggsen.
L'enquête ethnographique se déroulera à l'Hôpital pour Enfant Albert Royer (HEAR)
et à l'Unité pédiatrique de soins de jour et d'accompagnement de Guediawaye du
centre de santé Roi Baudouin et de l'association Synergie pour l'Enfance qui assure
la prise en charge des enfants vivant avec le VIH à Guediawaye-Pikine. L'enquête
sera réalisée auprès d'adultes (50 parents ou tuteurs et 20 soignants) et d'enfants
d'âge scolaire, adolescents et jeunes vivant avec le VIH infectés par voie périnatale
[population âgée 8-25 ans].
Résultats attendus :

Compréhension des déterminants et usages sociaux de la parole dans le cadre de l'annonce d'une maladie grave SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Éclairer la complexité et la dynamique du processus d'information des enfants ainsi que les réticences des parents et des soignants à révéler leur diagnostic aux enfants dans le contexte sénégalais et les spécificités liées Les résultats serviront au développement et à l'adaptation au contexte sénégalais d'un protocole standardisé d'annonce. Ils permettront la production d'outils pour la sensibilisation et la formation des soignants, acteurs associatifs et parents sur les connaissances des enfants, la compréhension de la stigmatisation et la gestion du secret qui constituent des intergénérationnel e. État d'avancement de la recherche / résultats intermédiaires
Activités 2013 : La période de mai à septembre 2013 a été consacrée à la rédaction
du protocole éthique (projet de recherche, notes d'informations et formulaire) pour
aux comités d'éthiques compétents (CNRES au Sénégal et CCER de l'IRD), à la mise
en place du dispositif d'enquête et des partenariats ont été finalisés et à la
formation d'un assistant de recherche issu du milieu communautaire.
L'accord du comité d'éthique (CNERS) et du ministère de la santé sénégalais a été obtenu le 24 septembre 2014. L'enquête ethnographique et la col ecte des données a été initiées en octobre 2013. Des observations in situ au sein des services de pédiatries (consultation, groupes de parole, etc…) ont été initiées en octobre 2014 au niveau de l'UPSA et en janvier 2014 au niveau de l'Hôpital Albert Royer. Après information et présentation du projet de recherche aux parents, des entretiens semi-directifs ont été réalisés avec 20 parents et tuteurs dont les enfants sont informés, 20 enfants et adolescents informés de leur statut [9-18 ans] et de 8 jeunes [19-25 ans] Résultats préliminaires : Tous les enfants âgés de plus de 12 ans ne sont pas informés
de leur maladie contrairement aux recommandations de l'OMS (2009) qui
préconisent que les enfants soient informés avant l'âge de 12 ans. L'expérience de
l'annonce vécue par les enfants et les adolescents constitue une expérience
particulièrement douloureuse en dépit de l'accès aux traitements antirétroviraux en
raison des représentations sociales négatives (mort, stigmatisation, «comportement
déviants») qui y demeurent associées. Certains enfants et adolescents suspectent
leur maladie avant d'être informés (enfants témoins de discussions d'adultes,
visionnage des ARV à la télévision, discours autour de la transmission par les
lames…). Ils ne partagent pas leurs soupçons avec les parents ou soignants pour les
raisons suivantes : honte, demandes antérieures d'explications infructueuses, peur la
confirmation de leur statut, usages sociaux générationnels de la parole. Les parents
sont réticents à informer les enfants, redoutant l'effet négatif de l'annonce sur la
santé de l'enfant, le rejet ou le dévoilement du secret entourant la maladie.
Pourtant, les enfants informés gardent scrupuleusement le secret afin de protéger
leur famil e et par crainte d'être eux-mêmes stigmatisés par leur entourage social et
familial. Le défaut de communication est également conditionné par les usages
habituels de la parole au sein de la famil e, certains parents communiquant peu
avec leurs enfants indépendamment du contexte de la maladie. Les parents sont
également limités dans la communication avec les enfants de par leur
méconnaissance de la maladie, du fonctionnement du système immunitaire, etc. La
communication entre les enfants et les adultes est principalement centrée sur
l'observance suscitant à moyen terme une « fatigue » chez les plus âgés face à la
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 récurrence des messages reçus qui ne répondent pas à leurs préoccupations
majeures (stigmatisation, scolarité ou insertion professionnel e, possibilités de mariage
à l'âge adulte, désir d'enfants). Au niveau des soignants, l'annonce est
conditionnée par différentes contraintes institutionnel es (manque de ressources
humaines, défaut de formations adaptées, imprécision des rôles des différents
soignants dans l'annonce, absence de protocole standardisé et de bonnes
pratiques d'annonce). L'annonce est principalement réalisée par une psychologue
ou des assistants sociaux, ce qui limite les possibilités de communication avec les
médecins essentiel es à l'établissement de la relation patient/médecin.
Communications:
Hejoaka. F (2013). Children as non-citizens? Unequal access to counsel ing, secrecy
and poaching in the context of AIDS epidemic. Wel -being at the Margins: Seeking
Health in Stratified Landscapes of Medicine and Healing. Institute of Social and
Cultural Anthropology, International Summer Schol in Medical Anthropology
. Freie
Universität Berlin, Germany July 22nd – July 27th 2013.
Hejoaka, F (2013). Dits et non-dits de la maladie à l'enfant en contexte africain. Les
8e Rencontres Nord-Sud IMEA-IRD. «L'enfant en Afrique : au risque du VIH». 26
novembre 2013. Auditorium de l'Hôpital Européen Georges Pompidou. Paris.
Hejoaka, F (2013). Ce que les enfants malades savent de leur diagnostic. Analyses
anthropologiques et implications éthiques à partir du cas de l'infection à VIH.

Séminaire éthique de la recherche et des soins chez l'enfant. Coordonné par PR
Alice Desclaux et Dr Samba Corr Sarr. 19 juin 2013 – Centre de Recherche Clinique
de Fann. Dakar Sénégal.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 des autres projets du CRCF Bilan des autres projets du CRCF

SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 4. Bilan des autres projets du CRCF
4.1 DECVISEN

Évaluation et accompagnement de la prise en charge du VIH au Sénégal : problématiques spécifiques de la décentralisation et du vieil issement des patients

Promoteur
: CNLS/Fonds Mondial
Investigateurs de l'étude: Pr Cheikh Tidiane Ndour, Dr Christian Laurent
Partenaires : IBB/UMI 233 (Pr Eric Delaporte), Laboratoire de Bactério Virologie,
Hôpital Le Dantec (LBV) (Pr Souleymane Mboup), Division de Lutte contre le Sida et
les IST (DLSI) (Dr Abdoulaye Sidibé Wade)
Comité Éthique:
 Avis favorable du CNERS le 1er février 2012 (numéro SEN 11/55)  Autorisation administrative du Ministère de la Santé, de l'Hygiène Publique et de la Prévention le 2 février 2012 Dates de début et de fin du projet : février 2011 à février 2013

Justification de l'étude :
Les programmes africains d'accès aux ARV font maintenant face à deux enjeux
majeurs complémentaires :
 la décentralisation de la prise en charge au niveau des structures sanitaires périphériques (liée à l'évolution des programmes au cours des dernières années)  le vieil issement des patients traités (lié à l'ancienneté des programmes). Cette recherche opérationnel e multidisciplinaire (bioclinique, de santé publique et
de sciences sociales) avait pour objectifs :
Objectif général :
 Évaluer la prise en charge des patients infectés par le VIH au Sénégal Objectifs spécifiques :
 Évaluer la prise en charge décentralisée au niveau du district de Mbour  Évaluer l'impact du vieil issement sur la prise en charge des patients (Dakar) Les sites de l'étude: le CHNU de Fann (CRCF/CTA) et le district de Mbour, en
particulier l'Hôpital Départemental.
Méthodologie : Enquête transversale parmi tous les patients infectés par le VIH, sous
traitement ARV ou non, suivis à l'hôpital de niveau 1 de Mbour et les anciens
participants de la Cohorte ANRS 1215 (questionnaire médical, questionnaire sur
l'observance, questionnaire sur l'insécurité et les pratiques alimentaire, questionnaire
sur les dysplasies). De façon complémentaire pour les participants du site de Mbour,
une enquête, intitulée « Vivre avec », par questionnaire sur les conditions
sociodémographiques et économiques, la situation matrimoniale, l'emploi, la
stigmatisation, la santé sexuel e, la procréation, les représentations sur le VIH et la vie
associative a été réalisée. Enfin, des enquêtes qualitatives ont eu lieu auprès 1/ des
acteurs de la prise en charge médicale, sociale et communautaire dans le district
sanitaire de Mbour 2/des PvVIH sous TARV à l'EPS de Mbour 3/ des anciens
participants de la cohorte ANRS 1215
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014
Résultats

Volet clinique
Au total, 443 patients infectés par le VIH ont été inclus : 177 patients traités à Dakar, 197 patients traités à Mbour et 69 patients non traités à Mbour. L'analyse des données est en cours.  Volet Santé Publique (résultats préliminaires)
Au total, 264 patients ont participé à l'enquête « Vivre avec » à Mbour dont 196 patients traités et 68 patients non traités. Les résultats préliminaires montrent que 49% des femmes et 27% des hommes n'ont pas partagé leur séropositivité avec quelqu'un (partenaire, membre de la famil e, ami…). Les situations de stigmatisation suite à un partage du statut sérologique sont peu nombreuses mais sont plus fréquentes chez les femmes. La stigmatisation interne reste importante même chez les PvVIH connaissant leur statut depuis +5 ans (68%) et notamment chez les PvVIH non traités par ARV (49%) qui fréquentent aussi peu l'hôpital (visite tous les 6 mois, bilans irréguliers, absence de dossier médical) et les associations. La question des PvVIH non traités semble négligée, leurs vulnérabilités existantes viennent appuyer les directives récentes de traitement précoce des PvVIH. Des analyses plus approfondies sont en cours notamment sur les aspects liées à l'insécurité et la diversité alimentaire ainsi que sur le vécu de la sexualité.  Volet en Sciences Sociales (résultats préliminaires)
Les acteurs de la prise en charge médicale, sociale et communautaire dans le
district sanitaire de Mbour
Un des résultats de cette enquête porte sur les discordances autour de la
communication sur la PTME. Les données ont été recueil ies lors d'entretiens avec 43
professionnels et communautaires. L'analyse montre que le discours sur la PTME
demeure biaisé par une morale « trompeuse » (faire peur ou culpabiliser pour
sensibiliser / banaliser pour dépister / apaiser pour annoncer) qui occulte la réalité
du contexte d'exposition des femmes au risque d'infection à VIH.
Les anciens participants de la cohorte ANRS 1215
Cette enquête a traité deux aspects en particulier :
- Le devenir des participants de ANRS 1215 : suite à l'arrêt du suivi dans la cohorte, le
retour au paiement direct des soins de santé par les PvVIH a conduit à une réduction
de l'utilisation des services, une irrégularité dans les rendez-vous, un retard voire une
absence de bilans, une incapacité à acheter les médicaments prescrits. Cette
situation de « vulnérabilité économique » des patients qui domine depuis l'arrêt de
l'étude a des répercussions sur leur accès aux soins, mais également sur
l'organisation de leur vie quotidienne. El e se manifeste par des « stratégies
d'amputation » (réduction du nombre des repas par jour ; achat des denrées
alimentaires à l'unité ; déscolarisation des enfants, etc.) devenues nécessaires pour
prendre en charge d'autres dépenses vitales comme cel es de leurs soins de santé.
Cette situation est d'autant plus préoccupante que l'infection à VIH exige de
pouvoir maintenir ces dépenses sur le long terme. Or, cette capacité est contrainte
par les différents éléments de contextes décrits : pauvreté de la population,
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 absence de dispositif de protection sociale, absence d'épargne, essoufflement des solidarités, etc. - Vivre avec le VIH après 50 ans : Les Personnes Âgées vivant avec le VIH (PAvVIH) connaissent une vulnérabilité multifactoriel e : sanitaire (plus faible recours aux soins et plus de comorbidités), économique (insuffisance des dispositifs de protection sociale), sociale (ambivalence du statut de la personne âgée au Sénégal). Cette population apparaît réel ement « négligée » à l'heure actuel e, en particulier dans les Pays du Sud. Les besoins spécifiques des PVVIH vieil issantes doivent être pris en compte notamment en mettant en place une prise en charge adaptée, accompagnée d'un dispositif de protection sociale effectif.
Perspectives
Les restitutions des résultats aux participants de l'étude sont prévues au cours de
l'année 2014.

Communications

Couderc M, Taverne B et le Groupe d'étude DECVISEN. « Vivre avec le VIH après 50 ans au Sénégal : une vulnérabilité multifactoriel e « négligée » ? », 7ème Conférence Francophone sur le VIH et les Hépatites, AFRAVIH 2014, Montpel ier (France) – Poster Sow K, Desclaux Sal C, et le Groupe d'étude DECVISEN. « Discordances autour de la communication sur la PTME : faire peur pour sensibiliser, banaliser pour dépister et apaiser pour annoncer un statut VIH+. », 7ème Conférence Francophone sur le VIH et les Hépatites, AFRAVIH 2014, Montpel ier (France) – Poster Adzavon YM, Ndiaye O, Ndour CT, Kébé Fal K, Dial o MM, Desclaux-Sal C, Diouara
AAM, Sow-Sal A, Diaw-Diouf NA, Guèye SB, Thiam M, Niasse S, Diaw M, Diop-Ndiaye
H, Gaye- Dial o A, Mboup S, Touré-Kane C. Étude de la résistance du VIH-1 aux ARV
en milieu décentralisé : Cas du District sanitaire de Mbour (Sénégal). 17th
International Conference on AIDS and Sexual y Transmitted Infections in Africa
(ICASA 2013), Cape Town, South Africa, 7-11 December. (Ce résumé a obtenu le prix
d'un des meilleurs résumés de la Conférence)
– Communication orale
Couderc M, Desclaux Sal C, Ndour CT, Taverne B, Le devenir des participants de la cohorte ANRS 1215. Impact de la réintroduction du paiement des frais de santé par les patients sur leur accès aux soins (DECVISEN-Sénégal). 17th International Conference on AIDS and Sexual y Transmitted Infections in Africa (ICASA 2013), Cape Town, South Africa, 7-11 December 2013 – Poster Diop-Ndiaye H. Étude de la résistance du VIH-1 aux ARV en milieu décentralisé : Cas du District sanitaire de Mbour (Sénégal). Journée Scientifique du CNLS, 28 novembre 2013, Dakar (Sénégal) – Communication orale. Diaw M. Évaluation et accompagnement de la prise en charge du VIH au Sénégal : problématiques spécifiques de la décentralisation et du vieil issement des patients. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Journée Scientifique du CNLS, 30 novembre 2012, Dakar (Sénégal) – Communication orale Desclaux Sal C, Sow K, Ndoye T. Évaluation de la prise en charge médicale, sociale et communautaire dans le district sanitaire de Mbour, DECVISEN. Journée Scientifique du CNLS, 30 novembre 2012, Dakar (Sénégal) – Communication orale Ndour C.T, Desclaux Sal C. Résultats préliminaires de l'Enquête TARV, Évaluation et accompagnement de la prise en charge du VIH au Sénégal : problématiques spécifiques de la décentralisation et du vieil issement des patients. Journée Scientifique du Site ANRS de Dakar, 31 mai 2012, Dakar (Sénégal) – Communication orale Masters et thèses
ADZAVON Yao Mawulikplimi (2013). Étude de la résistance du VIH-1 aux ARV en milieu décentralisé : Cas du District sanitaire de Mbour (Sénégal). Mémoire de Master en Microbiologie Fondamentale et Appliquée. UCAD, Sénégal–mémoire de Master 2 GUEYE Mor Touré (2013). Évaluation clinique et épidémiologique de la prise en charge décentralisée des patients vivant avec le VIH sans traitement antirétroviral. Exemple de la cohorte de Mbour. Thèse de doctorat d'état en Médecine, UCAD, Sénégal – Thèse de médecine SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 4.2 Essai vaccinal TB021
Etude Phase I , de preuve de concept, randomisée, à double insu, contrôlée, pour évaluer : l'immunité protectrice contre la tuberculose maladie, l'innocuité et l'immunogénicité du MVA85A/AERAS-485 chez las adultes infectés par le VIH, sains.

Promoteur:
Université d'Oxford
Sponsor: AERAS 1405 Research Boulevard Rockvil e, Maryland 20850 USA
Monitoring: Triclinium Clinical Trial Project Management Ltd, South Africa
Investigateurs:
Dr Helen McShane: Centre for Clinical Vaccinology and Tropical Medicine, Churchil Hospital, Oxford OX3 7LJ Pr Souleymane Mboup : Laboratoire de Bacteriologie Virologie, Universite Cheikh Anta DIOP CHU Le Dantec – BP 7325 Dakar-Sénégal Comité éthique: Accord du comité éthique du MSP/DS/CNRS le Juin 2011
Date de début : Juil et 2011 Date de fin : 1 an après dernière inclusion
Objectif Principal: Évaluer l'efficacité du MVA85A/AERAS-485 dans la prévention de
la tuberculose maladie, par rapport à des sujets témoins vivant avec le VIH ayant
reçu un placebo, chez des patients adultes africains qui ne présentent pas de
tuberculose active
Objectifs Secondaires:
Évaluer l'innocuité du MVA85A/AERAS-485 comparé au placebo Évaluer le taux de CD4 et la Charge virale du VIH-1 avant et après l'administration du MVA85A/AERAS-485 comparés au placebo Évaluer l'efficacité du MVA85A/AERAS-485 dans la prévention de la tuberculose maladie chez des sujets sous ARV au départ comparés aux sujets qui ne sont pas sous ARV au départ, mais qui ont reçu un placebo Évaluer l'efficacité du MVA85A/AERAS-485 dans la prévention de la tuberculose maladie chez des sujets ayant reçu une trithérapie préventive à l'Isoniazide, comparés aux sujets témoins qui ont reçu une trithérapie préventive à l'Isoniazide, mais avec une administration de placebo Évaluer l'immunogénicité du MVA85A/AERAS-485 comparé au placebo tel e que décrite par le test ex vivo IFN-y ELISPOT Évaluer l'immunogénicité du MVA85A/AERAS-485 comparé au placebo tel e que décrite par la coloration de la cytokine intracel ulaire des cel ules T-CD4+ et CD8+ cytométrie de flux après stimulation avec un pool de peptides d'antigènes de mycobactérie Identifier les potentiels corrélats immunologiques de la protection contre la tuberculose chez les sujets vaccinés avec le MVA85A/AERAS-485 Évaluer le taux de conversion de Quanti FERON(QFN) au terme de l'évaluation finale de l'étude chez les sujets ayant reçu le MVA85A/AERAS-485 comparés MVA85A/AERAS-485 aux sujets témoins MVA85A/AERAS-485sans diagnostic de tuberculose durant l'essai SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 4.3 Supervision
Programme de supervision nationale des sites de prise en charge Promoteur: Fonds Mondial à travers le CNLS.
Investigateur : Professeur Papa Salif Sow, SMI/CRCF, CHNU Fann, Dakar, Sénégal
Coordonnateur : Docteur Ibrahima Ndiaye, SMI/CRCF, CHNU Fann, Dakar, Sénégal
Équipe des superviseurs : un Médecin et un Pharmacien
Objectif principal: Accompagner le processus de la décentralisation de la prise en
charge des patients infectés par le VIH.
Objectifs spécifiques :
renforcer les capacités des prestataires évaluer la qualité de la prise en charge partager les nouvel es recommandations et directives du Programme pour le traitement antirétroviral Période des activités:L'année budgétaire du Fonds Mondial s'étend de juil et à
juin.Pour 2011, il fal ait exécuter les 3e et 4e trimestres de l'An 1 du Round 9 et les 1e
et 2e trimestres de l'An 2 du Round 9.
Termes de références des parrains
Effectuer des missions de supervisions formatives au niveau des sites de prise en charge des régions ciblées. Visiter les sites de Prise en charge des patients au niveau de chaque région Travail er avec les équipes de soins Évaluer le niveau d'organisation de la prise en charge au niveau des sites Passer en revue les différents documents de PEC ; le dossier-Patient, les registres. Renforcer les capacités en apportant les correctifs, en consultant avec les Prestataires Partager les nouvel es recommandations et Directives du programme pour le traitement antirétroviral. Formuler des recommandations Résultats
Taux d'exécution : Pour l'An 1 du Round 9, la supervision a touché 9 régions sur 14 soit un taux d'exécution de 64%. Pour l'An 2 du Round 9, les 1e et 2e trimestres n'ont pas été effectués. Les régions supervisées sont : Thiès, Diourbel, Fatick, Kaolack, Matam, Saint-Louis, Tambacounda, Sédhiou et Ziguinchor. Nombre de sites visités : 48 sites de prise en charge supervisés 7 Pharmacies Régionales d'Approvisionnement supervisées:Pour identifier le circuit d'approvisionnement des ARV et réactifs et évaluer les stocks des intrants pour le VIH. (Fatick et Sédhiou n'ont pas encore de PRA) SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Les prestataires rencontrés : Les prestataires rencontrés et capacités : 50 médecins, 50 dispensateurs, 50 techniciens de la-boratoire. Les sites disposant d'un appareil CD4 : 32 sites disposent d'un appareil CD4 pour le suivi biologique
Points Forts :

Prise en charge effective dans toutes les régions ARV disponibles bien gérés sans rupture de stock Circuit d'approvisionnement bien maîtrisé CD4 disponibles dans chaque région au niveau des Hôpitaux Respect des protocoles de première ligne Respect des critères de mise sous traitement antirétroviral Disponibilité des documents de suivi et des registres
Points Faibles :

Baisse de motivation des prestataires Qualité de la prise en charge Complétion des dossiers Absence d'équipe de soins Irrégularité du suivi clinique et immunologique Absence du suivi virologique Gestion des échecs thérapeutiques Absence de médicaments de deuxième ligne Nombre élevé de patients perdus de vue Absence d'accompagnement et de soutien Absence de dispositif de recherche de patients perdus de vue Manque de ressources humaines qualifiées Mobilité du Personnel Non-respect des normes de dispensation Rupture fréquente de réactifs CD4 Panne fréquente des appareils CD4 au niveau des Districts Faible plateau technique des laboratoires. Col ecte des données Registres de col ectes incomplets Qualité des données col ectées Rétention des données Manque de formation des nouveaux Prestataires SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 West African Database on Antiretroviral Therapy (WADA)

Promoteur:
National Institute of Health (NIH)
Investigateur Nord : Pr. François Dabis (Bordeaux, France)
Investigateur Sud : Pr Moussa Seydi (Dakar, Sénégal)
Comité Éthique: Accord du comité éthique du MSP/DS/CNERS le 22 Novembre 2011.
Dates : 2011 à 2016
Résumé: La collaboration WADA (West Africa Data Base on Antiretroviral Therapy) a
été mise en place en juil et 2006 et renouvel e en 2011 son engagement à poursuivre
pour 5 ans et à élargir le programme IeDEA (International Epidemiologic Databases
to Evaluate AIDS) en Afrique de l'Ouest, qui est la région n°8 de ce programme.
Objectifs:
1) de mesurer l'efficacité à long terme des combinaisons antirétrovirales (ART) chez les sujets infectés par le VIH en Afrique de l'Ouest et de déterminer les facteurs associés. 2) d'augmenter la capacité à délivrer les ART de façon durable chez les adultes et les enfants en améliorant la capacité à recueil ir les marqueurs d'efficacité au niveau individuel et populationnel. 3) de documenter la morbidité chez les sujets infectés par le VIH suivis dans les programmes de prise en charge en Afrique de l'Ouest. Objectifs spécifiques: Dans ce cadre, les objectifs prioritaires concerneront les
aspects suivants : rétention des patients dans les programmes, histoire naturel e de
l'infection à VIH-2 et VIH-1+2, cancers, paludisme, hépatite B, issues de grossesse,
pharmacovigilance, spécificités des adolescents et accès aux soins et efficacité
opérationnel e des soins en pédiatrie.
Schéma d'étude: WADA est une collaboration en Afrique de l'Ouest de programmes
de prise en charge d'adultes infectés par le VIH et d'enfants exposés et infectés par
le VIH.
Le suivi est prospectif, le recueil de données est standardisé et des projets de
recherche spécifiques sont réalisés dans des sites ou avec des patients sélectionnés.

Critères d'éligibilité:
Les critères d'éligibilités sont : (i) Tous les sujets infectés par le VIH
qui débutent un ART (adultes >15 ans, enfants <16 ans) ; (i ) Tous les adultes (18 ans et
plus) infectés par le VIH-2 ou VIH- 1+2, qu'ils reçoivent ou non un traitement ; (i i) Tous
les enfants exposés au VIH nés de mère infectées jusqu'à leur diagnostic précoce;
(iv) Tous les enfants infectés par le VIH, qu'ils reçoivent ou non un traitement.
Participants : Jusqu'à juin 2011, la base de données de la col aboration WADA a
inclus 33 815 adultes et 3 533 enfants infectés par le VIH et ayant débutés un ART
dans 26 centres cliniques. Le prochain cycle va impliquer 27 centres (adultes : 16,
pédiatrie : 11) dans 9 pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée-Bissau,
Mali, Nigeria, Sénégal, Togo).
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Regroupement et harmonisation des données: Les données sont recueil ies dans les programmes participants et sont regroupées une fois par an selon des procédures standardisées. L'amélioration des capacités dans les centres participants comprend un financement de personnel, une formation à la qualité des données, un appui technique sur site et des réunions annuel es visant à renforcer les échanges concernant les aspects techniques et scientifiques. Analyses et valorisation: Les méthodes d'analyse de données sont spécifiques à chaque projet et seront décrites dans une ‘Fiche projet', en accord avec les ‘Principes de col aboration'. Ce dernier document décrit les règles d'auteur, de communication, les rôles et les responsabilités et les aspects concernant la confidentialité des données. Autres sites de recherche: Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée-Bissau,
Mali, Nigeria, Togo.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 4.5 FIBROSE HEPATIQUE
PREVALENCE ET DETERMINANTS DE LA FIBROSE HEPATIQUE PAR METHODE NON INVASIVE EN POPULATIONS VULNERABLES Promoteur : NIH/IeDEA
Investigateur Nord : Pr François Dabis
Investigateur Site : Pr Moussa Seydi
Date de début : 06/01/2014
Date de fin : 30/05/2014
Objectifs
Objectif principal : Estimer la prévalence de la fibrose hépatique et ses facteurs
associés au sein de populations vulnérables en Afrique de l'Ouest.
Objectif secondaire : Mesurer la prévalence de la consommation d'alcool, de
tabac et autres substances addictives au sein de chaque population vulnérable.
Méthodologie :
Population d'étude : Etude de type transversal au sein de trois pays d'Afrique de
l'Ouest : la Côte d'Ivoire, le Sénégal et le Togo.
Un échantil on de PVVIH consultant dans les services de maladies infectieuses et
tropicales (SMIT) des CHU d'Abidjan (n=350), Dakar (n=350) et Lomé (n=350)
participant à la col aboration IeDEA seront sol icités.
La population carcérale sera recrutée au niveau des prisons civiles de Dakar (n=350)
et Lomé (n=350). Enfin les travail eur (se) s (n=700) du sexe seront recrutés au sein
d'un centre de suivi, « la clinique confiance » à Abidjan.
Conduite de l'étude à Dakar
Inclusions et collecte de données cliniques : Une équipe d'enquêteurs sera chargée
de sol iciter les sujets éligibles à cette étude et d'obtenir leur consentement écrit à
participer à la recherche après les avoir informé sur les avantages et inconvénients
de l'étude. Ils devront ensuite administrer un questionnaire destiné à col ecter un
certain nombre de caractéristiques sociodémographiques, de facteurs de risques
d'infection aux hépatites et au VIH ainsi que les consommations de produits addictifs
(tabac, alcool, cannabis, héroïne, cocaïne, drogues de synthèse…).
Examens biologiques : Les participants seront ensuite adressés à un infirmier
préleveur qui aura la charge de col ecter du sang nécessaire à la réalisation des
examens suivants : tests rapides VHB, VHC et VIH (si participants non PVVIH). Une
col ecte systématique de plasma veineux sera également effectuée pour réalisation
d'examens complémentaires en cas de tests rapides positifs : charge virale VHB,
VHC, génotype VHC, transaminases.
Evaluation de la fibrose hépatique : Pendant ou après la réalisation des différents
prélèvements et tests sanguins, un opérateur spécialement formé sera en charge de
réaliser une évaluation de la fibrose hépatique par élastométrie hépatique
(Fibroscan®).
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 La mesure de l'élasticité du parenchyme hépatique devra se dérouler dans une sal e dédiée équipée d'une table d'examen à l'aide d'un Fibroscan® portable de type 402. Les mesures effectuées ayant une variabilité élevée définie comme un espace interquartile (IQR) supérieure à 30% de la valeur médiane (LSM) de la mesure de l'examen individuel (IQR / LSM <30%) ne seront pas considérées comme valables et exclues de la mesure. Pour être considéré comme interprétable et valide, l'examen doit avoir été conduit avec au moins 10 mesures valides et un taux de succès ≥ 66%. Une fois l'examen correctement effectué, l'opérateur devra renseigner les résultats de cet examen sur la fiche de recueil de données dédiée à cette étude. Etat d'avancement : Phase de recrutement à la prison.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 4.6 CO-INFECTION VIH-VHB
Traitement antiretroviral et co-infection VIH-VHB : mise en place d'une cohorte en Afrique de l'Ouest Promoteur : IeDEA/NIH
Investigateur Nord : Pr François Dabis
Investigateur Site : Pr Moussa Seydi
Dates: 15 Mai 2014 au 15 Mai 2016
Objectifs :
1. Décrire les pratiques du dépistage et de prise en charge du VHB chez les patients infectés par le VIH au sein de la col aboration IeDEA West Africa 2. Mettre en place une cohorte de patients adultes co-infectés par le VIH et le VHB ou mono-infectés par le VIH traités par des ARVs Méthodologie : Schéma et cadre d'étude
Objectif 1 : cohorte rétrospective à partir des dossiers des patients infectés
traités par des ARVs • Objectif 2 : cohorte prospective, multicentrique, de patients adultes co-
infectés par le VIH et VHB sous ARVs • Sites participants : 5 pays et 7 cohortes
• Bénin (n=1) • Burkina (n=1) • Côte d'Ivoire (n=3) • Sénégal (n=1) • Togo (n=1) Matériel et population d'étude
• Dossier des patients infectés par le VIH+ mis sous traitement de janvier 2010 à • Patient infecté par le VIH : – Age ≥ 18 ans – Naïf de tout traitement antirétroviral – Eligible pour le traitement antirétroviral – Consentement libre, éclairé et écrit. Recueil des données
• Description des pratiques : – Recueil à partir des dossiers des patients infectés par le VIH mis sous ARV de janvier 2010 à décembre 2012. – Sérologie VHB, traitement de 1ère ligne, changement de traitement…  Cohorte VIH-VHB : – inclusion de 150 patients sur 12 mois et suivi sur 12 mois SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 – Suivi clinique trimestriel et biologique semestriel – Variables classiques, facteurs de risque (alcool) et marqueurs VHB Etat d'avancement : mise en place de la cohorte.
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 4.7 INDEX STIGMA
Protocole d'enquête sur l'index de la stigmatisation et de la discrimination envers les PVVIH au Sénégal « Index de stigmatisation et de discrimination »
Promoteur: Réseau Mondial des Personnes Vivant avec le VIH (GNP+)
Investigateur principal:Alioune Fal , HACI Sénégal
Mise en oeuvre : Réseau National de PVVIH (RNP+), CRCF
Date : 02/2012 au 12/2012
Comité éthique: Avis 00040 MSP/DS/CNERS du 21/03/2012
Contexte : Dans le cadre d‘un partenariat avec le GNP+ (Réseau Mondial des
Personnes vivant avec le VIH/Sida), le RNP+ (Réseau National des Personnes vivant
avec le VIH/Sida du Sénégal) développe un programme de mise en œuvre de la
Plateforme pour le Leadership de la réponse au VIH/sida (LTA). L'ambition ultime, à
travers la responsabilisation est de conduire la réponse contre le VIHSida pour réaliser
l'accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et au soutien aux PVVIH. Il
s'agit, concrètement, dans une quinzaine de pays, de mettre en œuvre des outils
avec et pour les PVVIH en vue de renforcer les preuves dans cinq domaines clés : 1
La stigmatisation et la discrimination ; 2 Le niveau de participation des PVVIH ; 3 La
documentation et l'analyse des expériences actuel es de criminalisation de la
transmission du VIH ; 4 La documentation et l'analyse des violations des droits
humains contre les PVVIH ; 5 La col ecte d'informations sur les besoins spécifiques en
santé de la reproduction des populations clés.
Objectifs de l'enquête : Le principal objectif de cette col ecte d'informations et de
leur présentation sous forme d'index est de documenter, analyser et faire des
rapports sur les expériences des personnes vivant avec le VIH en matière de
stigmatisation et de discrimination liées au VIH au Sénégal.
Objectifs spécifiques :
Déterminer et analyser les causes perçues de la stigmatisation et de la discrimination • Déterminer et analyser la perception de l'accès à la formation et à l'insertion profes-sionnel e (et dans certains cas l'accès des membres de son ménage) et aux services de soins et de prise en charge médicale • Déterminer le niveau de stigmatisation interne ; Déterminer le niveau de connaissance de leurs droits, lois et polices ; Déterminer le degré de divulgation et de confidentialité sur leur statut Déterminer et analyser la perception de l'accès aux services et prestations de prise en charge communautaires (accompagnement/soutien) • Identifier les actions et les interventions menées au niveau personnel, associatif et na-tional pour réduire la stigmatisation et la discrimination liées au VIH/sida • Examiner le niveau d'implication des PVVIH dans la lutte contre la stigmatisation et de discrimination liées au VIH/sida. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014
Méthodologie : Il s'agit d'une enquête d'observation descriptive et transversale se
déroulant au niveau des sites où est représenté le RNP+, que ce soit en milieu urbain
ou rural dans quatre régions au Sénégal : Dakar, Saint Louis, Kaolack et Ziguinchor.
La tail e finale de l'échantil onnage a été estimée à 600 PVVIH enquêtés dans 50% des cas au niveau de structures associatives par sondage aléatoire simple et dans 50% des cas au niveau des structures médicales de prise en charge. Le questionnaire, de type structuré est divisé en trois sections : Section 1 : Informations générales sur l'enquêté (et son ménage) Section 2 :Les indicateurs axés sur l'expérience de l'année écoulée rapportée par les personnes vivant avec le VIH, concernant la stigmatisation et la discrimination liées au VIH, la stigmatisation interne, la protection des droits des personnes vivant avec le VIH par le biais de la loi, de la politique et/ou de la pratique et, le fait d'apporter un changement. Section 3 : Les indicateurs portant sur des exemples de stigmatisation et/ou de discriminations liées au VIH au cours de l'année écoulée, concernant particulièrement le test du VIH, la divulgation et la prestation de soins de santé. Par ail eurs, une approche plus qualitative sera réalisée par la conduite d'une vingtaine d'entretiens individuels menés par un sociologue. Résultats attendus :
Élaborer un puissant outil de plaidoyer capable d'appuyer le but col ectif des gouvernements, des organisations communautaires, des militants de la cause et des personnes vivant avec le VIH, c'est-à-dire réduire la stigmatisation et la discrimination liées au VIH Le processus de la mise en œuvre de l'Index vise à être un processus autonomisant pour les personnes vivant avec le VIH, leurs réseaux et les communautés locales Éclairer l'élaboration et la mise en œuvre de politiques nationales de protection des droits des personnes vivant avec le VIH Modeler la conception des interventions programmatiques de sorte qu'el es prennent en compte la question de la stigmatisation et de la discrimination liées au VIH dans leur contenu Publication
HIV Leadership through Accountability Programme: GNP+; RNP+ Sénégal, 2012. The People Living vith HIV Stigma Index: Senegal Country Assessment, rapport, 82 pages. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 4.8 Émergence de la question homosexuelle
Émergence de la question homosexuel e dans l'espace public et lutte contre le VIH/sida au Sénégal Promoteur : Sidaction
Investigateurs : Christophe Broqua
Comité Éthique : Avis favorable n°000027 du 18 février 2013 délivré par le CNERS, et
autorisation administrative n°084 du 25 février 2013 délivrée par le MSAS du Sénégal
Date de début du financement : avril 2012
Date de fin du financement : mars 2014
Résumé : Au cours de la première moitié des années 2000, le Sénégal était considéré
comme un pays africain modèle en matière de lutte contre le sida chez les hommes
ayant des relations sexuel es avec des hommes, en dépit de l'existence d'une loi
contre les « actes impudiques ou contre nature avec un individu de son sexe ». Mais
à partir de 2008, plusieurs controverses publiques et vagues d'arrestations sont
survenues, jusqu'aux déclarations du président de la République contre la
dépénalisation de l'homosexualité en 2013. Cette recherche visait à analyser les
conditions de possibilité de la construction de l'homosexualité comme problème
public au Sénégal.
Objectifs : Afin de comprendre les transformations importantes de la situation des
HSH et les controverses survenues au cours des dernières années au Sénégal, il
s'agissait notamment d'analyser, au moyen de plusieurs dizaines d'entretiens semi-
directifs avec des acteurs clés :
L'évolution historique des catégories de genre et de sexualité ; L'histoire et les logiques des mobilisations articulant homosexualité et sida. Premiers résultats :
Pour expliquer l'émergence de ces crises à répétition dans un pays jugé modèle, il
faut prendre en considération l'histoire longue qui a précédé les faits et les
principales évolutions qui l'ont marquée :
Longtemps acceptée socialement, la catégorie góor-jigéen (homme-femme) a fait l'objet d'une resignification au cours des dernières décennies, passant d'une catégorie basée sur le genre à une catégorie basée sur l'orientation sexuel e, dès lors soumise à la stigmatisation ; Au cours de la décennie 2000, l'accroissement de la visibilité homosexuel e dans le cadre des recherches et des mobilisations liées au sida a renforcé ce phénomène de stigmatisation ; Parmi les mobilisations contre l'homosexualité, une organisation religieuse a joué un rôle déterminant en observant depuis son implication dans la lutte contre le sida l'attention accordée aux HSH dans ce domaine et en contribuant à leur critique dans les médias ; L'évolution de la médiatisation de l'homosexualité, qui a suivi cel e du champ médiatique, a pris au fil des ans une tournure de plus en plus La désapprobation des droits des homosexuels dans les pays du Nord et la crainte d'un impérialisme occidental sur les questions sexuel es ont SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 renforcé les positions hostiles à l'homosexualité et à sa dépénalisation au État d'avancement : L'enquête est en cours d'achèvement.
Communications :
« L'émergence de la question homosexuel e dans l'espace public au Sénégal ». Journées Vulnérabilités face au VIH : les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, Campus IRD/UCAD de Hann, Dakar (Sénégal), 19 mars 2013. « The Fight Against AIDS and the Resignification of Homosexuality in West Africa ». 2nd International HIV Social Science and Humanities Conference, Roundtable « New Trends on Homosexual Mobilization and the HIV/AIDS Response: Is AIDS stil Good for the Homosexual Cause? », Paris, 8 juil et « The Construction of Homosexuality as a Public Problem in Senegal ». 2nd African Same-Sex Sexualities and Gender Diversity Conference, Nairobi (Kenya), 20 mars 2014. « La construction de l'homosexualité comme problème public au Sénégal ». 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Session « Homosexualité au Sud », Montpel ier, 28 « L'interdépendance l'homosexualité en Afrique : à partir des cas ivoirien et sénégalais ». Journée d'étude internationale Homosexualité et homophobie en Afrique, EHESS, Paris, 30 avril 2014. Publications :
« Les pros, les antis et l'international : interdépendance des mobilisations contraires autour de l'homosexualité en Afrique de l'Ouest », in Cahen M., Pommerol e M.-E., Tal E.K. (dir.), Mobilisations en Afrique. Leiden : Bril , à « Homosexuality and Religious Mobilizations in Senegal », in Van Klinken A., Chitando E. (dir.), Public Religion and the Politicisation of Homosexuality in Africa. Farnham : Ashgate, à paraître. « Homosexual Mobilizations in French-Speaking Africa: Between AIDS and Human Rights Movements ». Sexualities, à paraître. « L'homosexualité au Sénégal ou la construction d'un problème public transnational », article en cours d'écriture pour soumission à la Revue française de science politique. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 SITE ANRS - SENEGAL


Rapport scientifique 2013-2014 ANNEXE 1: Liste des projets ANRS en cours en 2014
SITE ANRS - SENEGAL


Rapport scientifique 2013-2014 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 ANNEXE 1 : Programme des journées scientifiques 4 et 5 juin 2014
SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 ANNEXE 3: Liste des publications 2012-2014
2014

Aghokeng AF, Monleau M, Eymard-Duvernay S, Dagnra A, Kania D, Ngo-Giang-Huong N, Toni TD, Touré-Kane C, Truong LX, Delaporte E, Chaix ML, Peeters M, Ayouba A, 2014; for the ANRS 12186 Study Group, Extraordinary Heterogeneity of Virological Outcomes in Patients Receiving Highly Antiretroviral Therapy and Monitored With the World Health Organization Public Health Approach in Sub-Saharan Africa and Southeast Asia., Clin Infect Dis. 2014 Jan; 58(1):99-109. doi: 10.1093/cid/cit627. Epub 2013 Sep 27. Bastard M, Fal MBK, et le groupe d'étude de la Cohorte ANRS 121. Observance à long terme au traitement antirétroviral au Sénégal. Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi:10.1007/s13149-014-0346-9. Boufhed S, Taverne B. Evaluation du coût direct de la prise en charge médicale du VIH entre la troisième et la dixième année de traitement ARV à Dakar. Bul Soc Pathol Exot. 2014 (en évaluation) Broqua C, Les pros, les antis et l'international : interdépendance des mobilisations contraires autour de l'homosexualité en Afrique de l'Ouest, in Cahen M., Pommerol e M.-E., Tal E.K. (dir.), Mobilisations en Afrique. Leiden: Bril , à paraître. Broqua C, Homosexuality and Religious Mobilizations in Senegal , in Van Klinken A., Chitando E. (dir.), Public Religion and the Politicisation of Homosexuality in Africa. Farnham: Ashgate, à paraître. Broqua C, Homosexual Mobilizations in French-Speaking Africa: Between AIDS and Human Rights Movements. Sexualities, à paraître. Broqua C, L'homosexualité au Sénégal ou la construction d'un problème public transnational, article en cours d'écriture pour soumission à la Revue française de science politique. Cames C, Cournil A, de Vincenzi I et al, 2014. Postpartum weight change among HIV-infected mothers by antiretroviral prophylaxis and infant feeding modality in a research setting. AIDS, Jan 2;28(1):85-94. Couderc M. « La rumeur comme forme de résistance ? Expérience(s) des participantes à une étude clinique de prévention du cancer du col de l'utérus chez les femmes séropositives au Sénégal : analyse anthropologique », in Cottot S., Teixeira M., Desprès C., Mel erio H., (sous dir.) Pour une approche anthropologique en recherche clinique. 2013, (à paraitre). Cournil A, Eymard-Duvernay S, Diouf A et le groupe ANRS 1215 Vieil issement osseux et syndrome de fragilité à 10 ans de traitements ARV au Sénégal. Soc Pathol Exot. 2014, DOI 10.1007/s13149-014-0350-4 Coutherut J et le groupe d'étude de la Cohorte ANRS 1215. Impact socio-économique d'une décennie de prise en charge thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH traitées par ARV au Sénégal. Bul Soc Pathol Exot. 2014 (en évaluation) SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Coutherut J, Desclaux A, et le groupe d'étude ANRS 1215, 2014. Le partage du statut sérologique des personnes vivant avec le VIH à 10 ans de traitement antirétroviral au Sénégal. Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi: 10.1007/s13149-014-0343-z Coutherut J, Desclaux A et le groupe d'étude de la Cohorte ANRS 1215, 2014. Disclosing HIV status: the experience of PLHIV after 10 years of ARV treatment in Senegal. Bul Soc Path Exot. Mar 2014 De Beaudrap P, Diouf A, Niang K B et le groupe d'étude de la Cohorte ANRS 1215 Efficacité clinique et biologique des traitements antirétroviraux : exemple de la cohorte ANRS 1215. Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi:10.1007/s13149-014-0352-y. Desclaux A, Boye S, Sow K, Ndoye T, Typologie de l'expérience des personnes vivant avec le VIH au temps de la maladie chronique. Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi : 10.1007/s13149-014-0347-8 Desclaux A, Boye S, Taverne B. La relégation sociale des veuves vivant avec le VIH au temps des antirétroviraux au Sénégal Bul Soc Pathol Exot. 2014, doi: 10.1007/s13149-014-0334-4 Desclaux A, Boye S. Perceptions of lipodystrophy among PLHIV after 10 years of antiretroviral therapy in Senegal. Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi:10.1007/s13149-014-0357-6. Desclaux A, Sow A. L'inadaptation aux plus de 50 ans des associations d'appui aux personnes vivant avec le VIH (PVVIH). Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi:10.1007/s13149-014-0348-7. Desclaux A, Badji M, Sarr SC, Ahouanto M. Nouveaux enjeux éthiques autour du médicament en Afrique centrale et occidentale. Med Sante Trop2014;24:10-13. doi: 10.1684/mst.2014.0293 Desclaux A., Alfieri C., Between proscription and control: women's strategies regarding prevention of HIV transmission in West Africa. Cassidy, Tanya M. and El Tom Osman, Abdul ahi (eds), The « Breast Milk Problem »: Cultural considerations when mother's own milk is unavailable. À paraître Desclaux A., Egrot M. (eds). La pharmaceuticalisation au Sud. Anthropologie du médicament à ses marges. Editions IRD, à paraître Desclaux A, Desclaux Sal C, Sow K (à paraître) Un seul modèle pour tous? De la diversité des modes d'engagement communautaire dans la recherche à Dakar, Sénégal. In : Bernier M, Otis J, Levy J (eds) La Recherche Communautaire VIH/sida : des savoirs engagés. Presses de l'Université du Québec, Québec Desclaux-Sal C, Couderc M. De l'information des patients à l'engagement associatif des personnes vivant avec le VIH participant à une recherche médicale au Sénégal – cohorte ANRS 1215. Bul Soc Pathol Exot. 2014 (en évaluation) Diaw J, Taverne B, Coutherut J, 2014. Plaintes et dysfonctions sexuel es des personnes vivant avec le VIH (PVVIH), traitées par antirétroviraux (ARV) depuis une dizaine d'année au Sénégal. Bul Soc Pathol Exot. 2014 DOI : 10.1007/s13149-014-0342-4 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Diouf A, Cournil A, et le groupe d'étude de la Cohorte ANRS 1215. Prévalence des complications métaboliques à 10 ans de traitements antirétroviraux au Sénégal. Bul Soc Pathol Exot. 2014. doi:10.1007/s13149-014-0349-6 Gning N, De l'inconfort ethnographique à la question de l'éthique en sciences sociales », Revue des anthropologues, (à paraitre en avril 2014). Hardon A., Desclaux A., Lugal a J. (eds), Disclosure in the times of ART: Why, when, how and to whom? Special Issue SAHARA (Social Aspects of AIDS Research in Africa), à paraître Landman R, Koul a-Shiro S, Sow PS, Ngol e M, Dial o MB, Gueye NF, Lemoing V, Eymard-Duvernay S, Benaycherif A, Charpentier C, Peytavin G, Delaporte E, Girard PM, Dayana Study Group. Evaluation of four tenofovir-containing regimens as first-line treatments in Cameroon and Senegal: the ANRS 12115 DAYANA Trial. Antivir Ther, 2014; 19 (1): 51-9. Leprêtre A, Ba I, Lacombe K, Maynart M, Toufik A, Ndiaye O, Toure Kane C, Gozlan J, Tine J, Ndoye I, Raguin G, Girard PM. Prevalence and behavioral risks for HIV and HCV infections in a population of drug users of Dakar, Senegal: the ANRS 12243 UDSEN study, the Lancet (en cours d'évaluation) Monleau M, Aghokeng A F, Eymard-Duvernay S, Dagnra A, Kania D, Ngo-Giang-Huong N, Touré-Kane C, Truong LX, Chaix ML, Delaporte E, Ayouba A, Peeters M; ANRS 12235 Study Group . Field Evaluation of Dried Blood Spots (DBS) for Routine HIV-1 Viral Load and Drug Resistance Monitoring in Patients Receiving Antiretroviral Therapy in Africa and Asia. J Clin Microbiol, 2014 Feb;52(2):578-86. Mul er F, Taverne B. Représentations de l'échec thérapeutique des traitements ARV chez les patients et les professionnels de santé à Dakar. Bull Soc Pathol Exot. 2014 (en évaluation) Ndoye I, Taverne B et le groupe ANRS 1215 Twelve years of fol ow-up for patients treated with ARVs in Senegal–ANRS Cohort 1215–Methodological aspects (en évaluation) Ouvrier A, 2014. Faire de la recherche médicale en Afrique. Ethnographie d'un vil age-laboratoire sénégalais. Col ection Médecines du monde, IRD/Khartala, 205 p. Sow K Procréation au temps des antirétroviraux au Sénégal, représentations et pratiques des PvVIH et des professionnels de santé. Bul Soc Pathol Exot. 2014 (en évaluation) Taverne B, Desclaux A, Delaporte E, Ndoye I Impact à long terme des traitements antirétroviraux en Afrique, état des connaissances. Bul Soc Pathol Exot. 2014 (en évaluation) Cissoko Y, Seydi M, Fortes Deguenonvo L, Attinssounon Ac, Diop Nyafouna Sa, Manga NM, Dia Badiane ND, Tidiane Ndour C, Soumare M, Diop BM, Sow PS. Profil actuel de la toxoplasmose cérébrale en milieu hospitalier à Dakar Med Sante Trop. 2013 May 1 ; 23(2)/197-201. Doi : 10.1684/mst.2013.0179. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Couderc M, 2013. « Une il usion thérapeutique ? Reconfigurations locales de la recherche clinique sur le VIH au Sénégal ». (sous dir.) C. Baxerres et E. Simon. Les médicaments dans les pays du Sud. Nouveaux produits, nouveaux enjeux. Autrepart, 2013, n°63 De Beaudrap, P., Thiam, M., Diouf, A., Toure-Kane, C., Ngom-Guèye, N.F., Vidal, N., Mboup, S., Ndoye, I., Sow, P.S., Delaporte, E., et al. (2013). Risk of virological failure and drug resistance during first and second-line antiretroviral therapy in a 10-year cohort in Senegal: results from the ANRS 1215 cohort. J. Acquir. Immune Defic. Syndr. 62, 381–387. Desclaux A, Beyond stigma: disentangling knowledge practices about social suffering among women in Senegal, Communication orale, 2nd international HIV social sciences and humanities conference, Paris, 7-10 juil et 2013 Desclaux A., The erratic construction of a culture about iatrogenesis. Emic rationalities, inequi-ty and knowledge about ART side effects in West Africa, Communication orale, Encounters and engagements, creating new agendas in medical anthropology, EASA (Medical Anthro-pology Network) / AAA (Society for Medical Anthropology) / Universitat Rovira I Virgili Joint International Conference Tarragona, 10-14 juin 2013 Desclaux A, Le Gac S, Salif Sow PS, Girard PM. Time to End the Ban on Pregnancy and Breastfeeding in Antiretrovirals Strategy Trials. J Acquir Immune Defic Syndr. 2013 Apr 15; 62(5): 2013; 62(5):e156-e158. Desclaux A. Senegalese Women Living with HIV versus the 2009 WHO Recommendations for PMTCT: Meanings for Resistance Regarding Infant Feeding. In P. Liamputtong (Éd.), Women, Motherhood and Living with HIV/AIDS (p. 161 176). Springer Netherlands, 2013, Desclaux A. When a prevention policy leads to economic vulnerability: the case of PMTCT in Senegal. Global Health Promotion 2013;20 (1 suppl):39-44 doi: 10.1177/1757975912462421. Desclaux A., 2013. Les effets microsociaux des antirétroviraux : prophylaxie de la transmission mère-enfant du VIH et individualisation au Burkina Faso, Autrepart, 2013/1, Desclaux A, Le Gac S, Salif Sow P, et al. Time to end the ban on pregnancy and breastfeeding in antiretrovirals strategy trials. J Acquir Immune Defic Syndr, 2013, 62, e156-8 Diop Sa., Fortes-Déguénonvo L., Seydi M, Dieng Ab., Basse Cd., Manga Nm., Dia Nm, Ndaw G, Ndour Ct, Soumaré M., Diop Bm , Sow Ps. Efficacité et tolérance de l'association ténofovir–lamivudine–éfavirenz chez les patients VIH-1 à la clinique des maladies infectieuses du CHNU de Fann à Dakar. Bul . Soc. Pathol. Exot. 2013 : 106: 22-26. Eboko F., 2013, Déterminants socio-politiques de l'accès aux antirétroviraux en Afrique : une approche comparée de l'action publique contre le sida. In Possas C. et Larouzé B., Eds, Propriété intellectuel e et politiques publiques pour l'accès aux SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 antirétroviraux dans les pays du Sud, ANRS (collection Sciences sociales et sida), Paris, 2013 : 207-224. Ekouevi D K, Balestre E, Coffie P A, et al. Characteristics of HIV-2 and HIV-1/HIV-2 Dual y Seropositive Adults in West Africa Presenting for Care and Antiretroviral Therapy: The IeDEA-West Africa HIV-2 Cohort Study. PLoS ONE, 2013, 8, e66135 PloS one, 2013/07/05 Fortes Deguenonvo L, Diop Sa, Diouf A, Dia Badiane Nm, Ba Io, Manga Nm, Seydi M, Ndour Ct, Soumare M, Diop Bm, Sow Ps. Elimination du tétanos maternel et néonatal au Sénégal : évolution des indicateurs de surveil ance de 2003 à 2009. Med Sante Trop. 2013 ; 23 (1) : 55-59. Fortes Déguénonvo L, Diop SA, Leye MM, Seydi M, Dieng AB, Bentaleb H, Diouf A, Lakhe NA, Ka D, Cisse VM, Dia Badiane NM, Manga MN, Ndour CT, Soumaré M, Diop BM, Sow PS, 2013. Evaluation of tolerance of zidovudine-lamivudine-nevirapine combination in HIV 1 patients in Fann Teaching Hospital in Dakar.Bul Soc Pathol Exot. 2013 Oct; 106(4):244-7. doi: 10.1007/s13149-013-0315-8. Epub 2013 Oct 23. French. Gabil ard D, Lewden C, Ndoye I, Moh R, Segeral O, Tonwe-Gold B, Etard JF, Pagnaroat M, Fournier-Nicolle I, Eholié S, Konate I, Minga A, Mpoudi-Ngole E, Koul a-Shiro S, Zannou DM, Anglaret X, Laurent C; ANRS 12222 Morbidity Mortality Study Group, 2013.J Acquir Immune Defic Syndr. 2013 Apr 15;62(5):555-61. doi: 10.1097/QAI.0b013e3182821821. Gning N, « Analyse d'une controverse. Les discours sur l'homosexualité dans l'espace public », Stichproben. Wierner Zeitschrift für Kritische Afrikastudien, 24, 13, 2013, p.93-120 Gning N, « Les motifs de l'il égitimité sociale de l'homosexualité au Sénégal », Africultures, 96, 2013, p.22-39 Hanna M, Minga A, Fao P, Borand L, Diouf A, Mben Jm, Gad Rr, Anglaret X, Bazin B, Chene G; AND THE [QUALI-PED] ANRS 12175 Study Group. Development of a checklist of quality indicators for clinical trials in resource-limited countries: The French National Agency for Research on AIDS and Viral Hepatitis (ANRS) experience. Clin Trials. 2013 Jan 13. Obermeyer Makhlouf C, Bott S, Bayer R, Desclaux A, Baggaley R, & And the MATCH Study Group. 2013. « HIV testing and care in Burkina Faso, Kenya, Malawi and Uganda: ethics on the ground ». BMC International Health and Human Rights 13(1):6. doi: 10.1186/1472-698X-13-6 Obermeyer CM, Neuman M, Hardon A, Desclaux A, Wanyenze R, Ky-Zerbo O, Cherutich P, Namakhoma I. 2014 Socio-economic determinants of HIV testing and counsel ing: a comparative study in four African countries.2013, Trop Med Int Health. 2013 Sep; 18(9):1110-8. doi: 10.1111/tmi.12155. Ouvrier A, Anthropology of medical research in developing countries: a Senegalese experience. Med Sci (Paris) (2013); 29(1):89-93. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Sow K, 2013. Partager l'information sur son statut sérologique VIH dans un contexte de polygamie au Sénégal, SAHARA-J: Journal of Social Aspects of HIV/AIDS: An Open Access Journal, 10:sup1, S28-S36. Sow K.2013 HIV disclosure in polygamous settings in Senegal SAHARA J. Jul; 10 Suppl 1:S28-36. doi: 10.1080/02664763.2012.755322. Taverne B, Desclaux A, Delaporte E, Ndoye I, Col Seck AM, Barre-Sinoussi F. Universal health coverage and HIV in resource-constrained countries: a critical juncture for research and action. AIDS 2013; 27 (14): 2173–2175. Taverne B, Desclaux A, Koita Fal M, Delaporte E, Ndoye I. Antiretroviral drugs in Africa: a public health versus a market approach. J Acquir Immune Defic Syndr 2013;63(2):doi: 10.1097/QAI.0b013e31828ed94d. Taverne B., Egrot M., 2013. « Enjeux locaux et globaux d'un « trafic » de médicaments antirétroviraux entre le Sénégal et l'Europe » in Desclaux A., Egrot M. (dir.). La pharmaceuticalisation au sud. Anthropologie du médicament à ses marges, Éditions de l'IRD, Editions Karthala Taverne, B. La gratuité des médicaments antirétroviraux au Sénégal, biographie d'une décision de santé publique, in Desclaux A., Egrot M. (eds) La pharmaceuticalisation au Sud. Anthropologie du médicament à ses marges, 2013, à paraitre. Taverne, B., Ndoye, I., Delaporte, E., L'espace et le temps pour travail er ensemble, construction d'un centre de recherche sur le VIH au Sénégal, in Vidal L. (ed) Expériences du partenariat à l'IRD. Le regard des sciences sociales. Editions de l'IRD, Marseil e, 2013, sous presse Tousignant N. Broken Tempos: Of Means and Memory in a Senegalese University Laboratory. Social Studies of Science (2013) first published on May 15, 2013 as doi: 10.1177/0306312713482187 Attinsounon C. A., Seydi M., Cissoko Y., Fortes- Déguénonvo L., Diop-Nyafouna S. A., Manga N. M., Dia N. M., Ndour C. T., Soumaré M., Diop B. M., Sow P. S. Tétanos de l'enfant et de l'adulte au Sénégal : itinéraire thérapeutique, aspects épidémiologiques, cliniques et évolutifs. Rev CAMES- Série A 2012;13: 34-3706 Balestre E, Eholie SP, Lokossue A, Sow PS, Charurat M, Minga A, Drabo J, Dabis F, Ekouevi DK, Thiebaut R; for the International epidemiological Database to Evaluate AIDS (IeDEA) West Africa Collaboration. Effect of age on immunological response in the first year of antiretroviral therapy in HIV-1-infected adults in West Africa. AIDS. 2012 Feb 29. Calmy A, Balestre E, Bonnet F, et al. Mean CD4 cel count changes in patients failing a first-line antiretroviral therapy in resource-limited settings. BMC Infect Dis, 2012, 12, 147 Camara M, Seydi M, Dieye Tn, Sow Ps, Mboup S, Kestens L, Jennes W. Association between herpes simplex virus type2 and HIV-1 in a population of married couples SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Cournil A, Eymard-Duvernay S, Diouf A, Moquet C, Coutherut J, Gueye NF, Cames C, Taverne B, Bork K, Sow PS, Delaporte E; for the ANRS 1215 Study Group. Reduced Quantitative Ultrasound Bone Mineral Density in HIV-Infected Patients on Antiretroviral Therapy in Senegal. PLoS One. 2012; 7(2):e31726. Epub 2012 Feb 16. De Beaudrap P, Thiam M, Diouf A, Toure-Kane C, Ngom-Guèye NF, Vidal N, Mboup S, Ndoye I, Sow PS, Delaporte E; for the ANRS 1215 study group. Risk of virological failure and drug resistance during first and second-line antiretroviral therapy in a 10-year cohort in Senegal: results from the ANRS 1215 cohort.J Acquir Immune Defic Syndr. 2012 Oct 31. Desclaux A, Sow K, Mbaye N, et al. [Moving from prevention to elimination of mother-to-child transmission of HIV before 2015, an unrealistic objective? Social stakes in Senegal]. Medecine et sante tropicales, 2012, 22, 238-45 Desclaux A, Mil eliri JM. Scientific Meeting at the Dakar (Senegal) site of the French National Agency for AIDS Research (ANRS), 31 May 2012. Med Sante Trop. 2012 Sep 13. [Epub ahead of print] Desclaux A Une "simple prise d'antirétroviraux" ? L'élimination de la transmission mère-enfant du VIH vue par les femmes sénégalaises ». Transcriptases 2012 (147):33-36. http://www.vih.org/transcriptases Dia Nm, Ka R, Diop Sa, Diop Ym, Manga Nm, Dia Ml, Diagne R, Diop Bm, Sow Ai, Sow Ps. Caractéristiques des infections à Enterobacter sp à la Clinique des Maladies Infectieuses de Fann de 2002 à 2009. Rev.CAMES-Série A, 13(1):14-17, juin 2012 Diouf, A., Cournil, A., Ba-Fal , K., Ngom-Guèye, N.F., Eymard-Duvernay, S., Ndiaye, I., Batista, G., Guèye, P.M., Bâ, P.S., Taverne, B., Delaporte, E., Sow, P.S. Diabetes and Hypertension among Patients Receiving Antiretroviral Treatment Since 1998 in Senegal: Duracinsky M, Herrmann S, Berzins B, Armstrong AR, Kohli R, Le Coeur S, Diouf A, Fournier I, Schechter M, Chassany O.The development of PROQOL-HIV: an international instrument to assess the health-related quality of life of persons living with HIV/AIDS. J Acquir Immune Defic Syndr. 2012 Apr 15;59(5):498-505. Faye A, Manga Nm, Seck I, Niang K, Diagne-Camara, Diongue M, Ba M, Ndiaye P, Tal-Dia A. Accès au traitement préventif intermittent (TPI) dans une situation de gratuité : rôle du bien-être économique. Bul Soc Pathol Exot .2012 ; 105(3) : 215-9 Gning N N. Ethnographier un Tabou. De l'Inconfort Ethnographique à la question de l 'Ethique en Sciences Sociales. EASA2012: Uncertainty and disquiet - 12th EASA Biennial Conference, 2012, University of Paris Ouest Nanterre La Défense (France) GNP+; RNP+ Sénégal. HIV Leadership through Accountability Programme. 2012. The People Living vith HIV Stigma Index: Senegal Country Assessment, rapport, 82 pages SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Hardon A., Vernooij E., Bongololo-Mbera G., Cherutich P., Desclaux A., Kyaddondo D., Ky-Zerbo O., Neuan M., Wanyenze R., Obemeyer C. Women's views on consent, counseling and confidentiality in PMTCT: a mixed-methods study in four African countries.BMC Public Health 2012, 12(1):26, http://www.biomedcentral.com/1471-2458/12/26 Heitzinger K, Sow Ps, Dia Badiane Nm, Gottlieb Gs, N'doye I, Toure M, Kiviat Nb, Hawes Se. Trends of HIV-1, HIV-2 and dual infection in women attending outpatient clinics in Senegal, 1990-2009. Int J STD AIDS. 2012, 23, 10, 710-716. Jennes W, Verheyden S, Mertens Jw, Camara M, Seydi M, Dieye Tn, Mboup S, Christian Demanet C, And Kestens L INHIBITORY KIR/HLA ligand incompatibility between sexual partners confers protection against HIV-1 transmission . Blood blood-2012-09-455352. Jung M, Leye N, Vidal N, Fargette D, Diop H, Toure Kane C, Gascuel O, Peeters M. The Origin and Evolutionary History of HIV-1 Subtype C in Senegal. PLoS One. 2012; 7(3):e33579. Epub 2012 Mar 28. Mous K., Jennes M., Camara M., Seydi M., Daneau G., Mboup S., Kestens L., Van Ostade V. Expression Analysis of LEDGF/p75, APOBEC3G, TRIM5alpha, and Tetherin in a Senegalese Cohort of HIV-1-Exposed Seronegative Individuals. PLoS ONE 2012,7: e33934 – e33934 Pel eau S, Diop SA, Dia Badiane M, Vitte J, Beguin P, Nato F, Diop BM, Bongrand P, Parzy D, Jambou R. Enhanced basophil reactivities during severe malaria and their relationship with the Plasmodium falciparum histamine-releasing factor translational y control ed tumor protein. Infection and immunity 2012; 80: 2963-2970 Salomon C. Le prix de l'inaccessible. De nouvel es intimités genrées et racialisées à l'ère de la mondialisation. L'Homme. Revue française d'anthropologie, 2012, pp. 211 à 238 Sow Ms, Camara A, Fortes Deguenonvo L, Medila Ma, Barry M, Dial o Aas, Cisse M, Camara Lm, Ndoye B. Evaluation de la prescription des antibiotiques au cours des infections respiratoires basses chez l'adulte au CHU de Conakry, Guinée. Rev.CAMES-Série A. 2012; 13(2):239-243. Taverne B, Desclaux A, Sow P S, Delaporte E, Ndoye I. Evaluation de l'impact bioclinique et social, individuel et col ectif, du traitement ARV chez des patients VIH-1 pris en charge de-puis 10 ans dans le cadre de l'ISAARV – Cohorte ANRS 1215. Rapport final, Dakar: CNLS, CRCF, IRD, ANRS, 2012, 417p. + annexes Vidal N, Diop H, Montavon C, et al. A novel multiregion hybridization assay reveals high frequency of dual inter-subtype infections among HIV-positive individuals in Cameroon, West Central Africa. Infect Genet Evol, 2012, 14, 73-82 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Alfieri C, Bila MB, Desclaux A. Le rôle des médiatrices dans les services de soins pour la prévention de la transmission mère - enfant du sida au Burkina Faso, 7e Conférence AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, Poster n°1169 Bila BM, Sow K, Alfieri C, Desclaux A. La pression des systèmes de soins sur les femmes pour qu'el es partagent leur statut VIH est-el e une violence de genre ? Eléments de réponse du Burkina Faso, 7e Conférence AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale n°1257 Boye S, Sow K, Desclaux A, Grunitzky M, Guéye A. Les limites de l'al aitement protégé chez les femmes dépistées tardivement au Sénégal, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale, abstract n°964. Broqua C, the Construction of Homosexuality as a Public Problem in Senegal. 2nd African Same-Sex Sexualities and Gender Diversity Conference, Nairobi (Kenya), 20 mars 2014. Broqua C, La construction de l'homosexualité comme problème public au Sénégal. 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Session « Homosexualité au Sud », Montpel ier, 28 avril 2014. Broqua C, L'interdépendance des mobilisations contraires autour de l'homosexualité en Afrique : à partir des cas ivoirien et sénégalais. Journée d'étude internationale Homosexualité et homophobie en Afrique, EHESS, Paris, 30 avril 2014. Cournil A, Eymard-Duvernay S, Diouf A, Li F, Tine J, Ndiaye A, Maynart M, Ndongo S, Delaporte E, Ngom Guèye NF. Ostéoporose et VIH en Afrique Sub-saharienne, Estimation de la prévalence d'ostéoporose chez les personnes vivant avec le VIH, à Dakar, Sénégal, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale, abstract n°598 Desclaux Sal C, Cames C, Ngagne Mbaye, Msel ati P, Sy Signaté H, Desclaux A. Processus d'information des enfants vivant avec le VIH-1 en vue de leur participation à une recherche médicale : Expérience de la cohorte sénégalaise MAGGSEN-ANRS 12279, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale, abstract n°1171. Desclaux Sal C, Badji M, Desclaux A. Aspects éthiques et sociaux de la recherche sur le VIH en pédiatrie au Sénégal. Communication orale présentée aux Journées des Doctorants de l'IRD-France Sud, Montpel ier 22-23 avril 2014 Dièye FL, Diouf A, Ndoye M, Maynart M, Ndiaye B, Koita Fal MB. Changements de traitement antirétroviral chez les personnes vivant avec le VIH au Sénégal : incidence, causes et facteurs prédictifs, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale, abstract n°1187. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Diouf A, Mben JM, Héma A, Ciaffi L, Eymard-Duvernay S, Batista G, Ayangma L, Ndiaye A, Lowe T, Cournil A. ANRS 12250 – METABODY Profil métabolique et risque cardiovasculaire des personnes vivant avec le VIH débutant un traitement antirétroviral de 2e ligne en Afrique, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale, abstract n°1228. Fortes Déguénonvo l, Mben JM, Kaboré F, Bado G, Ngom NF, Ciaffi L, Ndour CT, Sawadogo A, Eymard Duvernay S, Izard S, Calmy A, Reynes J, Le Moing V, Koul a-Shiro S, Delaporte E, pour le 2LADY study group. Essai clinique randomisé multicentrique évaluant 3 combinaisons d'antirétroviraux de 2ème ligne en Afrique : résultats de l'étude 2LADY ANRS 12169/EDCTP, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, présentation orale, abstract n°1331. Guichet E, Aghokeng A, Serrano L, Bado G, Toure Kane C, Sawadogo A, Ndour CT, Koul a-Shiro S, Eymard Duvernay S, Peeters M, Ciaffi L, Delaporte E, 2Lady Study group. Fréquence et profils des mutations associées à la résistance aux ARV de 1ère ligne chez les patients en échec virologique au Burkina-Faso, Cameroun et Sénégal dans l'essai 2lady ANRS 12169/EDCTP, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, communication orale, abstract n°1334. Koita Fal MB, Maynart M, Tine JM, Badiane M, Ndiaye B, Leprêtre A, Ba I, Clouzeau M, Girard PM, CRCF Groupe. Evaluation économique d'un programme pilote d'accès aux soins médicaux concernant des consommateurs de drogues injectables au Sénégal, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier 27-30 avril 2014, communication orale, abstract n°1144. Ndione AG, Desclaux A, Maynart M, Leprêtre A, Ba I. L'auto-sevrage par le voyage hors du milieu chez les consommateurs de drogues injectables (cocaine/héroine) à Dakar, Sénégal, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier 27-30 avril 2014, communication orale, abstract n°1040. Stengel C, Desclaux A, Signaté Sy H, Delaporte E. Le VIH-2, infection orpheline? Difficultés de prise en charge des enfants vivant avec le VIH-2 à Dakar, Sénégal : une étude qualitative, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier 27-30 avril 2014, communication orale, abstract n°1340. Varloteaux M, Taverne B, Cames C, Sy Signaté H. Coût de la prise en charge hospitalière des enfants vivant avec le VIH à Dakar. Une sous-étude de la cohorte Maggsen ANRS 12279, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, présentation orale, abstract n°1275. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Ba I, DIA AM, HAVE NG, Fal A, Maynart M, Desclaux C, Desclaux A, Boye S. Doublement stigmatisées ? Situation des populations clés les plus exposées dans le cadre de l'étude « Stigma Index » au Sénégal, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, abstract n°264, poster. Boye S, Sow K, Grunitzky M. Pratiques et perceptions de l'al aitement protégé chez les femmes ayant déjà eu l'expérience de la PTME par alimentation artificielle, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, abstract n°967, poster. Cames C, Mbodj H, Ouattara B, Diack Mbaye A, Dial o NF, Diagne DR, Sakho Diouf M, Cournil A, Msel ati P, Ngagne Mbaye, Sy Signate H. Croissance et puberté des adolescents infectés par le VIH 1 au Sénégal : La cohorte MAGGSEN-ANRS 12279, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, abstract n°1487, Poster. Couderc M, Desclaux Sal C, Ndour CT. Vivre avec le VIH après 50 ans au Sénégal : une vulnérabilité multifactoriel e « négligée » ?, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, abstract n°1607, Poster. Le Gac S, Izard S, Gaye N, Unal G, Calmy A, Ciaffi L. Les bonnes pratiques cliniques pour la recherche : une formation à intégrer et à adapter, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, abstract n°1372, Poster. Ndoye M, Diouf A, Ndiaye B, Maynart M, Koita MB, Dièye FL. Médicaments non antirétroviraux chez les patients sous traitement antirétroviral au Sénégal : coûts et facteurs associes à la prescription, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpellier, 27-30 avril 2014, abstract n°1066, Poster. Sow K, Desclaux A, Boye S, Gueye A. L'initiation précoce du traitement ARV et l'al aitement protégé chez les femmes enceintes réduisent-ils la pression au partage de l'information avec le conjoint et en particulier dans des couples polygames ? Expérience du Sénégal, 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, abstract n°964, poster. Sow K, Desclaux C, Sembene M. Discordances autour de la communication sur la PTME : faire peur pour sensibiliser, banaliser pour dépister et apaiser pour annoncer un statut VIH+ , 7e Conférence Internationale Francophone sur le VIH et les Hépatites AFRAVIH 2014, Montpel ier, 27-30 avril 2014, abstract n°995, poster. Adzavon YM, Ndiaye O, Ndour CT, Kébé Fal K, Dial o MM, Desclaux-Sal C, Diouara AAM, Sow-Sal A, Diaw-Diouf NA, Guèye SB, Thiam M, Niasse S, Diaw M, Diop-Ndiaye H, Gaye- Dial o A, Mboup S, Touré-Kane C. Étude de la résistance du VIH-1 aux ARV en milieu décentralisé : Cas du District sanitaire de Mbour (Sénégal). 17th SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 International Conference on AIDS and Sexual y Transmitted Infections in Africa (ICASA 2013), Cape Town, South Africa, 7-11 December. (Ce résumé a obtenu le prix d'un des meil eurs résumés de la Conférence) Ba I, Impact of operational research on the national programme for the fight against HIV: problematic of injectable drug users in Senegal. 7th international workshop on HIV treatment, pathogenesis and prevention Research in resource-limited settings- INTEREST workshop, 14-17 May 2013, Dakar, Senegal. Poster Bila B, Sow K, Boye S, Alfieri C, Desclaux A, The social effects of pressure from health professionals on women in PMTCT to dis-close their HIV status :Insights from West Africa. XI International AIDS Impact Conference, Barcelona, 29/09-2/10 2013 Boye S, Desclaux A, L'émergence des pathologies iatrogènes : perceptions des lipodystrophie par les personnes sous antirétroviraux à Dakar. Communication orale, 9ième Congrès International Francophone de la Société de Pathologie Exotique, Dakar, Sénégal, novembre 2013. Broqua C. "The fight against AIDS and the resignification of homosexuality in West Africa (Ivory Coast, Mali, Senegal) ». 2nd International HIV Social Science and Humanities Conference, Roundtable « New Trends on Homosexual Mobilization and the HIV/AIDS Response: Is AIDS stil Good for the Homosexual Cause? », Paris, 8 juil et 2013. Broqua C. « L'émergence de la question homosexuel e dans l'espace public au Sénégal ». Journées Vulnérabilités face au VIH : les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, Campus IRD/UCAD de Hann, Dakar (Sénégal), 19 mars 2013. Broqua C., Desclaux A., Desclaux Sal C., Varloteaux M. Co-organisation des journées Vulnérabilités face au VIH : les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, Campus IRD/UCAD de Hann, Dakar (Sénégal), 18-19 mars 2013. Broqua C., Doquet A. « Des hommes dominés par la domination ? Conflits conjugaux en milieux urbain et rural au Mali ». Les masculinités au prisme de l'hégémonie, EHESS, Paris, 14 juin 2013. Cames, C (2013) « Malnutrition chez l'enfant et l'adolescent infectés par le VIH : état des lieux et cadre de la prise en charge des patients suivis à Dakar », Journée d'Actualités de la recherche scientifique sur le VIH au Sénégal. Hôtel Ngor Diarama, Dakar – 28 novembre 2013 Couderc M. "L'applicabilité de la notion d'il usion thérapeutique chez les participants de 3 études cliniques sur le VIH réalisées à Dakar : analyse anthropologique", Col oque Éthique et Médicament, Dakar (Sénégal), 1-2 juil et 2013. Couderc M. "Senegal as an ideal site for HIV research in Africa: but for what kind of research?", 2nd International HIV Social Sciences and Humanities Conference. 7-10 July 2013. France. Couderc M. « Enjeux et pratiques de la recherche médicale transnationale en Afrique. Analyse anthropologique d'un centre de recherche clinique sur le VIH au SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Sénégal ». Cycle de conférences de la Société des Africanistes. Musée du Quai Branly, 28 Mars 2013 Couderc M., Desclaux-Sal C., Ndour CT. « Le devenir des participants de la cohorte ANRS 1215 à l'issue de l'étude : gestion de l'après essai et standard de soins (Projet DECVISEN, Sénégal) », 7th Conférence SAHARA, Dakar (Sénégal), 7-10 octobre 2013. Couderc M, Desclaux Sal C, Ndour CT, Taverne B, Le devenir des participants de la cohorte ANRS 1215. Impact de la réintroduction du paiement des frais de santé par les patients sur leur accès aux soins (DECVISEN-Sénégal). 17th International Conference on AIDS and Sex-ual y Transmitted Infections in Africa (ICASA 2013), Cape Town, South Africa, 7-11 December 2013, Poster. Desclaux A, Le Gac S, Sow PS, Girard PM, Pregnancy and breastfeeding should be withdrawn from exclusio criteria in antiretroviral strategy trials. 7th International Workshop on HIV Treatment, Pathogenesis and Prevention Research in Resource-Limited Settings, Dakar, Senegal, 14-17 May 2013. Desclaux A., Reste-t-il des questions à propos de l'al aitement maternel ? 8ème Rencontre Nord-Sud IMEA/IRD, Paris, 26 novembre 2013 Desclaux Sal C. « Statut de l'enfant et formes de consentement dans la recherche ». Séminaire Ethique et recherche chez l'enfant : analyses multidisciplinaires. CRCF, Dakar, Sénégal, 29 avril 2013. Desclaux-Sal C, La médiation scientifique pour le partage des savoirs. L'expérience du Réseau Communautaire pour la Promotion de l'Éthique de la Recherche et des Soins au Sénégal, Col oque « Nouveaux enjeux éthiques du médicament en Afrique de l'ouest et du centre » Dakar, 1-2 juil et 2013 Desclaux Sal C. (2013), « Enjeux éthiques de la participation des enfants non informés de leur statut sérologique dans la recherche sur le VIH ». Col oque « Nouveaux enjeux éthique du médicament en Afrique de l'Ouest et du Centre», UCAD-IRD, Dakar, Sénégal, 2 juil et 2013 Dia M., Ndour C., Diop A, Ka R., Diagne R ., Dia Nm ., Sow Ai ., Cisse Mf. Urocultures positives à bactéries multirésistantes (BMR) au CHU de Fann à Dakar.P427, ICPIC, 25 -28 june 2013, Geneva, Final program, page 29. Dia Nm ., Ndir A ., Ka R ., Koumou Nm, Dia Ml, Ndoye B, M Seydi M. Surveil ance prospective à partir du laboratoire des bactériémies à bactéries multirésistantes (BMR).P428, ICPIC, 25 -28 june 2013, Geneva, Final program, page 29. Dia Nm, Ka R, Ismail Yz, Manga Nm, Diop Sa, Fortes L, Lakhe Na, Ka D, Cisse V, Sow Ai, Seydi M. Evaluation prospective de la pratique de l'antibiothérapie curative dans un service de Maladies Infectieuses à Dakar.P434, ICPIC, 25 -28 june 2013, Geneva, Final program, page 29. Dia Nm., Faye D, Niang Ba, Seydi M. Enquête de consommation des produits hydro-alcooliques et du savon au CHNU de FANN à Dakar P398, ICPIC, 25 -28 june 2013, Geneva, Final program, page 27 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Diop Sa. La lutte contre la rage humaine et animale : un modèle pour le développement du concept one health. 10e anniversaire RASPA (Revue Africaine Sante et Production animale) : 17-21 juin 2013 Diop-Ndiaye H. Étude de la résistance du VIH-1 aux ARV en milieu décentralisé : Cas du District sanitaire de Mbour (Sénégal). Journée Scientifique du CNLS, 28 novembre 2013, Dakar (Sénégal). Diouf A, 15 Years after the Introduction of ART in Senegal: Virological Response and Risk of Resistance in the Agence Nationale de Recherches sur le Sida 1215 Cohort». 20ième Conférence sur les rétrovirus et les infections Opportunistes (CROI), 3 – 6 mars 2013, Atlanta (Etats-Unis), Diouf A« Mortality, morbidity and immune activation among HIV-infected treatment-naïve people in West Africa: effect of viral type, co-infections and smal pox antibody level » Du 04 au 06 Mars 2013: participation à la 2e retraite annuelle du West African Platform for HIV Intervention Research (WAPHIR). Faye D, Ndiaye B., Dia Nm. Evaluation de la tolérance cutanée et de l'acceptabilité de la solution hydro-alcooliqueP400, ICPIC, 25 -28 june 2013, Geneva, Final program, page 28 Hawes S, Feng Q, Ba S, Toure M, Sy Mp, Dia Badiane Nm, Fortes Deguenonvo F, Traore F, Sal F, Smith Ra, Kiviat Nb, Sow Ps, Gottlieb Gs. Human papil omavirus (HPV), cervical neoplasia, and invasive cancer in women with HIV-2 infection in the ART era in Senegal, West Africa. 20ième Conférence sur les rétrovirus et les infections Opportunistes (CROI), 3 – 6 mars 2013, Atlanta (Etats-Unis), Abstract 734 Hejoaka. F (2013). Children as non-citizens? Unequal access to counsel ing, secrecy and poaching in the context of AIDS epidemic. Wel -being at the Margins: Seeking Health in Stratified Landscapes of Medicine and Healing. Institute of Social and Cultural Anthropology, International Summer Schol in Medical Anthropology. Freie Universität Berlin, Germany July 22nd – July 27th 2013. Hejoaka, F (2013). Dits et non-dits de la maladie à l'enfant en contexte africain. Les 8e Rencontres Nord-Sud IMEA-IRD. «L'enfant en Afrique : au risque du VIH». 26 novembre 2013. Auditorium de l'Hôpital Européen Georges Pompidou. Paris. Hejoaka, F (2013). Ce que les enfants malades savent de leur diagnostic. Analyses anthropologiques et implications éthiques à partir du cas de l'infection à VIH. Séminaire éthique de la recherche et des soins chez l'enfant. Coordonné par PR Alice Desclaux et Dr Samba Corr Sarr. 19 juin 2013 – Centre de Recherche Clinique de Fann. Dakar Sénégal. Hejoaka, F. D'un double standard informationnel à une éthique de l'annonce de l'infection à VIH aux enfants. Leçons d'un terrain ethnographique sur les antirétroviraux pédiatriques au Burkina Faso. Communication affichée. Colloque international. Nouveaux enjeux éthiques du médicament en Afrique. Échanges pluridisciplinaires (sciences sociales, juridiques et santé publique) autour de l'éthique du médicament en Afrique de l'ouest et du centre. 1-2 juil. 2013 Dakar, Sénégal. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Hejoaka, F. Chronicles of suspicion in the time of AIDS. Growing up in Limbo. Children's HIV/AIDS awareness, lay diagnosis and secrecy in Burkina Faso. International meeting. "Growing up with HIV in Africa". London School of Economics. 24-25th march 2013. London, United Kingdom. Ka D, Lakhe Na, Cisse Vmp, Fortes Deguenonvo L, Bougar S, Diop Sa, Manga Nm, Dia Badiane Nm, Ndour Ct, Soumare M. Tuberculose du post partum au service des maladies infectieuses et tropicales de Fann à Dakar : à propos de 14 casIV Journées Conjointes du Département de Médecine et de Biologie. Dakar. – Sénégal 27-29 Juin 2013. Livre des abstracts poster 5 p19 Ka D., Diop Nyafouna Sa., Ba S., Fortes Deguenonvo L., Lakhe Na., Cisse Vmp., Manga Nm., Dia Nm., Ndour Ct., SOUMARE M., SEYDI M. Aspects actuels du paludisme grave de l'adulte à la clinique des maladies infectieuses du CHNU de Fann à Dakar. Jour. Dept. de Médecine et Biologie, UCAD / Dakar 27 Juin 2013. Ka R, Dia Badiane N, Ndir A, Onanga Kl, Dia Ml, Diagne R, Ndoye B, Sow Ai, Seydi M. Incidence des infections urinaires à bactéries multirésistantes (BMR) en milieu hospitalier.P426, ICPIC, 25 -28 june 2013, Geneva, Final program, page 29. Koita-Fal MB, Desclaux A, Taverne B. Standardisation des apparences des médicaments ARV : une nécessité de santé publique. Communication orale, 9ième Congrès International Francophone de la Société de Pathologie Exotique, Dakar, Sénégal, novembre 2013. Manga Nm, Dia-Badiane Nm, Diop Nyafouna Sa, Fortes Deguenonvo L, Ml Kébè, Nf Ngom-Guéye, Ndour Ct. Association cancer et VIH chez les patients admis au Service des Maladies Infectieuses de Dakar: aspects actuels. Abstract Book 7th international workshop on HIV treatment, pathogenesis and prevention Research in resource-limited settings- INTEREST workshop, 14-17 May 2013, Dakar, Senegal. Abstract P_23. Reviews in Antiviral therapy and Infectious Diseases 2013; 4: 41-42. Manga Nm, Fortes-Deguenonvo L, Diop-Ndiaye A, Diop-Nyafouna Sa, Dia-Badiane Nm, Da E, Ndour Ct. Profil et devenir des PVVIH sous trithérapie depuis au moins cinq ans et suivi exclusivement dans le cadre de l'ISAARV. Abstract Book 7th international workshop on HIV treatment, pathogenesis and prevention Research in resource-limited settings- INTEREST workshop, 14-17 May 2013, Dakar, Senegal. Abstract P_22. Reviews in Antiviral therapy and Infectious Diseases 2013; 4: 41. Manga Nm, Io Ba, Sa Diop-Nyafouna, Dia-Badiane Nm, Fortes –Deguenonvo L, Ka D, Ndour Ct. Recrudescence de la méningite cérébrospinale et émergence de Neisseria meningitidis W135 au Sénégal en 2012. 14èmes Journées Nationales d'Infectiologie(JNI). 12-14 Juin Clermont Ferrand. Abstract COL07-10. Med Mal Infect 2013 ; 43 : 15. Manga Nm, Ossibi B, Dia-Badiane Nm, Diop-Nyafouna Sa, Sow D, Fortes Deguenonvo L, Dieng Y, Ndour Ct, Sow Ps. Efficacité et tolérance du fluconazole 400mg versus 800-1600mg au cours de la cryptococcose chez les PvVIH à Dakar. Abstract Book 7th international workshop on HIV treatment, pathogenesis and prevention Research in resource-limited settings- INTEREST workshop, 14-17 May 2013, SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Dakar, Senegal. Abstract P_24. Reviews in Antiviral therapy and Infectious Diseases 2013; 4: 42 Manga Nm, Syl a K, Ka D, Lakhe A, Cisse-Dial o V, Dieye A, Diop M, Massaly A, Ndiaye M, Ndour Ct .Aspects épidémiologiques, cliniques et évolutifs des cas de tétanos trachéotomisés au service de Maladies Infectieuses du CHNU de Fann, Dakar. XIVémes Journées de l'Hôpital Principal de Dakar 31 mai-01 juin 2013. Abstract 22 Page 49. Manga Nm. Leading causes of death in persons infected by HIV in west-african countries. Abstract Book 7th international workshop on HIV treatment, pathogenesis and prevention Research in resource-limited settings- INTEREST workshop, 14-17 May 2013, Dakar, Senegal. Abstract N° 8. Reviews in Antiviral therapy and Infectious Diseases 2011; 4:24. Manga Nm., Ciss-Dial o Vmp., Lakh A., Ndongue –Sarr M., Batista G., Ngom-Gueye Nf., Ndour Ct.Etude comparative des PVVIH sous trithérapie avec restauration immunitaire optimale et cas de dissociation immuno-virologique. 14èmes Journées Nationales d'Infectiologie (JNI). 12-14 Juin Clermont Ferrand. Abstract COL06-02. Med Mal Infect 2013 ; 43 : 11. Manga Nm., Lakhe A., Ka D., Fortes-Déguénonvo L., Sow D., Diop-Nyafouna Sa., Dia-Badiane Nm., Dieng Y., Ndour Ct. Insuffisance rénale aiguë et paludisme grave de l'adulte au SMI de Fann à Dakar : prévalence et pronostic selon le critère de l'OMS et le score de Rifle. XIVémes Journées de l'Hôpital Principal de Dakar 31 mai-01 juin 2013. Page 28. Maynart M, Enquête UDSEN ANRS 12243 : enquête d'estimation de tail e, de pratiques à risque et de prévalence des infections VIH, VHB et VHC chez les usagers de drogues injectables dans la région de Dakar, Sénégal. Congrès THS, octobre 2O13, Biarritz, Communication orale. Micol ier, E. China as knowledge producer in Mainland South-East Asia: localization of a ‘hybridized' Chinese medicine (drugs, techniques, policies, ideas), EUROSEAS Conference, Lisbon, July 2-7th 2013. Ndione A.G., Mobilisations individuel es et col ectives des usagers de drogues injectables à Dakar. Communication effectuée au Centre Régional de Recherche et de Formation du CHNU de Fann, Dakar 29 Mars 2013. Ndione A, Usage de drogues et traitement de substitution : analyse d'une médicalisation au Sénégal. Col oque nouveaux enjeux éthiques du médicament en Afrique de l'Ouest et du Centre, 1-2 juil et 2013, AUF, Dakar, communication orale Ndione A, Les pratiques d'auto-sevrage par les usagers de drogues injectables (cocaïne/héroïne) à Dakar, Sénégal, Col oque de la Société de Pathologie Exotique, novembre 2013, Dakar Communication orale. Niang Ba., Dia Nm., Diop Na., Chraiti Mn., Bagheri Ns., Hightower J., Seydi M. Enquête d'observation directe de la pratique de l'hygiène des mains par friction hydro-alcoolique au CHU de FANN de Dakar, Sénégal.P397, ICPIC, 25 -28 june 2013, Geneva, Final program, page 27 SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Ouvrier A, The social uses of medical research in a franco-african ruled research site, in Globalization and Biomedical Technologies : Circulation, Appropriation and Diversion, Seminaire du CERMES 3, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, le 12 février 2013. Ouvrier A, Anonymiser des actes, photographier des personnes – positionnements et ajustements dans une étude sur la recherche scientifique franco-africaine, in L'anonymat : un objet qui ne dit pas son nom, séminaire inter-laboratoire, Maison Méditerranéenne des sciences de l'Homme, Aix en Provence le 12 avril 2013. Taverne, B La communication avec les décideurs politiques, à partir de l'exemple de la gratuité des ARV au Sénégal. Enjeux politiques : débats et controverses, Col oque: Les sciences sociales et la diffusion des savoirs dans l'espace public. Maison de la Région, Janvier 2013. Taverne B, Koita-Fal MB, Desclaux A (2013) Standardizing the apparance of ARV drugs as a criteria for WHO prequalification. 7th International Workshop on HIV Treatment, Pathogenesis and Prevention Research in Resource-Limited Settings, Dakar, Senegal, 14-17 May 2013. Taverne B, Principaux résultats sur le suivi à long terme des patients VIH traités par ARV à Dakar, perspectives en santé publique et en sciences sociales. Communication orale, 9ième Congrès International Francophone de la Société de Pathologie Exotique, Dakar, Sénégal, novembre 2013. Taverne B. Logique de santé publique contre logiques commerciales, les médicaments antirétroviraux en Afrique. Nouveaux enjeux éthiques du médicament en Afrique, Echanges pluridisciplinaires (sciences sociales, juridiques et santé publique) autour de l'éthique du médicament en Afrique de l'ouest et du centre. 1-2 juil. 2013 Dakar (Sénégal) Taverne B., Boufkhed S., Couderc M., Desclaux-Sal C. (2013) Cost of medical treatment for patients and Universal Health Coverage in resource-constrained countries: situation of Sene-gal, 7th International Workshop on HIV Treatment, Pathogenesis and Prevention Research in Resource-Limited Settings, Dakar, Senegal, 14-17 May 2013. Tine J, Prevention and access to care of HIV and hepatitis B and C for injectable drug users in the region of Dakar. 7th International Workshop on HIV Treatment, Pathogenesis and Prevention Research in Resource-Limited Settings, Dakar, Senegal, 14-17 May 2013.Poster. Varloteaux M, Taverne B, « Coût de la prise en charge hospitalière des enfants vivant avec le VIH »9ème Congrès International Francophone de la Société de Pathologie Exotique, UCAD 2, Dakar, 14 novembre 2013. Avelin Aghokeng, M Monleau, A Dagnra, D Kania, N Ngo-Giang-Huong, C Touré-Kane, L Truong, M-L Chaix, M Peeters, A Ayouba, and ANRS 12186 Study Group. Virogical Outcome and Frequency of Drug-resistance Mutations in HIV-1 Patients Receiving First-line ARV Regimen and Monitored with the Clinical Approach in SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Southeast Asia and Sub-Saharan Africa. 19th Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, March 5-8, 2012 Washington State Convention Center, Seattle, WA, US Session 125-Poster Abstracts 737 Attinsounon Ca, Fortes Deguenonvo L, Diop Nyafouna Sa, Manga Nm, Dia Nm, Ndour Ct, Seydi M, Soumare M, Diop Bm, Sow Ps. Devenir des patients Co-infectés TB/VIH perdus de vue à Dakar (Sénégal) .l .6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012), Genève, suisse ,25-28 mars2012.livre des abstracts, n°575/82A, p127. Ba S, Dia Nm. Toure M, Traore F, Sal F, Ndour Ct, SyMp, Cherne Sl, Starling Ak, Stern J, Kiviat Nb, Hawes Sa, Smith Ra, Sow Ps,Gottlien G. Problématique de l'infection à VIH-2 au Sénégal:Échecs virologiques à M12 et limites des options thérapeutiques de seconde ligne.6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012) ; Genève, suisse, 25-28 mars 2012.Communication orale, livre des abstracts, n°252/45S, p72. Bila B, Desclaux A, Une expérience col aborative d'élaboration de supports pédagogiques numériques sur la socio-anthropologie du sida en Afrique. Col oque international sciences, enseignement et technologie pour le développement de l'Afrique Dakar, 30 oct. – 3 nov. 2012 Bila B, Desclaux A, L'enfant protégé par les ARV, analyses comparées (Sénégal, Burkina Faso, Laos). Présentation d'un programme de recherche. Col oque international sur les recherches en sciences sociales à propos de la PTME sur le continent africain, Niamey, 16-19 oct. 2012 Boye S, Desclaux A, Taverne B, Les perceptions des lipodystrophies par les personnes atteintes à Dakar : effet « secondaire » ou motif de souffrance ? Journées Scientifiques du site ANRS de Dakar, Dakar, 30 mai-01Juin 2012, Communication orale. Broqua C, « Lutte contre le sida et mobilisations homosexuel es à Abidjan ». Journées scientifiques du programme PAC-CI / site ANRS de Côte d'Ivoire, CHU de Treichvil e, Abidjan (Côte d'Ivoire), 15 février. Broqua C, C. Deschamps, J.-Y. Le Talec Organisation et animation des sessions du groupe de travail « Sociologie des sexualités » de l'Association Internationale des Sociologues de Langue Française (AISLF), 19e congrès de l'AISLF : Penser l'incertain, Rabat, 2-6 juil et 2012. Cisse V.M.P, Echahdi H, Seck A, Ka Daye, Fortes- Deguenonvo L, Diouf A, Manga N.M, Diop S.A, Dia N.M, Ndour C.T, Seydi M, Soumare M, Diop B.M, Sow P.S, Caractéristiques des abcès du foie hospitalisés au service des maladies infectieuses du CHNU de Fann. XXVIème journées du département de chirurgie et spécialités chirurgicales Dakar – Sénégal 13-15 juin 2012. Couderc M, C. Desclaux, A. Desclaux, B. Taverne. Evolution des rôles et diversité des formes d'engagement communautaire dans la recherche médicale: l'expérience du Centre Régional de Recherche et de Formation à la prise en charge clinique de Fann (CRCF) au Sénégal. Conférence VIH Francophone, Genève, 25-28 mars 2012, Communication orale SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Couderc M. « L'enquête ethnographique à l'épreuve de l'éthique biomédicale. Pratique(s) du consentement et relation d'enquête en sciences sociales ». Col oque AMADES : Anthropologie, innovations techniques et dynamiques sociales dans le domaine de la santé. 10-12 mai 2012 (Brest). Couderc M., Desclaux C. « Dynamiques associatives et construction d'un savoir associatif autour de la recherche médicale sur le VIH au Sénégal : l'expérience du CRCF ». Journée d'études du réseau des jeunes chercheurs « science sociales et VIH-sida » : Pouvoirs et VIH-sida. Qui gouverne au Nord et au Sud ? 21 Juin 2012. Paris (SIDACTION) Couderc M., Desclaux C. « D' »enquêteur » à « médiateur éthique » : Quel(s) rôle(s) pour les associations de PvVIH dans la recherche médicale à Dakar ? Histoire des dynamiques associatives au Centre régional de Recherche et de Formation à la prise en charge clinique (CRCF) ». Col oque AMADES : Anthropologie, innovations techniques et dynamiques sociales dans le domaine de la santé. 10-12 mai 2012 (Brest). Couderc M., Desclaux C. « Dynamiques associatives et construction d'un savoir associatif autour de la recherche médicale sur le VIH au Sénégal: l'expérience du CRCF », SISDAK: Forum scientifique du 4ème Salon international de la Santé et du matériel Médical de Dakar (5-8 juil et 2012). Troisième session: Communauté et recherche dans la lutte contre les maladies transmissibles et non transmissibles (7 juil et 2012) Desclaux A. Le passage de la PTME à l'ETME: revue rapide des dimensions sociales à partir du Sénégal. Journée ESTHER, Hôpital Européen Georges Pompidou, 3 juil et 2012 Desclaux A. La iatrogénèse dans le sil age de l'innovation thérapeutique. Proposition d'analyses à partir des antirétroviraux au Sénégal. Communication au Col oque Amades « Anthropologie, innovations techniques et dynamiques sociales dans le domaine de la santé », 8-10 mai 2012, Brest Desclaux A. Treatment as Prevention: Learning from PMTCT in West Africa. Conference "Treatment as Prevention – Program Realities and Future Research Priorities", Séminaire international, Amsterdam University, 2-3 février 2012 Desclaux A., Boye S., Taverne B. Les perceptions des lipodystrophies par les personnes atteintes à Dakar : effet « secondaire » ou motif de souffrance ? 6èmeConférence Francophone sur le VIH/SIDA, Genève, 25-28 mars 2012, Poster commenté. Desclaux A., Boye S., Taverne B. Une « population vulnérable invisible » : les veuves vivant avec le VIH à Dakar. 6èmeConférence Francophone sur le VIH/SIDA, Genève, 25-28 mars 2012, Communication orale n° 92. Desclaux C, A. Leprêtre, M. Maynart, A. Desclaux, C. Fal Sané, I. Ba, A. Toufik, P.S. Sow, P.M. Girard, I. Ndoye. Considérations éthiques et réglementaires liées à la méthode RDS utilisée pour l'enquête de prévalence et de pratiques à risques de l'infection par le VIH, le VHB et le VHC chez les usagers de drogues injectables (UDI) SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 dans la région de Dakar (étude ANRS 12243 UDSEN). 6ème Conférence Francophone sur le VIH/SIDA, Genève, 25-28 mars 2012, Poster. Desclaux Sal C. « Projet Ethique ». Journées Scientifiques du site ANRS de Dakar, Dakar, 30 mai-01Juin 2012, Communication orale. Desclaux Sal , C. « Évolution des rôles et diversité des formes d'engagement communautaire dans la recherche médicale : l'expérience du CRCF à la prise en charge clinique », Communication orale, session « Communauté et recherche dans la lutte contre les maladies transmissibles », Forum Scientifique de la 4ème édition du SISDAK à Dakar, Sénégal, du 5 au 8 juil et 2012. Desclaux Sal , C. Evaluation de la prise en charge médicale, sociale et communautaire dans le district sanitaire de Mbour. Journée d'actualité scientifique VIH 2012 à Dakar, CNLS, CRCF, Dakar, Sénégal, 30 novembre 2012, Communication orale. Desclaux, A. Résultats de l'étude sur les campagnes de dépistage, Journée nationale de restitution des résultats du projet MATCH, Programme d'Appui au Monde Associatif et Communautaire, Ouagadougou, Burkina Faso, 17 octobre 2012. Communication orale Desclaux, A. Mémoire et Histoire de la Recherche Médicale en Afrique. 5ème Journée scientifique URMITE, Dakar, Sénégal, 17 novembre 2012. Communication orale Desclaux, A. Policies and evidence: update on sharing results with stakeholders in Burkina Faso, Seminar of the Center for Research on Population and Health, American University of Beirut, Beyrouth, Liban, 23 octobre 2012. Communication orale Desclaux, A. Présentation de l'étude MATCH (Multi-African Testing and Counseling for HIV study), Journée nationale de restitution des résultats du projet MATCH, Programme d'Appui au Monde Associatif et Communautaire, Ouagadougou, Burkina Faso, 17 octobre 2012. Communication orale Dial o Mb, Niang Ba, Dia – Badiane Nm, Ndour Ct, Sow Ps. Prise en charge des accidents d'exposition au sang (AES) au service des maladies infectieuses et tropicales du CHNU de Fann à Dakar de 2001 à 2011. 6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012), Genève, suisse ,25-28 mars 2012. Livre des abstracts, n°226/45s, p68. Dial o Mb., Maynart M., Diouf A., Manga Nm., Diop Sa., Fortes L., Diop K., Ndiaye I., Tine Jm., Crcf Groupe., Sow Ps. Mise en place d'une consultation centralisée tournante des patients vivant avec le VIH : expérience du centre régional de recherche et de formation du service de maladies infectieuses et tropicales du CHNU de Fann à Dakar. 6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012) Session orale 30S Communication orale N°168, Programme p58- Diaw M. Évaluation et accompagnement de la prise en charge du VIH au Sénégal : problématiques spécifiques de la décentralisation et du vieil issement des patients. Journée Scientifique du CNLS, 30 novembre 2012, Dakar (Sénégal) SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Diaw J, J. Coutherut, I. Ndoye, B. Taverne. Etude préliminaire sur l'influence des représentations du VIH et de la sexualité sur les dysfonctions sexuel es des PVVIH traitées par ARV depuis une dizaine d'année Sénégal. 6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012), Genève, 25-28 mars 2012, Poster. Diaw J, J. Coutherut, I. Ndoye, B. Taverne. Usage des préservatifs, santé sexuel e et gestion du risque de transmission chez les patients après 10 ans de traitement ARV au Sénégal. 6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012), Genève, 25-28 mars 2012, Poster. DiolM, D. Ba, C. Desclaux. La formation à la technique de la médiation scientifique des associations membres du RECERS: un outil innovant pour faciliter la transmission des savoirs sur la recherche et les soins auprès des communautés. 6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012), Genève, 25-28 mars 2012, Communication orale Diop Sa, Seydi M, Fortes Deguenonvo L, Manga Nm, Dia Nm, Basse Cd, Ndour Ct, Soumare M, Diop Bm, Sow Ps.Efficacité et tolérance d'une trithérapie antirétrovirale à base de Tenofovir-Lamivudine-Efavirenz chez les patients infectés par le VIH1 au CHNU de Fann AFRAVIH Session d'affiches 75A Communication affichée N° 490. Programme p114. A.A.M. Diouara, A. Sow, N. Leye, H. Diop-Ndiaye, O. Ndiaye, M. Monleau, A. Ayouba, A. Aghokeng, K. Kébé, M. Thiam, N. Bangoura, S.B. Gueye, R. Diakhate, M. Peeters, N.C. Toure-Kane, S. Mboup Comparaison des charges virales et des mutations de résistance entre plasma et DBS au Sénégal. 6ème Conférence Francophone VIH/SIDA, AFRAVIH2012, Genève, Suisse 25-28 mars 2012Session orale 82 Diouf A. Interruptions thérapeutiques non programmées chez les PVVIH sous ARV : ampleur, facteurs associés et impact sur la mortalité dans la cohorte ANRS 1215 » 6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012) Genève, 25-28 mars 2012. Diouf A. Aspects actuels du diabète et de l'hypertension artériel e chez les PVVIH sous ARV au Sénégal (cohorte « ANRS 1215 » 6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012) Genève, 25-28 mars 2012. Diouf A.« Quality of Care and Causes of Death or Lost to Follow up in a Decentralized Region Site in South of Senegal» Du 05 au 08 mars 2012 : participation à la 19e CROI. Fortes Deguenonvo L., Manga Nm., Ndour Ct., Diop Sa., Dia Badiane Nm., Diouf A ., Seydi M., Soumare M., Diop Bm.,Sow Ps. Femme et VIH à Dakar : aspects épidémie-cliniques et pronostiques. 6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012) Genève, 25-28 mars 2012. Livre des abstracts, n°479/73a, p 112. Hejoaka, F. Pourquoi prendre le jeu au sérieux dans l'enquête ethnographique avec les enfants ? Méthodes et expériences d'un terrain burkinabè. Communication orale. Séminaire de méthodologie Les apports de l'anthropologie (IV) Jouer ou ne pas jouer sur un terrain ethnographique : un jeu d'enfants ? Coordonné par Élodie Razy, Fanny Theunissen, Bénédicte DeVil ers. LASC. Université de Liège. 15 décembre 2012. Belgique. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Hejoaka, F et Chemin, I. Les usages des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans la prise en charge des patients d'Alzheimer en Région PACA. Leçons d'une recherche-action sur le projet LEGARE. Communication orale, Session I « Les nouvel es technologies ». Congrès National 2012 des unités de soins, d'évaluation et de prise en charge Alzheimer. 13-14 décembre 2012. Institut Océanographique de Paris. Hejoaka, F. Enquêter avec les enfants : une question de genre ? Communication orale. Journées scientifiques Pôles Sud-CEPED. « Être une fil e ou un garçon. Regards croisés sur l'enfant et le genre ». 5 et 6 juin 2012. INED-CEPED Hejoaka, F. Iconographie de l'enfance au temps du sida. Communication orale. Séminaire « Regards croisés sur la petite enfance ». Sous la direction de Doris Bonnet, Catherine Rol et, Charles-Édouard de Suremain et Vincent Gouron. EHESS Paris, 15 juin 2012. EHESS. Paris. Koita Fal MB, A. Desclaux, M. Maynart, M. Basse, B. Ndiaye, PS. Sow. Les changements de formes commerciales des médicaments antirétroviraux et leur impact sur la dispensation dans un pays à ressources limitées: l'exemple du Centre Régional de Recherche et de Formation de Fann (CRCF), Dakar, Sénégal. 6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012) Genève, 25-28 mars 2012. Communication orale n°157 Maynart M, I. Ba, A. Leprêtre, J. Tine, MB. Dial o, NF. Ngom Gueye, PS. Sow, CT. Kane, O. Ndiaye, C. Fal , C. Desclaux, PM. Girard, I. Ndoye. Accès aux soins du VIH et des hépatites B et C des usagers de drogues injectables dépistés dans le cadre d'une enquête menée à Dakar (ANRS 12243 UDSEN). 6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012) Genève, 25-28 mars 2012, Communication orale Monleau S, S. Eymard-Duvernay, A. Aghokeng, A. Dagnra, D. Kania, N. Ngo-Giang-Huong, C. Touré-Kane, L. Truong, A. Ayouba, M. Peeters, M.L. Chaix. Quantification de la charge virale VIH lors du suivi des patients traités dans les pays à ressources limitées : résultats du contrôle qualité lors d'une étude multicentrique (ANRS 12186) 6ème Conférence Francophone VIH/SIDA, AFRAVIH2012, Genève, Suisse 25-28 mars 2012. Oral 80 Ndiaye O et al. Interest of dried blood spots (DBS) for genotyping hepatitis C virus among drug users in Senegal (ANRS 12243 UDSEN). 19th International AIDS Conference, Whashington 22-27 juil et 2012.Abstract no. WEPE057 Ndour C.T, Desclaux Sal C. Résultats préliminaires de l'Enquête TARV, Évaluation et accompagnement de la prise en charge du VIH au Sénégal : problématiques spécifiques de la décentralisation et du vieil issement des patients. Journée Scientifique du Site ANRS de Dakar, 31 mai 2012, Dakar (Sénégal) Ngom Gueye N.F, Desclaux A, Taverne B. Evaluation de l'impact bio-clinique et social, individuel et col ectif, du traitement ARV chez des patients VIH-1 pris en charge depuis 10 ans dans le cadre de l'ISAARV – ANRS 1215. Journée d'actualité scientifique VIH 2012 à Dakar, CNLS, CRCF, Dakar, Sénégal, 30 novembre 2012, Communication orale. SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Niang Ba ., Dial o Mb., Dia Badiane Nm., Sene A. , Seydi M., Ndour Ct., Sow Ps. Accidents exposant au sang (AES) chez les personnels infirmiers du service des maladies infectieuses et tropicales du CHNU de Fann à Dakar. Deuxième journées scientifiques sur le VIH et le sida au Togo et deuxième col oque francophone sur les accidents d'exposant au sang et la protection du personnel de santé den Afrique. Lomé, 12-16 mars 2012. Livre des abstracts, 122. Ouvrier, A. De la raison humanitaire aux uniformes de l'IRD – Recherche et Mémoire à Niakhar (Sénégal), Communication réalisée dans le cadre du séminaire « Traces et lieux de la recherche médicale en Afrique », SHERE/CEMAF, Paris le 7 juin 2012. Ouvrier, A. Photographing franco-african medical research in Africa: the people that remain, The politics of Memory international conference, University of Zadar (Croatie), Zadar, septembre 2012, communication orale. Ouvrier. A. A propos d'une plateforme de recherche scientifique : Des enjeux du présent aux objets matériels du passé, Seminaire du GreCSS : « Thématiques et Transitions en anthropologie de la Santé », MMSH, le 22 février 2012. Sow A. Desclaux D, Ndoye I, Taverne B. Invisibilité des personnes âgées dans les associations d'appui aux PVVIH au Sénégal, impact sur la prise en charge6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012) Genève, 25-28 mars 2012, Communication orale n°93 Sow, K. Du « consentement éclairée » à « l'obligation consentie » : évolution des perceptions et pratiques des soignants, et des femmes face au dépistage du VIH lors des consultations prénatales au Sénégal. Col oque AMADES: Anthropologie, innovations techniques et dynamiques sociales dans le domaine de la santé. 10-12 mai 2012 (Brest). Sow, K. Femme et VIH, Cours international sur VIH et autres IST dans pays à ressources limitées, Paris, faculté de médecine de Bichat, l5 Décembre 2012, communication orale. Sow, K. Réalités pluriel es autour de l'égalité hommes femmes au Sénégal. Conférence « Le masculin et le féminin dans une perspective historique », Semaines sociales de France sur « Hommes et Femmes, la nouvel e donne », Paris, 23 – 25 novembre 2012, communication orale. Stengel C, H. Sy, A. Desclaux. Le VIH-2, infection orpheline? Les difficultés de prise en charge des enfants vivant avec le VIH-2 à Dakar, Sénégal : une étude qualitative. 6éme conférence francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012) Genève, 25-28 mars 2012.Poster. Tal H., Diom E.S., Ndiaye M., Seydi M., Dial o B. K., Diop E. M. Bilan de 8 mois d'activités orl au centre hospitalier régional de Kolda (Sénégal). XXVIème journées du département de chirurgie et spécialités chirurgicales Dakar – Sénégal 13-15 juin 2012. Taverne, B. Bilan de dix ans de prise en charge par les médicaments antirétroviraux à Dakar. Atelier de validation des données du Système National d'Information SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 Sanitaire, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal, Thiès, Sénégal, 27 novembre 2012, Communication orale. Taverne, B. Evaluation de l'impact bio-clinique et social, individuel et col ectif, du traitement ARV chez des patients VIH-1 pris en charge depuis 10 ans dans le cadre de l'ISAARV – ANRS 1215.5ème Journée scientifique URMITE, Dakar, Sénégal, 17 novembre 2012,Communication orale. Tousignant N, Manton J, Lachenal G. How to Read and Invent the Archives of Postcolonial African Medical Science and Care? Archives of Post-Independent Africa and Its Diaspora Conference, CODESRIA, African Studies Centre, Leiden, and University of California African Studies Multicampus Research Group, 20-22 June 2012, Gorée, Senegal. Tousignant N, Poleykett B. Population Futures: Data, Space and Planning from Niakhar. La science au service du projet national? Recherche et santé en Afrique, années 1960-1970, 5 December 2012, IRD-Dakar, Senegal SITE ANRS - SENEGAL
Rapport scientifique 2013-2014 BP: 45690 Dakar-Fann Tél.: (221) 33 869 81 88 Fax: (221) 33 864 78 53 Siteweb : www.crcf.sn SITE ANRS - SENEGAL

Source: http://www.crcf.sn/wp-content/uploads/2014/06/Rapport_Scientifique-2014-Site-ANRS-SENEGAL.pdf

Il segreto del ginkgo

IL SEGRETO DEL GINKGO E UNA POESIA DI GOETHE La cultura apre alla conoscenza, la conoscenza alla comprensione, la comprensione al rispetto ed all'amore. Testo di una conferenza tenuta dalla Storica dell´arte Martina Brunner-Bulst il giorno sabato 12 maggio 2007 presso il teatro Giotto di Vicchio di Mugello. La conferenza è stata accompagnata da un balletto con la coreografia di Lisa Salmoria. È un'antica usanza che l'ospite, anche se straniero, abbia con sé un dono da offrire a chi lo accoglie e lo ospita. Questo pensiero è stato il motivo che ha ispirato l'idea e mi ha dato l'entusiasmo necessario per dedicarmi in questa ricerca, che ho poi presentato nel maggio 2007 al Teatro Giotto nel programma culturale "Affinità elettive" del Comune di Vicchio di Mugello.

Traits of a healthy safety culture

Document INPO 12–012 April 2013 Traits of a Healthy Nuclear Safety Culture Revision 1 OPEN DISTRIBUTION OPEN DISTRIBUTION: Copyright © 2012, 2013 by the Institute of Nuclear Power Operations. Not for sale or commercial use. All other rights reserved. NOTICE: This information was prepared in connection with work sponsored by the Institute of Nuclear Power Operations (INPO). Neither INPO, INPO members, INPO participants, nor any person acting on behalf of them (a) makes any warranty or representation, expressed or implied, with respect to the accuracy, completeness, or usefulness of the information contained in this document, or that the use of any information, apparatus, method, or process disclosed in this document may not infringe on privately owned rights, or (b) assumes any liabilities with respect to the use of, or for damages resulting from the use of any information, apparatus, method, or process disclosed in this document.